Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Les États-Unis ouvrent une enquête sur Princeton pour antisémitisme présumé

Certains dirigeants juifs de l'université s'opposent à la plainte ; Dartmouth reste la seule école de l'Ivy League à ne pas faire l'objet d'une enquête fédérale pour sa réponse à la haine des Juifs depuis le 7 octobre

Des personnes marchant sur le campus de l'Université de Princeton, à Princeton, dans le New Jersey, le 5 avril 2018. (Crédit : Seth Wenig/AP Photo)
Des personnes marchant sur le campus de l'Université de Princeton, à Princeton, dans le New Jersey, le 5 avril 2018. (Crédit : Seth Wenig/AP Photo)

JTA – Alors que d’autres institutions de la Ivy League se sont retrouvées sous les feux des projecteurs en raison de leur mauvaise gestion de l’antisémitisme sur les campus depuis le début de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas il y a six mois, l’Université de Princeton a largement évité de se faire remarquer.

Cela a changé cette semaine, lorsque le ministère américain de l’Éducation a ouvert une enquête au Titre VI sur les allégations d’antisémitisme dans l’université privée d’élite du New Jersey, sur la base de la plainte d’un activiste juif conservateur. Le plaignant a cité des informations faisant état de manifestants pro-palestiniens sur le campus scandant « Intifada » et « Brique par brique, mur par mur, l’apartheid doit tomber » quelques semaines après le 7 octobre.

Un porte-parole de Princeton a déclaré au journal étudiant que l’université était « convaincue d’être en totale conformité avec les exigences du Titre VI ».

Princeton rejoint ainsi six autres écoles de l’Ivy League qui ont ouvert au moins une enquête au Titre VI depuis l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre. Il s’agit notamment de l’Université de Harvard et de l’Université de Pennsylvanie (UPenn), dont les présidentes ont démissionné à la suite de critiques sur leur gestion des tensions liées à la guerre et d’une audition au Congrès en décembre, au cours de laquelle elles ont toutes deux témoigné. Une enquête peut contraindre une université à apporter des changements pour protéger ses étudiants juifs.

Seule une institution de l’Ivy League, le Dartmouth College, a jusqu’à présent échappé à une telle enquête ; des fonctionnaires du ministère de l’Éducation et d’autres ont fait l’éloge de cette institution pour ce qu’ils considèrent comme une gestion positive du climat qui règne sur le campus à propos d’Israël. Le secrétaire d’État à l’Éducation, Miguel Cardona, a déclaré cette année à la Jewish Telegraphic Agency que la faculté avait « une culture et un climat sur le campus qui sont prêts à résoudre les problèmes lorsque des conflits surviennent ».

Au total, le bureau des droits civils du ministère a ouvert plus de 90 enquêtes sur « l’ascendance partagée » au Titre VI depuis le 7 octobre, dont une grande partie est liée à la guerre d’une manière ou d’une autre.

Zachary Marschall. (Crédit : JTA)

Princeton n’est pas le seul nouveau nom sur la liste qui s’allonge. La semaine dernière, l’Université de Lehigh, en Pennsylvanie, a également fait l’objet d’une enquête sur l’antisémitisme au Titre VI à la suite d’une plainte déposée par le groupe pro-Israël StandWithUs Center for Legal Justice. L’université d’État de Youngstown, dans l’Ohio, fait également l’objet d’une nouvelle enquête sur l’antisémitisme initiée par Zachary Marschall, rédacteur en chef du site web conservateur Campus Reform, qui est l’une des personnes qui a déposé le plus de plaintes en vertu du Titre VI.

Marschall a également déposé la plainte qui a donné lieu à l’enquête de Princeton, un fait que le porte-parole de l’université a signalé au journal étudiant.

« D’après la description de la plainte publiée par le plaignant, nous savons qu’il n’est pas membre de la communauté universitaire et que sa plainte semble être fondée sur des chants de protestation », a déclaré le porte-parole.

Certains dirigeants juifs de Princeton ont également critiqué l’enquête, affirmant qu’ils n’avaient pas été consultés par Marschall. Ils contestent sa caractérisation de la faculté comme un foyer d’antisémitisme.

Le rabbin Gil Steinlauf, directeur du Centre pour la vie juive de l’université, a déclaré au journal étudiant Daily Princetonian que « d’après ce que je sais du climat qui règne sur le campus de Princeton, ce climat d’hostilité ne s’est pas emparé du campus comme il l’a fait dans d’autres universités ». « La majorité des étudiants juifs m’ont fait savoir qu’ils n’avaient pas l’impression que Princeton était un lieu antisémite. »

En octobre, Princeton a également été le théâtre d’une rare présentation d’excuses de la part d’un groupe pro-Israël à la suite d’une accusation d’antisémitisme. Le directeur d’Alums for Campus Fairness (ACF), qui loue des camions flanqués de messages et finance des campagnes publicitaires éclair ciblant les universités qui, selon le groupe, n’ont pas protégé les étudiants juifs, s’est discrètement excusé auprès d’une doyenne de Princeton pour l’avoir accusée d’avoir favorisé l’antisémitisme. La doyenne avait en fait déjà condamné le Hamas dans les jours qui ont suivi le 7 octobre.

Selon le Daily Princetonian, le doyen de la School of Public and International Affairs a tenté, en vain, de pousser le directeur de l’ACF, Avi Gordon, à présenter des excuses publiques et à se rétracter, qualifiant sa tactique « d’irresponsable ».

Selon Marschall, l’enquête de Youngstown porte sur une interview réalisée par son équipe sur YouTube avec le responsable étudiant de la section Students for Justice in Palestine (SJP) de l’institution. Au cours de l’entretien, l’employé de Campus Reform a demandé à l’étudiante de condamner le Hamas, ce qu’elle n’a pas fait, ajoutant : « Pourquoi devrais-je condamner quoi que ce soit ? »

Illustration : Des manifestants pro-palestiniens rassemblés pour protester contre la « déclaration concernant la violence au Moyen-Orient » du président de l’Université du Michigan, Santa Ono, devant la maison du président de l’école, à Ann Arbor, dans le Michigan, le 13 octobre 2023. (Crédit : Jacob Hamilton/Ann Arbor News via AP)

Le représentant de cette université n’a pas encore répondu à la demande de commentaire de la JTA. Sur la base d’une étude de toute la documentation disponible relative aux enquêtes antérieures sur l’antisémitisme au Titre VI, une enquête montée uniquement sur la base d’une interview d’un étudiant par un média conservateur sur YouTube serait inhabituelle.

L’Université du Michigan, qui a fait l’objet d’une plainte au titre du Titre VI relative à l’antisémitisme en février, a également fait l’objet d’une deuxième plainte cette semaine, bien que son origine n’ait pas pu être déterminée à l’heure où nous mettons sous presse. Aucun porte-parole de l’université n’a répondu à une demande de commentaire. Un petit nombre d’établissements ont fait l’objet de plusieurs enquêtes pour discrimination en même temps.

Une quatrième plainte d’origine inconnue a également été ouverte cette semaine dans le district scolaire de Philadelphie, qui s’est refusé à tout commentaire. Plusieurs grands districts scolaires publics urbains, notamment à New York, Chicago, Oakland et Montgomery County, Maryland, ont fait l’objet d’enquêtes liées à l’antisémitisme depuis le 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.