Les données laissent entendre que les vaccins videront les unités COVID
Rechercher

Les données laissent entendre que les vaccins videront les unités COVID

Se basant sur les chiffres, un médecin déclare que si toute la population était vaccinée, "nous n'aurions besoin de quelques dizaines" de lits pour les malades dans les hôpitaux

Une Israélienne se fait vacciner à Jérusalem, le 15 février 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Une Israélienne se fait vacciner à Jérusalem, le 15 février 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

De nouvelles données nationales indiquent qu’un Israélien sur 1 500 seulement a été testé positif au coronavirus après avoir reçu les deux injections. Sur 1,82 million de personnes ayant reçu les précieuses doses, début février, seules 1 248 – soit 0,07 % – avaient été testées positives en date du 25 février, selon des données émanant du forum interne du ministère de la Santé qui ont été transmises lundi au Times of Israel.

Et tandis que les hôpitaux israéliens subissent encore de fortes pressions, avec 1 247 patients et notamment 742 qui se trouvent actuellement dans un état grave, les statistiques montrent que presque tous les malades pris en charge n’ont pas été vaccinés.

Seules 122 personnes pleinement vaccinées – ce qui signifie qu’elles ont reçu leur deuxième dose depuis au moins une semaine – ont été prises en charge à l’hôpital, et 73 ont développé une forme grave de la maladie.

23 décès ont été enregistrés parmi les Israéliens vaccinés. Presque tous les vaccins utilisés jusqu’à présent au sein de l’Etat juif proviennent de Pfizer.

Personnel médical du service de coronavirus du centre médical de Ziv dans la ville de Safed au Nord du pays, le 27 janvier 2021. (Crédit : David Cohen / Flash90)

Dans les hôpitaux, les médecins ont réagi aux données en faisant part de leur optimisme. Le professeur Eyal Leshem, éminent responsable de l’équipe de prise en charge du coronavirus au centre médical Sheba, a déclaré qu’il estimait dorénavant que le nombre de malades allait rapidement baisser – et que les chiffres étaient un nouvel appel à se faire vacciner au plus vite.

Eyal Leshem du Sheba Medical Center. (Autorisation du Sheba Medical Center)

« Ces données indiquent que dans une situation théorique où la couverture vaccinale serait de 100 %, nous n’aurions besoin que de quelques dizaines de lits pour la COVID-19 dans tout le pays et qu’il n’y aurait que quelques patients dans un état grave », a-t-il déclaré, ajoutant qu’une situation plus réaliste de couverture vaccinale élevée – mais non totale – pourrait encore faire baisser drastiquement le nombre de malades.

Leshem a affirmé que ces données – ainsi que les recherches réalisées par le Times of Israel sur la réduction radicale de l’usage de respirateurs parmi le groupe d’âge comptant le plus de personnes vaccinées au sein de l’Etat juif, les 70 ans et plus – montraient que le développement d’une forme grave de la COVID-19 était devenu un phénomène quasi-évitable.

« Cela indique que les personnes qui ne sont pas vaccinées s’apparentent dorénavant aux conducteurs qui ne mettent pas leur ceinture de sécurité », a-t-il continué.

Le ministère de la Santé a laissé entendre que s’il avait déterminé que
1 248 Israéliens pleinement vaccinés avaient pu être testés positifs, il pensait que le chiffre réel était cependant inférieur – 648 d’entre eux ayant été dépistés au cours des deux premières semaines ayant suivi leur immunisation. Les épidémiologistes pensent que certains d’entre eux ont attrapé le virus avant qu’ils n’aient développé l’immunité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...