Rechercher

Les médecins de l’hôpital Sheba examinent les réfugiés ukrainiens à distance

Grâce aux technologies de télémédecine israéliennes, les médecins peuvent soigner les réfugiés sur la frontière entre l'Ukraine et la Moldavie

Une femme enceinte se fait faire une échographie qui sera examinée à distance par l'hôpital Sheba grâce aux technologies de télémédecine à Kishinev, en  Moldavie, le 2 mars 2022. (Crédit : Hôpital Sheba)
Une femme enceinte se fait faire une échographie qui sera examinée à distance par l'hôpital Sheba grâce aux technologies de télémédecine à Kishinev, en Moldavie, le 2 mars 2022. (Crédit : Hôpital Sheba)

Dans un bureau de Tel Aviv, un médecin examine les poumons d’un réfugié ukrainien qui se trouve à 12 000 kilomètres de son cabinet. Une visite médicale inhabituelle qui entre dans le cadre du nouvel « hôpital virtuel » qui permet aux médecins et autres infirmiers de s’occuper des personnes déplacées et blessées par les frappes russes.

Ils peuvent ainsi examiner des patients en utilisant toute une gamme de solutions technologiques – un grand nombre d’entre elles développées en Israël – qui permettent de proposer aux réfugiés des examens en télémédecine, des échographies prénatales, des analyses de sang, des examens de santé parfois vitaux et autres.

Les médecins sont installés à l’hôpital Sheba, le plus grand hôpital d’Israël, et les malades sont à Chisinau, la capitale moldave. Dans cette ville qui est située à proximité de la frontière ukrainienne, Sheba a envoyé un médecin et plusieurs bénévoles qui aident les patients à interagir avec les docteurs et autres spécialistes qui se trouvent, pour leur part, au sein de l’État juif.

L’équipe de Sheba fait partie d’une délégation envoyée par l’organisation de secours United Hatzalah of Israel, dont le siège est à Jérusalem.

« Je soigne toutes sortes de gens. Il y a des femmes enceintes, des personnes âgées, qui souffrent d’un certain nombre de troubles entraînés par le long voyage incroyablement stressant jusqu’à la frontière », commente le professeur Gadi Segal, chef des services de télémédecine internes, auprès du Times of Israël.

« Et il y a des enfants et des malades chroniques qui ont besoin de tests sanguins de pointe. Tous sont pris en charge à partir de mon bureau, à Sheba, » ajoute-t-il.

Une femme enceinte et réfugiée ukrainienne, Sarah Misk, lors d’une consultation de télémédecine à distance avec l’hôpital Sheba à Kishinev, en Moldavie, le 2 mars 2022. (Crédit : Hôpital Sheba)

Il a souligné que la télémédecine a fait des progrès pendant la crise du coronavirus, ajoutant que « nous avons appris pendant la pandémie comment la télémédecine peut révolutionner la médecine traditionnelle et elle avance encore, ce qui nous permet de prendre en charge virtuellement les réfugiés depuis ici, en Israël ».

« Les limites imposées par la géographie et la distance sont en train d’être abolies. Nous pouvons poser un diagnostic clinique avec les meilleures consultations possibles pour des patients qui se trouvent en zone de guerre, et même sur le front », poursuit-il.

L’un des systèmes utilisés, Pulsenmore, est un dispositif d’échographie portable prénatal qui permet de prendre des images, les envoyant pour analyse au service d’obstétrique et de gynécologie de Sheba, en Israël.

Image informatisée d’un dispositif par ultra-son en développement dans la start-up israélienne PulseNmore qui permettrait à une femme enceinte de vérifier que tout va bien chez son bébé via smartphone. (Capture d’écran : Hadashot)

TytoCare examine les poumons, les cœur, la bouche, les oreilles, la peau, la température et le niveau de saturation en oxygène des enfants réfugiés, tandis que les unités de Biobeat Medical Technologies contrôlent les fonctions vitales et envoie en temps réel les résultats de ses contrôles aux médecins qui se trouvent à distance.

Sarit Lerner, en charge de la technologie Sheba Beyond, le programme de télémédecine de l’hôpital, explique que son équipe s’est mise au travail dès qu’elle en a eu l’opportunité.

« Nous avons ressenti une sorte d’obligation morale de fournir cette technologie et l’expertise des médecins et des spécialistes de Sheba sur le terrain, pour venir en aide à ces réfugiés », dit-elle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...