Les représentants de la tribu qui s’est inventée juive en visite en Israël
Rechercher

Les représentants de la tribu qui s’est inventée juive en visite en Israël

Redécouvrant l'Ancien Testament en 1919, le chef militaire Semei Kakungulu fonde une communauté juive sans savoir qu'il en existe ailleurs dans le monde

Sept garçons de la communauté juive Abayudaya célèbrent leur bar-mitsva, le 18 octobre 2014. (Crédit : Melanie Lidman / Times of Israël)
Sept garçons de la communauté juive Abayudaya célèbrent leur bar-mitsva, le 18 octobre 2014. (Crédit : Melanie Lidman / Times of Israël)

Deux dirigeants des Abayudaya, « le peuple de Juda » en langue Luganda, se sont rendus en Israël afin d’y être ordonnés rabbins, rapporte Actualité juive.

Convertis en 2004 par cinq rabbins réformistes américains, les Abayudayas sont reconnus comme Juifs par l’Agence juive mais pas le rabbinat israélien.

Leur histoire remonte à la fin du XIXe siècle, lorsque Semei Kakungulu décide de se convertir au protestantisme pour s’attirer les faveurs du protectorat anglais, espérant qu’il l’autorise à créer son propre royaume.

« Mais constatant que ce ne sera pas le cas, rapporte le journal, Semei Kakungulu décide d’abandonner la chrétienté et rejoint la secte de Bamalaki, dont les croyances se fondent conjointement sur l’Ancien et le Nouveau testament. »

En 1919, il décide finalement de ne s’appuyer que sur l’histoire et les rites de l’Ancien Testament et fonde, sans le savoir, une communauté juive, sans connaître l’existence du reste de la diaspora.

Les hommes de la tribu apprendront les bases du judaïsme grâce une rencontre opportune avec un marchand juif rencontré à Kampala.

« Aujourd’hui la communauté est constituée de 1 000 âmes, explique Actualité juive, après avoir été réduite à 300 sous les persécutions, dans les années 1970, d’Idi Amin Dada qui interdit le judaïsme. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...