Les Israéliens affluent vers les centres commerciaux malgré la hausse des cas
Rechercher

Les Israéliens affluent vers les centres commerciaux malgré la hausse des cas

Le taux de positivité des tests est passé à 2 % et le nombre de cas dépasse le millier pour le deuxième jour consécutif

Des Israéliens au centre commercial Ayalon, à Ramat Gan, le 27 novembre 2020. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Des Israéliens au centre commercial Ayalon, à Ramat Gan, le 27 novembre 2020. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Les Israéliens ont afflué vers les quinze centres commerciaux qui ont eu le droit de rouvrir vendredi matin, formant d’interminables files d’attente. Ces réouvertures font partie d’un plan pilote mis en place alors que la force de travail de l’armée a noté une hausse « nette et constante » du nombre de contaminations en Israël.

Un certain nombre de centres commerciaux ont ouvert leurs portes dans le cadre d’un plan pilote approuvé par le cabinet chargé de la lutte contre le coronavirus, alors que des chiffres indiquent que les nouvelles infections par la COVID-19 sont en nette augmentation. Les marchés de plein air et certains musées pourront également rouvrir dans le cadre du plan pilote.

Ces réouvertures ont attiré les foules, ce qui, selon les propriétaires des chaînes de magasins, était inévitable en raison du faible nombre de centres commerciaux autorisés à rouvrir, selon la Treizième chaîne.

« Ils nous ont condamné à l’échec », a déclaré un propriétaire d’entreprise non identifié.

Le marché Mahané Yehouda à Jérusalem, le 27 novembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Une femme appelée Shira a déclaré à Ynet qu’elle est venue dès l’ouverture des magasins par peur d’un troisième confinement.

« Nous fêtons la bar-mitsva de mon frère prochainement, donc nous sommes venus vite avant qu’il y ait un nouveau confinement pour lui acheter ses tenues pour la fête. Je pense que les gens sont à bout, donc il n’y avait pas le choix que d’ouvrir [les commerces] », a-t-elle dit.

Le ministre des Finances Israël Katz a écarté les craintes que l’ouverture généralisée du commerce puisse entraîner une augmentation du nombre de cas.

Le ministre des Finances Israël Katz au marché Mahané Yehouda à Jérusalem, le 27 novembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Il n’y a aucune raison que cette réouverture cause un prochain confinement », a dit Katz durant une visite du marché Mahané Yehouda, bondé, à Jérusalem. « Mais dans les lieux où la morbidité [est élevée], la loi doit être appliquée. »

Au total, quinze centres commerciaux de l’ensemble du pays ont eu le droit de rouvrir, dont neuf choisis par tirage au sort dans la nuit, et six qui ont reçu une autorisation au préalable.

Le ministère de l’Économie a déclaré que les lauréats de ce tirage au sort étaient Big Fashion à Beit Shemesh, Center 1 à Jérusalem, Arad Mall, M Haderech à Beit Herut, Seven Stars à Herzilya, Sharonim à Hod Hasharon, CineMall à Haifa, Arena Mall à Nahariya et Mall One à Nof Hagalil. Les autres centres commerciaux appartiennent à deux des plus grands exploitants de centres commerciaux d’Israël, les groupes Azrieli et Ofer. Ils sont implantés à Jérusalem, Haifa, Kiryat Bialik, Ramat Gan, Petah Tikva et Beer Sheva.

Les propriétaires des centres commerciaux ont fait pression pour être autorisés à rouvrir à temps pour les promotions du Black Friday.

Les propriétaires et les employés de ces entreprises recevront une formation spéciale. Les commerces essentiels, tels que les épiceries et les pharmacies, seront autorisés à recevoir plus de clients que les autres. Les propriétaires ou exploitants de centres commerciaux qui enfreignent les directives écoperont d’une amende de 5 000 shekels pour chaque infraction.

À la fin du projet pilote, les responsables tireront des conclusions sur la sécurité des ouvertures de centres commerciaux et décideront quand et comment les autres centres commerciaux en Israël rouvriront. Les critères seront basés sur le respect des limites de fréquentation, le port du masque et l’absence de rassemblements à l’entrée des centres commerciaux et des magasins.

Des Israéliens au centre commercial Ayalon, à Ramat Gan, le 27 novembre 2020. (Crédit ; Avshalom Sassoni/Flash90)

Les centres commerciaux sont fermés – à l’exception des magasins essentiels qui s’y trouvent – depuis la mi-septembre en vertu des règles de verrouillage. Les magasins de rue ont été autorisés à rouvrir au début du mois, avec un plafond pour le nombre de clients, qui a été porté de quatre à dix mercredi.

La réouverture a eu lieu à la suite d’un rapport d’un groupe de travail militaire avertissant que les cas de virus dans le pays augmentaient désormais « de manière claire et constante », ajoutant que l’augmentation des tests ne suffisait pas à elle seule pour expliquer l’augmentation du nombre d’infections identifiées.

Vendredi matin, le nombre de reproduction de base du virus – le nombre moyen de personnes infectées par chaque porteur du virus – a atteint 1,13. Ce chiffre est basé sur le nombre de nouveaux cas recensés 10 jours plus tôt en raison de la période d’incubation du virus.

Un taux de reproduction de base supérieur à 1 indique que le nombre de cas va commencer à augmenter de manière exponentielle.

Le cabinet chargé de la lutte contre le coronavirus, un panel de ministres s’occupant de l’épidémie, avait initialement décidé que la sortie du confinement ne devrait commencer que si le taux de reproduction était inférieur à 0,8. Selon le plan du ministère de la Santé, l’assouplissement des mesure est supposé être suspendu si le taux augmente. Le gouvernement a cependant ignoré ce point de référence, en continuant à assouplir les restrictions.

De hauts responsables de la santé ont averti à plusieurs reprises de la nécessité d’un éventuel troisième confinement national en Israël pour contenir le coronavirus, mettant en garde contre un nouvel assouplissement des restrictions jusqu’à une nouvelle baisse des infections.

Les données publiées par le ministère de la Santé vendredi matin ont montré qu’Israël reste au-dessus de 1 000 nouveaux cas par jour, ce qui indique que la propagation du virus pourrait s’accélérer à nouveau, alors même que le gouvernement s’efforce de relancer le pays à l’issue de ce deuxième confinement.

Des membres de l’équipe hospitalière transfèrent des patients dans le nouveau service coronavirus de l’hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 16 novembre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le taux de positivité des tests est passé à 2 %, avec 52 516 tests effectués jeudi.

Il y a eu 1 072 nouveaux cas diagnostiqués jeudi, selon les chiffres du ministère publiés vendredi matin.

Cinq décès pendant la nuit ont porté le bilan à 2 834 morts.

Le nombre de cas actifs de coronavirus dans le pays est passé à 9 575 sur un total de 333 443 cas en Israël depuis le début de la pandémie.

Parmi les personnes atteintes du virus, 275 sont dans un état grave, dont 117 sous respirateur. Il y avait 68 personnes dans un état modéré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...