Rechercher

Les diabétiques privés d’un médicament que d’autres utilisent pour perdre du poids

L'Ozempic, un régulateur de la glycémie, a été prescrit à des milliers de personnes souffrant d'obésité, obligeant certains diabétiques à recourir à des médicaments moins efficaces

Une femme diabétique s'injectant de l'insuline. (Crédit : dzika_mrowka via iStock by Getty Images)
Une femme diabétique s'injectant de l'insuline. (Crédit : dzika_mrowka via iStock by Getty Images)

Certains patients diabétiques ont du mal à mettre la main sur un médicament crucial pour leur santé car il contient le même ingrédient actif qu’un médicament très prisé pour la perte de poids qui n’est pas encore vendu en Israël, a-t-on appris mardi.

L’Ozempic, un médicament utilisé par les diabétiques pour réguler la glycémie, contient du semaglutide, qui peut être utilisé pour perdre du poids, bien qu’à un dosage inférieur à celui du Wegovy, un médicament injectable contre l’obésité qui peut aider son utilisateur à perdre 15 % de sa masse corporelle après un an de traitement, mais qui ne sera disponible en Israël que début 2023.

Des milliers de clients potentiels du Wegovy ont donc utilisé l’Ozempic comme substitut, ce qui a provoqué l’épuisement des stocks et l’impossibilité pour certaines pharmacies de fournir le médicament aux patients diabétiques, a rapporté la Douzième chaîne.

« Pas plus tard que la semaine dernière, j’ai été obligée de suspendre le traitement de 10 patients sous Ozempic car ils n’ont pas pu obtenir le médicament ; j’ai donc dû leur donner un autre médicament qui, à mes yeux, est moins efficace », a déclaré le Dr Ruthie Gorev à la Douzième chaîne.

Le diabète est une maladie chronique qui survient lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline – l’hormone régulatrice de la glycémie – ou lorsque l’organisme n’est pas capable d’utiliser efficacement l’insuline qu’il produit. Cela entraîne donc des niveaux élevés de sucre dans le sang.

Le ministère de la Santé a jusqu’à présent refusé d’empêcher les médecins de prescrire le médicament contre le diabète aux patients souffrant d’obésité, affirmant qu’il s’agirait d’une intervention inappropriée dans le pouvoir discrétionnaire des médecins.

Overweight people hike at the Wingate institute (Photo credit: Moshe Shai/Flash90)
Photo illustrative de personnes en surpoids faisant de la randonnée à l’institut Wingate en Israël. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Au lieu de cela, le ministère de la Santé a envoyé une lettre à la société pharmaceutique Novo Nordisk pour lui demander de travailler à assurer un « approvisionnement régulier » du médicament. Selon la Douzième chaîne, la société a déjà augmenté ses livraisons d’Ozempic à Israël en comparaison avec d’autres pays.

La multinationale danoise aurait déclaré qu’elle « travaillerait en toute transparence avec le ministère de la Santé » afin de garantir l’accès au médicament à ceux qui en ont besoin ».

Selon des données récentes de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) publiées en 2022, 26,1 % des Israéliens adultes souffrent d’obésité, dont 25,9 % d’hommes et 26,2 % de femmes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...