Les Assises du judaïsme, les 10 et 11 novembre prochains à Bordeaux
Rechercher

Les Assises du judaïsme, les 10 et 11 novembre prochains à Bordeaux

L'évènement aura "pour buts de rechercher des propositions pour le judaïsme de demain", a déclaré le président du Consistoire israélite du Sud Ouest

La façade de la Grande synagogue de Bordeaux. (Crédit : Jibi44 / Wikimédia / CC BY-SA 3.0)
La façade de la Grande synagogue de Bordeaux. (Crédit : Jibi44 / Wikimédia / CC BY-SA 3.0)

Les dimanche 10 et lundi 11 novembre prochains sera organisé le Séminaire de réflexion sur les défis contemporains du judaïsme français à Bordeaux en présence notamment de Joël Mergui, président du Consistoire central.

Sur ces deux jours se dérouleront différents ateliers :

– « Education et avenir de la jeunesse », qui aura pour but de « définir les orientations pour l’investissement de la jeunesse dans le judaïsme de demain »

– « La place de la femme dans l’espace synagogal », une réflexion sur « l’évolution des mentalités, les grandes transformations sociales, l’accession des femmes aux plus hauts postes de responsabilités et les adaptations dans le cadre halakhique »

– « La conversion », qui « devra dégager les conditions d’harmonisation du processus de conversion »

– « La formation des rabbins », qui « aura pour tâche de définir une restructuration du mode de formation du rabbin du futur »

– « L’accueil de la différence », qui s’interrogera sur la PMA, l’homosexualité, les familles mono-parentales et qui aura pour but de répondre à la question : « Comment accueillir la différence au sein de la synagogue, du judaïsme ? »

– « Judaïsmes orthodoxes en débat », une réflexion sur le « judaïsme ‘traditionnel’ tiraillé par ses extrêmes est confronté à la difficulté de rassembler, dans un esprit de tolérance, les différentes tendances »

« Les Juifs français participent à l’évolution des mentalités, aux grandes transformations sociales, à l’accession des femmes aux responsabilités », a déclaré Erick Aouizerate, président du Consistoire israélite du Sud Ouest, dans son communiqué annonçant l’évènement.

« Ils attendent du judaïsme qu’il réponde à ces changements et à leurs aspirations socio-religieuses et socio-culturelles. Rappelons que la force et le dynamisme du peuple juif sont en étroite relation avec sa capacité à se remettre en question, à proposer une image positive, de haut niveau intellectuel, et un projet rempli de sens au sein de la cité. Il nous semble important de relancer une réflexion globale sur l’avenir du judaïsme français. La halakha a longtemps été un point de départ que les hommes ont fait évoluer au cours des siècles. Les lois ont ainsi régulièrement été aménagées par les rabbins, dans le respect des textes fondateurs mais aussi en lien avec les changements de la société. Ce travail complexe de tissage entre le respect de la halakha et la prise en compte du monde moderne, de dialogue entre les textes et le monde environnant, est mené régulièrement et nécessite des mises au point et des rencontres entre législateurs et intellectuels du judaïsme. C’est pour entreprendre ce travail de réflexion que le Consistoire de Bordeaux prend l’initiative d’organiser deux journées de réflexion et de concertation, avec pour buts de rechercher des propositions pour le judaïsme de demain. »

L’évènement rassemblera de nombreux responsables communautaires venus de Lyon, Paris, Nice, Grenoble, Strasbourg, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Londres, Moscou, des Etats-Unis et d’Israël.

Il est sponsorisé notamment par la Fondation pour la mémoire de la Shoah, le FSJU, l’ACIG et le KKL.

Outre les ateliers, plusieurs rendez-vous se dérouleront aux horaires et lieux suivants : le 10 novembre à 13h30 à l’hôtel Mercure Chartrons, pour la cérémonie d’ouverture ; puis à 18h30, à la mairie de Bordeaux, pour une réception en présence du maire Nicolas Florian ; et le lendemain à 14h à l’hôtel Mercure Chartrons, pour une séance plénière avec compte rendu des travaux des ateliers et propositions en présence de Joel Mergui, président du Consistoire central de France.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...