« Les chiens sont mauvais et leurs propriétaires sont maudits » – Rabbins haredim
Rechercher

« Les chiens sont mauvais et leurs propriétaires sont maudits » – Rabbins haredim

Un décret religieux, dans la ville haredim d'Elad, avance que les chiens sont interdits parce qu'ils peuvent aboyer et effrayer les passants

Un chiot regarde l'objectif d'un appareil photo en Allemagne, le 12 juillet 2019 (Crédit : Friso Gentsch/picture alliance via Getty Images via JTA)
Un chiot regarde l'objectif d'un appareil photo en Allemagne, le 12 juillet 2019 (Crédit : Friso Gentsch/picture alliance via Getty Images via JTA)

JTA — Plus d’une douzaine de rabbins de la ville d’Elad, près de Tel Aviv, ont émis un décret selon lequel tous les chiens sont « mauvais ». Ils ont par ailleurs mis en garde les résidents de la municipalité en leur affirmant qu’avoir un chien entraînerait leur malédiction.

Le décret, émis le 14 juillet, a été ratifié par tous les rabbins séfarades d’Elad, ville d’environ 46 000 habitants dont la population est majoritairement haredim, et par le grand rabbin de la ville, Mordechai Malka, a fait savoir le site d’information Bhol.

« Nous avons entendu dire et nous avons constaté nous-mêmes que ces derniers temps, un grave phénomène s’est répandu dans notre ville d’Elad, où de jeunes adolescents et des enfants se promènent en public avec des chiens. Ce qui est strictement interdit, comme c’est expliqué dans le Talmud et par le Rambam : Quiconque élève un chien fait l’objet d’une malédiction et en particulier dans notre ville, où de nombreuses femmes et enfants ont peur des chiens », explique ce décret anti-canin.

Le rabbin de la ville voisine de Holon, Avraham Yosef, aurait pour sa part écrit : « Je ne vois aucun fondement à l’autorisation d’avoir un chien, quelle qu’elle soit. »

Un ‘promeneur’ de chiens professionnel sur le boulevard Rothschild de Tel Aviv. (Crédit : Nati Shochat/Flash 90)

Le terme « mauvais chien » désigne « tous les chiens, pour leurs aboiements à l’encontre de ceux qu’ils ne connaissent pas. Parce qu’ils aboient, ils sont mauvais, même s’ils ne mordent pas », précise le décret.

Les individus ayant des chiens pour des raisons médicales doivent paraître devant la cour rabbinique locale de manière à ce qu’elle puisse statuer sur leur dossier, précise le décret.

L’interprétation par les auteurs des références qui concernent les chiens dans le judaïsme est stricte en comparaison avec les autres lectures qui en sont faites par les grands rabbins orthodoxes israéliens.

Uziel Elyahu, grand rabbin orthodoxe de la municipalité de Misgav, dans le nord du pays, avait jugé en 2002 qu’avoir des chiens de garde était autorisé, ainsi que la détention de chiens guides et de chiens permettant « de développer les émotions personnelles ».

Elad a été établi en 1998. La moitié de la population y est âgée de moins de 18 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...