Les enfants seraient plus susceptibles d’attraper la Covid que les adultes
Rechercher

Les enfants seraient plus susceptibles d’attraper la Covid que les adultes

Une étude du ministère de la Santé présentée au gouvernement montre que le pourcentage de tests positifs chez les enfants s'élève à 8 %, soit 2 % de plus que chez les adultes

Des parents israéliens accompagnent leurs enfants pour le premier jour d'école, lors de la pandémie de coronavirus, à Tel Aviv le 1er septembre 2020. (JACK GUEZ / AFP)
Des parents israéliens accompagnent leurs enfants pour le premier jour d'école, lors de la pandémie de coronavirus, à Tel Aviv le 1er septembre 2020. (JACK GUEZ / AFP)

Les enfants sont plus susceptibles d’être contaminés par le coronavirus que les adultes et peuvent le transmettre à d’autres, selon une importante étude du ministère de la Santé publiée mercredi, qui met à mal les affirmations selon lesquelles les jeunes sont moins susceptibles d’attraper ou de propager la maladie.

Le ministère a donc averti que le fait de renvoyer les enfants à l’école à un moment où la mortalité liée à la Covid est élevée « pourrait accélérer la propagation du virus ».

Israël assouplit peu à peu un confinement d’un mois, son deuxième dans la lutte contre la pandémie, avec la réouverture des jardins d’enfants et des écoles maternelles la semaine dernière. Il a rapidement rouvert les écoles lorsqu’il est sorti de son premier confinement à la fin mai, en partie sur la base de données indiquant que les enfants étaient relativement peu susceptibles d’être infectés par le virus ou de le propager, mais a ensuite enregistré une augmentation nette des taux de contamination.

Huit pour cent des 678 000 tests COVID-19 effectués sur des enfants de moins de 17 ans entre le 27 janvier et le 24 septembre sont revenus positifs, selon l’étude. Ce taux est supérieur de 2 % à celui des quelque 2,6 millions de tests effectués sur des adultes au cours de la même période.

Les tests sérologiques, qui recherchent des anticorps pour déterminer si une personne a déjà eu le virus, ont été encore plus rigoureux, montrant un taux de 7,1 % de positifs chez les enfants, contre 1,7 %-4,8 % chez les adultes entre le 28 juin et le 14 septembre.

Les résultats ont souligné le risque que représente la réouverture non progressive des écoles, en particulier dans les régions où le taux d’infection est élevé, comme cela a été fait dans certaines communautés Haredi du pays cette semaine.

L’étude israélienne est en contradiction avec certaines évaluations internationales. L’Organisation mondiale de la santé a noté le mois dernier que le rôle des enfants dans la transmission de la maladie « n’est pas encore totalement identifié ». Elle a toutefois ajouté que « jusqu’à présent, peu de foyers impliquant des enfants ou des écoles ont été signalés » et que « le petit nombre de foyers signalés à ce jour parmi le personnel enseignant ou associé suggère que la propagation de la Covid dans les milieux éducatifs pourrait être limitée ».

D’autres recherches ont toutefois remis en question les évaluations initiales selon lesquelles les enfants sont nettement moins susceptibles que les adultes de favoriser la diffusion de la maladie.

En réaction au rapport du ministère de la Santé, le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait exprimé sa surprise de voir que les experts de la santé ont approuvé l’ouverture de jardins d’enfants et d’écoles maternelles la semaine dernière. Les classes de première année et plus sont toujours fermées en raison des directives sanitaires du gouvernement, mais les dirigeants ultra-orthodoxes ont ordonné aux écoles élémentaires Talmud Torah de reprendre les cours, malgré les taux d’infection élevés dans la communauté.

« Les enfants sont assurément infectés par le virus et sont également contagieux. Comme la plupart d’entre eux ne présentent pas de symptômes, il est difficile d’identifier une proportion importante d’entre eux qui sont porteurs du virus et ils peuvent être une source d’infection pour d’autres », indique le rapport du ministère de la Santé.

La classe d’une école élémentaire vide après le début du confinement national visant à lutter contre l’épidémie de coronavirus à Tel Aviv, en Israël, le 17 septembre 2020. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner)

L’étude ajoute que le retour des enfants à l’école, « en particulier à une époque de mortalité généralisée, peut accélérer la propagation du virus, à la fois dans les différentes tranches d’âge et dans les différentes zones géographiques ».

Le rapport a recommandé ainsi une réouverture « progressive » du système éducatif en fonction du niveau de mortalité dans les différentes tranches d’âge et zones géographiques.

Lors des tests sérologiques, les enfants qui ont pu déterminer par qui ils avaient été contaminés ont déclaré avoir été infectés par un adulte dans 80 % des cas, tandis que les 20 % restants ont indiqué que leur contamination était le fait d’un autre enfant.

Des enfants retournent dans les crèches et maternelles à Tel Aviv, après un confinement, le 10 mai 2020. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Néanmoins, le rapport détermine que les enfants peuvent agir comme des « super-propagateurs » étant donné que 51 à 70 % d’entre eux ne présentent pas de symptômes. Dans 17 cas suivis par le ministère de la Santé, les enfants ont réussi à infecter plus de 10 de leurs pairs.

Les résultats contredisent aussi directement l’affirmation du ministre de l’Éducation Yoav Gallant selon laquelle les enfants ne sont pas à l’origine de la propagation du virus et que les écoles devraient donc être autorisées à rouvrir.

Mercredi, les ministres ont discuté de la possibilité de rouvrir les écoles primaires dans tout le pays à la fin du mois, bien que le ministère de la Santé ait exigé une approche lente et prudente.

Une réouverture rapide des écoles à la fin du premier confinement en mai a été soutenue par un rapport scientifique qui a montré que les jeunes enfants étaient les moins susceptibles d’attraper ou de transmettre la maladie.

Cette réouverture a été accusée d’avoir contribué au rebond de la pandémie, et le rapport publié mercredi a montré une augmentation significative des taux d’infection tant chez les enfants que chez les adultes suite à la réouverture des écoles le 1er septembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...