Les Etats-Unis peuvent-ils aider à reconstruire Gaza en contournant le Hamas ?
Rechercher
Analyse

Les Etats-Unis peuvent-ils aider à reconstruire Gaza en contournant le Hamas ?

L'administration Biden dit vouloir profiter de l'après-guerre pour renforcer l'Autorité palestinienne, les efforts passés n'ayant aucunement profité aux habitants de Gaza

Jacob Magid

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le secrétaire d'État Antony Blinken sur le départ à la base aérienne d'Andrews, au Maryland, en route pour le Moyen-Orient, salue son départ, le 24 mai 2021.  (AP Photo/Alex Brandon, Pool)
Le secrétaire d'État Antony Blinken sur le départ à la base aérienne d'Andrews, au Maryland, en route pour le Moyen-Orient, salue son départ, le 24 mai 2021. (AP Photo/Alex Brandon, Pool)

Peut-être parce qu’il s’exprimait en arrière-plan, le haut fonctionnaire du département d’Etat américain, qui a informé les journalistes lundi, était disposé à révéler les failles dans la confiance de l’Amérique quant à sa capacité à aider Gaza, sans laisser les dirigeants du Hamas en profiter.

Reconnaissant l’existence de « défis importants » pour l’objectif avancé par le Secrétaire d’Etat américain Antony Blinken lors de son voyage cette semaine dans la région après un conflit militaire de 11 jours entre Israël et le Hamas, le haut fonctionnaire a ajouté : « comme nous le savons tous dans la vie, il n’y a pas de garanties. »

L’administration Biden ne sera pas le premier gouvernement américain à se débattre avec la reconstruction de Gaza après une guerre au cours des quinze dernières années, et sa détermination à faire en sorte que les fonds donnés à la bande ne parviennent pas à ses dirigeants du Hamas, a déjà aussi été affirmée par ses prédécesseurs.

Mais l’identification et la mise en œuvre de mécanismes efficaces pour détourner l’aide afin de contourner les groupes terroristes qui dirigent Gaza se sont avérées être beaucoup plus difficiles dans la pratique.

Pour l’instant, les responsables américains parlent largement de l’objectif et s’abstiennent d’entrer dans les détails alors qu’ils tiennent les premières réunions avec les parties concernées.

« Les États-Unis s’engagent à collaborer avec les Nations unies, et d’autres acteurs internationaux, pour fournir une aide humanitaire rapide et mobiliser le soutien international en faveur de la population de Gaza et des efforts de reconstruction de la bande de Gaza », a déclaré le président américain, Joe Biden, à la suite de la négociation par l’Egypte d’un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, qui a pris effet tôt vendredi dernier.

« Nous le ferons en partenariat total avec l’Autorité palestinienne, pas le Hamas, l’Autorité, d’une manière qui ne permette pas au Hamas de simplement reconstituer son arsenal militaire », avait déclaré Joe Biden juste après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu.

Le fonctionnaire du département d’Etat, qui a informé les journalistes quelques jours plus tard, a ajouté que l’Egypte et les Etats du Golfe participeraient également à l’effort orchestré par les Nations unies, auquel les Etats-Unis se rallient.

S’exprimant lors d’une conférence de presse mardi à Jérusalem, à la fin de son étape en Israël, M. Blinken a admis que « demander à la communauté internationale, à nous tous, d’aider à reconstruire Gaza n’a de sens que si l’on a la certitude que ce qui est reconstruit n’est pas perdu à nouveau parce que le Hamas décide de lancer d’autres attaques à la roquette à l’avenir. »

Une source familière du dossier, a déclaré au Times of Israel que les Emirats Arabes Unis, en particulier, ont clairement fait savoir aux Etats-Unis et à l’ONU qu’ils ne contribueraient pas à la reconstruction de Gaza, à moins de recevoir l’assurance que leur aide ne servira pas au réarmement du Hamas.

Retour à la planche à dessin

Pour donner de telles assurances aux donateurs, les Etats-Unis devront s’appuyer sur les efforts de réhabilitation existants qui n’ont pas réussi, à la fois, à aider significativement les Gazaouis, et à tenir le Hamas en échec.

Après la guerre de 2014 à Gaza, l’ONU, Israël et l’AP ont établi un mécanisme de reconstruction de Gaza (GRM) pour permettre l’entrée des matériaux de construction dans l’enclave côtière.

Le mécanisme a soigneusement examiné les projets à Gaza, Israël et l’AP étant autorisés à superviser qui recevait les matériaux, où ils étaient utilisés, et combien étaient transférés.

Les Nations Unies veillaient à ce que les biens parviennent à leurs destinataires.

Mais ce mécanisme a été jugé très inefficace par les groupes d’aide, qui ont déploré les ajouts en terme de bureaucratie, retardant et augmentant ainsi le coût de la reconstruction.

Israël a généreusement utilisé son droit de veto pour empêcher l’entrée de matériaux de construction qui, selon lui, pourraient servir à la construction de tunnels du Hamas.

« Le mécanisme de garantie de remboursement des dettes a échoué parce que l’argent n’était pas disponible et que la supervision des Nations Unies était limitée », a déclaré Dennis Ross, ancien envoyé américain au Moyen-Orient sous les administrations démocrate et républicaine.

Dennis Ross. (Flash90)

Il a recommandé qu’un nouveau mécanisme international remplace le GRM, dans lequel les biens donnés sont surveillés jusqu’à leur entrée dans la bande de Gaza, avec des dispositifs de suivi placés sur les camions de livraison et des caméras installées dans les entrepôts.

M. Ross a déclaré que des observateurs internationaux devraient être placés de part et d’autre des points de passage, ainsi que plus loin dans l’enclave, et que si les forces américaines ne devaient pas nécessairement en faire partie, Washington pourrait néanmoins jouer un rôle de surveillance électronique à distance.

Plus important encore, l’ancien diplomate a déclaré que le point de passage égyptien de Rafah vers Gaza, qui est principalement utilisé par les piétons, devrait également être ouvert aux marchandises, avec des capacités de surveillance supplémentaires installées là aussi, ce qui soulagerait le seul point de passage de marchandises d’Israël, Kerem Shalom.

M. Ross a déclaré que si le Hamas poursuivait ses efforts pour détourner l’aide, « il faudrait arrêter immédiatement les efforts de reconstruction et la communauté internationale devrait braquer les projecteurs sur cette situation », ajoutant que le mécanisme exigerait une transparence suffisante pour permettre une telle dénonciation des transgressions du Hamas.

« Ils contraignent leur public, mais ils ne sont pas indifférents à leur public », a déclaré l’ancien envoyé au Moyen-Orient à propos du Hamas, suggérant que le groupe terroriste pourrait être influencé.

M. Ross, qui travaille aujourd’hui au Washington Institute for Near East Policy, n’a pas reproché à l’administration Biden de ne pas encore se pencher publiquement sur ces questions spécifiques, car « elle doit d’abord faire ses devoirs, parler aux Israéliens et obtenir l’adhésion de la communauté internationale. »

Des camions israéliens transportant du carburant diesel entrent au point de passage de Kerem Shalom, à la frontière entre Israël et Gaza, le jeudi 11 octobre 2018. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

Des sacs d’argent

Quelle que soit l’intensité des mécanismes de surveillance, ils demeurent inutiles si l’autre aspect de la conduite de vie à Gaza, au cours des dernières années, reste inchangé.

Avec l’approbation d’Israël, le Qatar a, depuis 2018, fourni quasi mensuellement des millions de dollars en espèces aux dirigeants du Hamas de Gaza pour payer le carburant de l’unique centrale électrique de la bande, permettre au groupe de payer ses fonctionnaires, et fournir une aide à des dizaines de milliers de familles appauvries.

« Honnêtement, c’est de la folie, étant donné le contrôle extrême auquel est soumise toute l’aide (dans le cadre du) GRM ou (de l’aide de l’USAID à Gaza), lorsque le Qatar, à l’instigation d’Israël, donne simplement des valises d’argent liquide pour acheter du calme. Qu’est-ce que vous pensiez qu’il achetait ? », a déploré Joel Braunold, directeur général du S. Daniel Abraham Center for Middle East Peace, sur Twitter en début de semaine.

« Donc, (alors que) nous sommes sur le point de faire peser tous les risques et les défis sur (la) communauté humanitaire, rappelons-nous que nous n’avons aucune idée de l’endroit où l’argent qatari finit. Aucune. Il peut être utilisé pour acheter n’importe quoi », a ajouté M. Braunold, qui a travaillé en étroite collaboration avec des organisations de la société civile israélienne et palestinienne.

« Mais si vous remplaciez cette perfusion économique par une autre ? », a proposé Ilan Goldenberg, le chef de cabinet de l’envoyé spécial du Département d’Etat pour les négociations israélo-palestiniennes sous l’administration Obama, dans son propre fil Twitter. « Laissez davantage de gazaouis sortir de Gaza et laissez-les travailler en Israël, où ils peuvent gagner des salaires plus élevés et ramener cet argent chez eux. »

« Comme ces personnes seraient toutes soumises à un contrôle approfondi par les services de sécurité israéliens, l’argent que vous renverriez à Gaza n’ira presque pas au Hamas », a-t-il écrit, ajoutant que cette proposition serait « loin d’être une solution aux problèmes de Gaza, mais un bon pas. »

L’émir qatari Sheikh Tamim bin Hamad al-Thani participe au sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) au palais Bayan à Koweït City, le 5 décembre 2017. (Crédit : GIUSEPPE CACACE/AFP/Getty Images)

Après la dernière guerre de Gaza, Israël semble reconsidérer son approbation des transferts de fonds qataris.

La radio publique Kan a rapporté mardi que le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre des Affaires Etrangères, Gabi Ashkenazi, font pression pour que les fonds soient transférés par l’intermédiaire de l’AP, plutôt que directement au Hamas.

Cette proposition s’inscrirait dans le droit fil de ce que le haut fonctionnaire du département d’Etat envisage pour la reconstruction de Gaza, qui, si elle est menée à bien, « nous mettra sur la voie de la réintégration, dans une certaine mesure, de l’Autorité palestinienne à Gaza. »

Le président de l’AP, Mahmoud Abbas, a déclaré mardi à Blinken que son gouvernement « est prêt à travailler directement à la reconstruction de Gaza » et que les membres de tout futur gouvernement d’unité, y compris le Hamas, « respecteront les résolutions de légitimité internationale connues de tous. »

Par le passé, M. Abbas s’est montré réticent à l’égard des propositions, visant à rétablir le contrôle de l’AP sur la bande de Gaza, après que celle-ci a été violemment évincée par le Hamas, lors d’un coup d’Etat en 2007.

Le président de l’AP a conditionné ce retour au désarmement du Hamas, ce que le groupe terroriste a longtemps refusé d’envisager.

M. Ross a émis l’hypothèse que M. Abbas « devrait avoir intérêt à vouloir montrer sa pertinence », mais a admis que cela pourrait ne pas être suffisant en soi, étant donné que le Hamas ne renoncera pas à ses armes.

Goldenberg, mardi, dans une conférence en ligne du Israel Policy Forum, a suggéré qu’encourager les Palestiniens à aller de l’avant avec les élections, annulées en avril par Abbas, aiderait à renforcer la légitimité de leur leadership et contribuerait aux efforts de reconstruction.

Mais M. Ross a fait valoir que l’Autorité palestinienne devrait d’abord être poussée à mettre en place des réformes visant à lutter contre la corruption et à promouvoir l’Etat de droit avant d’organiser des élections.

Néanmoins, l’ancien envoyé spécial pour le Moyen-Orient a déclaré qu’Israël et les Etats-Unis devaient tirer les leçons des « erreurs » qui ont permis d’écarter l’AP, plus modérée, au profit du groupe terroriste Hamas.

« Vous pouvez dire que l’Autorité palestinienne n’a pas agi de manière à rendre la paix plus probable, mais elle ne la rejette pas idéologiquement comme le fait le Hamas », a affirmé M. Ross, en soulignant la coopération d’Israël en matière de sécurité avec les forces d’Abbas en Cisjordanie, qui a longtemps été vantée par les généraux de Tsahal, et qui ne pourrait jamais être reproduite avec les forces du Hamas à Gaza.

Après sa rencontre avec M. Abbas, M. Blinken a lui aussi adopté un ton optimiste quant à la perspective d’encourager l’AP à Gaza, déclarant aux journalistes que si le processus de reconstruction est mené correctement, « loin de donner du pouvoir au Hamas, (il) a le potentiel de le miner. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...