Les ministres votent la réouverture des magasins la semaine prochaine
Rechercher

Les ministres votent la réouverture des magasins la semaine prochaine

Edelstein et Gamzu ont souligné que la tendance à la baisse n'était plus d'actualité ; le ministère des Finances salue cette relance de l'économie après deux mois de paralysie

Un homme passe devant des magasins fermés dans la rue Jaffa, à Jérusalem, le 25 mars 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Un homme passe devant des magasins fermés dans la rue Jaffa, à Jérusalem, le 25 mars 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les ministres ont voté mercredi la réouverture des commerces et des magasins la semaine prochaine, malgré l’objection des autorités sanitaires, près de deux mois après leur fermeture.

Le nombre de nouveaux cas de coronavirus a chuté en Israël, passant de 8 000 cas quotidiens à la mi-septembre à quelques centaines fin octobre grâce à un confinement national, qui a été progressivement levé ces dernières semaines.

Les commerces non-essentiels n’ont toujours pas reçu l’autorisation de rouvrir et les autorités sanitaires appellent à une réouverture progressive de l’économie et des écoles.

Le bureau du Premier ministre a déclaré dans un communiqué que les ministres avaient validé l’ouverture des magasins dès dimanche, sous réserve qu’un maximum de quatre clients soient présents en même temps dans le magasin, conformément aux restrictions sanitaires.

Cependant, cette décision ne concerne que les magasins ayant pignon sur rue, à l’exclusion des centres commerciaux, et uniquement dans les secteurs ou le taux d’infection est faible.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein a voté contre cette réouverture, suite à l’augmentation du taux de retransmission au sein de la population israélienne, avertissant que cela pourrait conduire à « davantage de contaminations et à un troisième confinement ».

Les responsables ont laissé comprendre que la tendance à la baisse avait cessé et que la courbe pourrait s’inverser.

Ronni Gamzu, anciennement chargé de la lutte contre le coronavirus, s’est aussi opposé à la levée des restriction car le taux de reproduction de base d’Israël, ou le taux de nouveaux cas résultant de chaque infection par coronavirus, s’élève à 0,8, autrement dit le niveau auquel les responsables de la Santé ont précédemment déclaré qu’ils recommanderaient de réduire certaines des mesures prises pour assouplir le confinement.

Ronni Gamzu, le responsable de la lutte contre le coronavirus, lors d’une visite à la mairie de Jérusalem, le 13 octobre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu était également réticent à rouvrir les commerces et a averti que le gouvernement pourrait revenir sur l’autorisation si les chiffres venaient à grimper.

« Nous savons qu’il y a une certaine hausse du nombre de cas, et c’est pour cela que nous déciderons la semaine prochaine, avant la troisième étape du déconfinement, qu’en cas de nouvelles infections, nous devrons arrêter et peut-être même renforcer les restrictions », a-t-il dit dans une vidéo.

Cette décision a au contraire été saluée par le ministre des Finances Israël Katz, qui a déclaré que « les petits entrepreneurs étaient en première ligne de cette crise économique causée par la Covid-19 et ces restrictions sont, pour eux, cher payé. »

La prolongation de ces restrictions a excédé de nombreux commerçants, en raison des dommages financiers occasionnés par le confinement et l’aide insuffisante accordée par le gouvernement. Ils ont violemment manifesté et certains commerçants ont été jusqu’à brûler leurs inventaires dans la rue.

Des propriétaires de commerces protestent contre le bouclage national en cours à Tel Aviv, le 15 octobre 2020. (Flash90)

Avant la réunion de mercredi, une alliance de chaînes de magasins de vêtements, de commerce et de restauration a envoyé une lettre aux membres du cabinet, indiquant que si les petites entreprises étaient autorisées à ouvrir, mais que les centres commerciaux en plein air restaient fermés, ils ouvriraient quand même leurs portes dimanche.

La lettre souligne l’indignation suscitée par la distinction établie entre les petites entreprises et les centres commerciaux en extérieur. Elle affirme que les entreprises n’auront d’autre choix que d’ouvrir leurs portes dimanche, tout en respectant les réglementations gouvernementales en matière de sécurité contre le coronavirus.

« Nous avons entendu ces derniers jours une nouvelle idée du ministère de la Santé, qui établit une distinction artificielle entre les magasins de rue et les centres commerciaux en extérieur. Aucune différenciation de ce type n’a été faite dans aucun autre pays du monde », indique la lettre.

Nathan Jeffay a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...