Les Gardiens du Temple: 4 Européens qui luttent pour que leur quartier juif vive
Rechercher

Les Gardiens du Temple: 4 Européens qui luttent pour que leur quartier juif vive

Dans ce futur documentaire, les auteurs comptent raconter le combat d’individus "dans des quartiers autrefois très vivants, devenus de simples attractions touristiques"

Présentation du documentaire « Les Gardiens du Temple » de Rudy Saada et Anthony Lesme. (Crédit photo : Vimeo / Les Gardiens du Temple)
Présentation du documentaire « Les Gardiens du Temple » de Rudy Saada et Anthony Lesme. (Crédit photo : Vimeo / Les Gardiens du Temple)

« Quatre Européens se battent pour faire revivre leur quartier juif. Ils sont les Gardiens du Temple, aidez-nous à raconter leurs histoires », annoncent Rudy Saada et Anthony Lesme, journalistes et réalisateurs, à l’origine du projet, qui fait l’objet d’une cagnotte sur le site Kiss Kiss Bank Bank.

Dans ce documentaire de 52 minutes qui est encore à réaliser, les deux hommes comptent raconter le combat d’individus « dans des quartiers autrefois très vivants, devenus de simples attractions touristiques ». Ils doivent ainsi se rendre à Cordoue, Cracovie, Venise et Berlin afin de se poser « une question malheureusement plus que jamais d’actualité : Y a-t-il un futur pour les Juifs en Europe ? »

Sur leur page, les deux auteurs expliquent avoir eu l’idée du documentaire face à la résurgence de l’antisémitisme en Europe. « On voulait remplacer les chiffres et les statistiques par l’humain, explique Anthony Lesme. Et surtout ne pas apporter de réponse définitive, laisser les expériences des personnages dessiner un fait : hormis en France et en Grande Bretagne, la présence juive n’est célébrée en Europe que par le biais de la mémoire et du patrimoine. »

« C’est un thème pesant et difficile à aborder, explique Rudy Saada. L’idée des Gardiens du Temple est d’être assez esthétique et agréable pour embarquer le spectateur dans la réflexion sans le brusquer. Le combat de nos personnages traduit toute la diversité du judaïsme européen, mais aussi la complexité des problèmes quotidiens auxquels ils font face. »

Les journalistes notent néanmoins que, malgré l’antisémitisme, « il y a un renouveau de la culture juive en Europe ». « A Belmonte, au Portugal, une communauté de Maranes se structure ; à Berlin, 20 000 Israéliens sont venus s’installer ces dernières années, il y a un frémissement », explique Anthony.

Loin de vouloir faire un documentaire sociétal ou de tourisme, les deux journalistes veulent se concentrer davantage sur l’humain. « On a beaucoup lu et cherché des histoires fortes », avance Anthony. « J’aime les personnages solaires, ceux qui se battent jusqu’au bout même si leur combat s’effectue contre des moulins », insiste Rudy. « On a découvert des gens et des histoires formidables, on les a contactés, et on a compris qu’on était sur la bonne voie. »

Leur projet les mènera ainsi à travers l’Europe à la rencontre de quatre personnages aux parcours divers. Ils comptent notamment faire témoigner Janusz Makush, un Polonais catholique de Cracovie qui organise chaque année depuis 28 ans le plus grand festival de culture juive européenne. En Espagne, à Cordoue, ils rencontreront Sébatian de la Obra, qui a créé un musée juif dans une maison attenante à l’ancienne synagogue.

Actuellement, leur projet, qui propose de nombreuses contreparties, a réuni plus de 5 500 euros, sur les 22 000 escomptés. La cagnotte prendra fin dans une vingtaine de jours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...