Des Républicains acceptent d’armer les enfants dans la série de Baron Cohen
Rechercher

Des Républicains acceptent d’armer les enfants dans la série de Baron Cohen

Une bande-annonce de la nouvelle série du farceur juif l'a montré amenant des politiciens à prôner l'armement des tous-petits dans les jardins d'enfants

Le comédien Sacha Baron Cohen a partagé un aperçu de sa nouvelle émission quelques heures avant son lancement prévu dans la soirée de samedi, montrant des législateurs républicains prônant l’armement des tous-petits dans les jardins d’enfants et leur formation à la manipulation d’armes variées.

Baron Cohen incarne différents personnages et se déguise dans cette série en sept épisodes très attendue, qui est intitulée « Who Is America » et qui semble se concentrer sur la droite américaine à l’ère de Donald Trump.

Dans la bande-annonce promotionnelle, le comédien juif britannique interprète un Israélien, le colonel Erran Morad, qui se décrit comme étant le « Terminator des terroristes ».

Les députés républicains Dana Rohrabacher de Californie, Joe Wilson de Caroline du sud et Trent Lott, ancien chef de la majorité au Sénat et représentant du Mississipi, sont amenés habilement à soutenir la formation à l’utilisation des armes des petits enfants et leur armement.

« Je soutiens le programme du jardin d’enfants. Nous, en Amérique, devrions être suffisamment avisés pour nous aussi le mettre en oeuvre », explique Lott dans le clip.

« C’est quelque chose auquel nous devrions réfléchir en Amérique, mettre des armes entre les mains des citoyens respectueux de la loi, des bonnes personnes – qu’il s’agisse des enseignants, ou des enfants doués, ou des tous-petits très doués dans les jardins d’enfants ».

« Peut-être qu’avoir de nombreux jeunes formés, qui ont compris comment se défendre dans leurs écoles, pourrait nous mettre davantage en sécurité ici », dit Rohrbacher.

Un « enfant de trois ans ne peut pas se défendre d’un fusil d’assaut en jetant dessus une boîte de crayons Hello Kitty », commente pour sa part Wilson. « Nos pères fondateurs n’ont pas indiqué de limite d’âge dans le Deuxième amendement ».

L’ancien représentant républicain de l’Illinois, Joe Walsh, fait également part de son soutien au programme de formation fictif.

« La session d’apprentissage intensive de trois semaines pour les crèches présente à des enfants spécialement sélectionnés de 12 mois à quatre ans des pistolets, des fusils, des armes semi-automatiques et offre une connaissance rudimentaire des mortiers », note-t-il. « En moins d’un mois… un élève de cours préparatoire peut apprendre à manipuler une grenade ».

Walsh a indiqué à CNN que Baron Cohen, star de « Borat » et du « Da Ali G Show », avait compté sur son soutien à Israël pour le duper.

« On sait que je suis un grand soutien d’Israël et on m’a présenté cette récompense remise aux plus grands amis d’Israël », a-t-il expliqué dans une interview donnée dimanche. « J’ai découvert plus tard que tout cela était une ruse probablement utilisée pour que je sois amené à dire des stupidités ».

« On m’a fait lire sur un prompteur certains des produits innovants inventés par Israël », a-t-il ajouté.

« Puis on m’a fait lire cette information sur cet enfant de quatre ans en Israël qui, lorsqu’un terroriste était entré dans sa salle de classe, était parvenu à se saisir de l’arme du terroriste et l’avait mis en joue. J’ai supposé que c’était un exemple de la manière dont Israël entraîne ses enfants, dans les crèches, à l’usage des armes. Pourquoi n’aurions-nous pas fait la même chose en Amérique ? », a-t-il interrogé.

Contrairement aux autres personnalités trompées par Baron Cohen, Walsh a beaucoup ri de sa mésaventure.

« C’est un homme drôle et ce qu’il m’a fait était amusant. Je vais probablement passer pour quelqu’un de très stupide mais ça va, je suis un grand garçon », a-t-il dit.

Un politicien a su éviter le piège : Le représentant de Floride, Matt Gaetz. « Vous voulez que je dise à la télévision que je soutiens des enfants de 3 ou 4 ans manipulant des armes à feu ? C’est ça que vous me demandez de faire ? », a-t-il dit à Baron Cohen, déguisé. « Habituellement, les membres du Congrès ne se contentent pas d’entendre une histoire sur un programme pour indiquer ensuite s’ils le soutiennent ou non », a-t-il ajouté.

Une autre des dernières cibles du comédien, le candidat perdant au Sénat Roy Moore, a menacé de porter plainte pour diffamation en raison d’un prochain épisode de la série.

« Je ne connaissais pas Sacha Cohen et je ne savais pas qu’une série de télévision pouvait être programmée pour embarrasser, humilier et ridiculiser non seulement Israël mais également des conservateurs religieux comme Sarah Palin, Joe Walsh et Dick Cheney,” a écrit Moore sur Facebook.

Palin a expliqué avoir participé à la série malgré ce qu’elle a qualifié de longue interview remplie de « sarcasme et d’irrespect très hollywoodien » avant de finalement partir.

Dans un post publié la semaine dernière sur Facebook, elle a défié Baron Cohen et Showtime de remettre les bénéfices de l’émission à une organisation caritative pour les vétérans.

L’ancien shérif Joe Arpaio, qui se présente au sénat américain pour représenter l’Arizona, pensait pour sa part participer à une émission se concentrant sur les 20 personnalités les plus connues aux Etats-Unis.

La chaîne a gardé une discrétion absolue sur la série. Baron Cohen n’a publié qu’une vidéo énigmatique de l’ancien vice-président Dick Cheney, sollicité pour signer un pot à eau qu’un homme – probablement Baron Cohen — appelle sa « trousse de torture ».

Le comédien juif devrait également incarner l’ancien agent israélien du Mossad, Eli Cohen, dans une mini-série diffusée sur Netflix et intitulée « Spy », dans le courant de l’année.

La mère de Baron Cohen est née en Israël et l’acteur parle couramment l’hébreu, une langue qu’il a utilisée pour certains de ses anciens personnages.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...