Israël en guerre - Jour 198

Rechercher

Les humains plus doués que les machines pour évaluer l’âge d’une personne

Selon l’auteur d’une recherche sur la question, au lieu de surmonter nos préjugés pour évaluer l'âge d'un individu, l'IA exagèrerait en fait ces mêmes préjugés

Illustration : Un outil d'intelligence artificielle identifiant les éléments d'un visage humain pour les analyser. (Crédit : vchal/iStock by Getty Images)
Illustration : Un outil d'intelligence artificielle identifiant les éléments d'un visage humain pour les analyser. (Crédit : vchal/iStock by Getty Images)

Les outils d’intelligence artificielle (IA) comme ChatGPT font peut-être du bon travail en ce qui concerne les imitations de nos expressions verbales, mais ils ne peuvent pas rivaliser avec notre capacité à estimer l’âge des autres, ont découvert des chercheurs israéliens.

Des psychologues de l’université Ben Gurion affirment avoir confronté des humains à 21 des meilleurs outils d’intelligence artificielle censés pouvoir estimer l’âge.

Ils ont constaté que, lorsqu’ils tentaient d’estimer l’âge de personnes âgées de 60 à 80 ans, tant les humains que les programmes d’IA affichaient un manque de précision flatteur, car ils sous-estimaient les âges. Les humains étaient néanmoins beaucoup plus proches de la réalité que l’IA : ils se trompaient de sept ans en moyenne, alors que l’apprentissage automatique se trompait de neuf ans en moyenne.

Ces résultats ont été obtenus en analysant 480 photographies de personnes, prises alors qu’elles affichaient une expression neutre et avec un sourire. En étudiant les résultats des photos où les sujets souriaient, ils ont constaté que les estimations étaient encore moins précises que pour les photos neutres , avec un décalage supplémentaire de 1,1 an pour les humains, contre 2,4 pour l’IA.

Ces fortes divergences démontrent que le rêve de voir l’IA fournir des informations plus objectives que les humains, exemptes de préjugés, nécessite encore bien des améliorations, a confié le professeur Tzvi Ganel, l’un des auteurs de l’étude évaluée par des pairs, au Times of Israel.

« Plutôt que de surmonter nos préjugés lorsqu’il s’agit d’estimer l’âge, l’IA exagère en fait ces mêmes préjugés », a-t-il expliqué, ajoutant que ses recherches confirment que le cerveau humain possède des « indices et des stratégies » particulièrement élaborés pour deviner l’âge de quelqu’un.

Une femme célébrant son 70e anniversaire Illustration (Crédit : TatyanaGl/iStock by Getty Images)

Ainsi, le cerveau humain est conditionné de manière inconsciente, lorsqu’il voit une femme, à calculer son âge probable en fonction des normes culturelles, a expliqué Ganel, et notamment à la probabilité qu’elle utilise des crèmes anti-âge en fonction de son origine et de son statut.

Les visages souriants sont le point faible de l’IA, comme l’indique l’écart important observé lorsque les sujets des photos souriaient.

Selon Ganel, le cerveau humain a du mal à déterminer l’âge des visages souriants, car l’activité musculaire provoque des rides qui nous font croire que les personnes sont plus âgées qu’elles ne le sont en réalité. Mais comme le cerveau humain est assez efficace pour imaginer le visage lorsqu’il ne sourit pas, le préjugé du sourire n’est pas pris en compte.

Le professeur Tzvi Ganel de l’université Ben Gurion. (Crédit : Autorisation/Université Ben Gurion)

« L’IA n’a en revanche aucune idée que le sourire est une situation temporaire qui va changer, et elle interprète donc le visage en fonction de l’expression qu’elle voit à ce moment précis », a expliqué le professeur Ganel.

Dans les conclusions de l’étude, il écrit, avec ses collaborateurs, le professeur Carmel Sofer de l’université Ben Gurion et le professeur Melvyn A. Goodale de l’université Western, que « la technologie actuelle d’estimation de l’âge par l’IA a encore du chemin à parcourir avant d’égaler les performances humaines ».

« Notre objectif était double. Premièrement, en documentant les performances de l’éventail d’IA actuellement disponibles, obtenir un aperçu de la façon dont les humains perçoivent l’âge. Deuxièmement, fournir de nouvelles pistes pour le développement d’une technologie d’IA plus précise et moins biaisée. Nous pensons avoir fait des progrès sur ces deux fronts, » ont-ils conclu.

 

 

 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.