Israël a suspendu la détention de Mohammed al-Qiq
Rechercher

Israël a suspendu la détention de Mohammed al-Qiq

Le journaliste pour la TV saoudienne a été arrêté pour "activité terroriste" en lien avec le Hamas ; Les médecins refusent de nourrir de force un gréviste de la faim palestinien

Une affiche de campagne pour la libération du gréviste de la faim palestinien Mohammed al-Qiq, qui a été arrêté le 21 novembre 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Une affiche de campagne pour la libération du gréviste de la faim palestinien Mohammed al-Qiq, qui a été arrêté le 21 novembre 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Les médecins du centre médical HaEmek d’Afula ont refusé de nourrir de force le journaliste palestinien Mohammed al-Qiq, malgré une décision du comité d’éthique de l’hôpital les autorisant à le faire. Al-Qiq est en grève de la faim depuis plus de deux mois, pour protester contre sa détention par Israël.

Israël a plus tard dans l’après-midi suspendu sa détention.

« Nous suspendons l’ordre de détention administrative » de Mohammed al-Qiq « en raison de son état de santé », a annoncé la Cour suprême. Ses proches peuvent à présent lui rendre visite, mais il n’a pas le droit de quitter sans autorisation l’hôpital où il se trouve, a décidé le tribunal.

Mahmoud Hamid, un médecin israélien et membre de l’association des médecins pour les droits de l’Homme, a déclaré qu’il était « très inquiet de la situation de Qiq, mais est encouragé par le refus de l’équipe médicale de le traiter de force ».

Qiq, 33 ans et père de deux enfants, correspondant pour la chaîne de télévision d’Arabie saoudite Almajd TV, a été arrêté le 21 novembre dans sa maison de Ramallah, en Cisjordanie.

Il est détenu par Israël dans le cadre de la loi controversée sur la détention administrative, qui permet à l’Etat d’emprisonner sans procès des suspects pendant une période de six mois renouvelable.

Il a refusé de se nourrir depuis le 25 novembre pour protester contre la « torture et les mauvais traitements subis pendant son interrogatoire » selon Addameer, une organisation palestinienne des droits de l’Homme.

Il a fait appel de sa détention mais la Cour suprême israélienne a refusé mercredi d’ordonner sa libération bien qu’elle ait dit qu’elle suivrait son état de santé quotidiennement.

Le Shin Bet, les services de sécurité intérieure israélien, a déclaré que Qiq avait été arrêté pour « activité terroriste » en tant qu’élément du groupe terroriste du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...