Les capacités militaires du Hamas seraient revenues à leur niveau pré-2014
Rechercher

Les capacités militaires du Hamas seraient revenues à leur niveau pré-2014

Le groupe terroriste palestinien a reconstitué son réseau de tunnels transfrontaliers et son arsenal de missiles, selon des sources militaires israéliennes

Membres de la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 31 janvier 2017. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Membres de la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 31 janvier 2017. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Les capacités militaires du Hamas dans la bande de Gaza seraient revenues à leur niveau d’avant 2014, quand le groupe terroriste islamiste a combattu Israël, dans une guerre qui a épuisé son arsenal et appauvri la plupart de son infrastructure militaire.

Des responsables militaires ont déclaré que le réseau de tunnels transfrontaliers du Hamas et son arsenal de missiles ont été totalement reconstitués, a annoncé la Deuxième chaîne.

Le reportage se restreint aux deux années pendant lesquelles le Hamas, dirigeant de facto de Gaza, a cherché à reconstruire ses capacités militaires, notamment avec des milliers de missiles, de petites armes, et son réseau de tunnels, dont beaucoup entrent en Israël.

Israël et le Hamas ont mené trois guerres depuis 2008. Gaza est soumis à un blocus israélo-égyptien pour tenter d’empêcher le Hamas, qui cherche ouvertement à détruire Israël, d’importer des armes et de restaurer son infrastructure militaire.

Pendant la guerre de 2014, surnommée opération Bordure protectrice, les tunnels transfrontaliers ont été une arme cruciale du Hamas, qui a permis à ses combattants de s’infiltrer en territoire israélien et de lancer des attaques contre les soldats israéliens.

Israël a détruit environ un tiers de ces tunnels en 2014.

Selon le reportage diffusé mardi, la majorité de l’arsenal du Hamas a été reconstitué avec du matériel de fortune, déjà présent dans la bande de Gaza, mais les responsables israéliens craignent qu’une détente entre le Hamas et l’Egypte ne puisse entraîner l’ouverture du poste frontière de Rafah, et le possible import de matériaux qui pourront renforcer les capacités du groupe terroriste.

Membres de la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 31 janvier 2017. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Membres de la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 31 janvier 2017. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Le Hamas a présenté mardi ses équipements militaires pendant un rassemblement de commémoration en l’honneur d’un expert des drones du Hamas, assassiné en Tunisie en décembre.

Le porte-parole des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, a dit aux combattants présents que la publication imminente d’un rapport du gouvernement israélien sur les erreurs de gestion du conflit de 2014 prouverait que le Hamas avait gagné la guerre.

« Ceci prouve la grande perte et l’échec de l’ennemi sioniste », a déclaré Abu Ubaida, selon la Deuxième chaîne.

« Ce rapport prouve que le Hamas a gagné Bordure protectrice, a-t-il déclaré. Bientôt, il y aura encore plus de preuves de l’étendue de l’échec » d’Israël.

Abu Ubaida a ajouté qu’Israël souffrirait des conséquences de l’assassinat de Mohamed Zouari, ingénieur tunisien de 49 ans, spécialiste des drones et constructeur d’armes du Hamas, qui a été tué au volant de sa voiture devant sa maison en décembre 2016 en Tunisie. Israël n’a pas commenté officiellement la mort de Zouari.

« L’ennemi sioniste paiera le prix de cet assassinat, la partie n’est pas terminée. »

Abu Ubaida, le porte-parole de la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 31 janvier 2017. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Abu Ubaida, le porte-parole de la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 31 janvier 2017. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Cette semaine, une sous-commission de la Knesset a approuvé à l’unanimité la publication des portions publiques d’un cinglant rapport du contrôleur de l’Etat sur la gestion de la guerre de 2014 par le cabinet de sécurité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...