Israël en guerre - Jour 281

Rechercher

Les Républicains s’engagent à soutenir Israël et à expulser les « radicaux pro-Hamas »

Le programme promet "la plus grande expulsion de l'histoire américaine", et dit vouloir rechercher la paix au Proche-Orient et reproduire le Dôme de fer

L'ancien président américain Donald Trump se dirige vers la scène après que le vice-président Mike Pence a prononcé un discours lors du troisième jour de la convention nationale républicaine au Fort McHenry National Monument and Historic Shrine à Baltimore, dans le Maryland, le 26 août 2020. (Crédit : AP/Andrew Harnik)
L'ancien président américain Donald Trump se dirige vers la scène après que le vice-président Mike Pence a prononcé un discours lors du troisième jour de la convention nationale républicaine au Fort McHenry National Monument and Historic Shrine à Baltimore, dans le Maryland, le 26 août 2020. (Crédit : AP/Andrew Harnik)

Le programme du Parti républicain pour 2024 s’engage à lutter contre l’antisémitisme et à assurer la sécurité d’Israël. Il promet également de lutter contre les préjugés antichrétiens et contre la « folie du genre ».

Le parti s’engage aussi, en majuscules, à « EXPULSER LES RADICAUX PRO-HAMAS ET A RENDRE NOS CAMPUS A NOUVEAU SURS ET PATRIOTIQUES ».

Les partis publient traditionnellement des programmes lors des années électorales, avant leur convention nationale, afin de mettre en avant leurs valeurs et de dresser une liste de politiques souhaitées si leur candidat remporte la Maison Blanche.

Le programme des républicains, publié lundi et qui sera soumis à un vote lors de la convention de la semaine prochaine à Milwaukee, est fortement influencé par les priorités et la terminologie employée par le candidat, l’ancien président des États-Unis Donald Trump – jusqu’au style d’écriture – en majuscules – auquel il a fréquemment recours dans ses messages sur les réseaux sociaux. Il s’en prend également à plusieurs reprises à l’administration Biden.

Si les querelles sur les programmes ont parfois fait des vagues parmi les initiés des partis, il s’agit en grande partie de documents symboliques, non contraignants, qui ont peu d’implications concrètes.

Le débat sur la terminologie employée concernant Israël dans le document du Parti démocrate pourrait être plus intense, étant donné l’approche de plus en plus hostile de l’aile progressiste à l’égard du gouvernement israélien. Mais comme le président américain Joe Biden contrôle toujours le parti, les partisans d’une rhétorique plus critique à l’égard d’Israël seront probablement mis à l’écart pour au moins une autre élection. En outre, les discussions sur la plate-forme ont été largement mises de côté, le parti se concentrant sur la décision de maintenir ou non Biden comme candidat après sa piètre performance lors du débat du mois dernier.

Des troopers du Département de la sécurité publique du Texas aidant à guider les migrants vers une zone de traitement après qu’ils ont traversé le Rio Grande du Mexique vers les États-Unis, à Eagle Pass, au Texas, le 3 janvier 2024. (Crédit : Eric Gay/AP Photo)

Le document de 16 pages du parti républicain, intitulé « MAKE AMERICA GREAT AGAIN ! », est la première plateforme des Républicains depuis la victoire électorale de Trump en 2016. Il comprend des propositions qui inverseraient les politiques intérieures adoptées depuis longtemps par les Juifs américains, notamment en affaiblissant les séparations entre l’Église et l’État et en réprimant massivement l’immigration. Il affirme notamment que l’avortement devrait être laissé à la discrétion des États et promet de protéger le contrôle des naissances et les traitements de fertilité, qui ont été la cible de certains républicains.

D’autres politiques, notamment la promesse de lutter contre l’antisémitisme et d’assurer la sécurité d’Israël, s’inscrivent dans l’ambition républicaine de longue date d’éroder l’avantage historique considérable des démocrates parmi les électeurs juifs.

Le programme, qui fait écho aux promesses de campagne de Trump, promet la « plus grande expulsion de l’histoire américaine ». Le projet d’expulser « des millions d’immigrés clandestins » alarmerait probablement le large éventail de groupes juifs comme l’Anti-Defamation League, l’HIAS et l’American Jewish Committee qui, traditionnellement, défendent les immigrés et décrient de tels projets.

En particulier, la plateforme indique que le parti rétablira l’interdiction de voyager émise par Trump, qui avait interdit l’entrée aux citoyens de plusieurs pays à majorité musulmane. En 2017, l’interdiction a été la rare politique intérieure qui a suscité des critiques de la part des quatre grandes courants juifs américains.

Le programme s’engage spécifiquement à expulser les non-citoyens qui soutiennent le terrorisme, ce que préconise depuis longtemps le principal conseiller de Trump en matière d’immigration, Stephen Miller, qui est juif. Le programme inclut cette promesse dans sa section sur l’antisémitisme.

« Les républicains condamnent l’antisémitisme et soutiennent la révocation des visas des ressortissants étrangers qui soutiennent le terrorisme et le djihadisme », indique le programme.

« Nous demanderons des comptes à ceux qui commettent des actes de violence contre le peuple juif. »

Les républicains du Congrès ont entrepris un certain nombre d’enquêtes dans des universités où des étudiants juifs ont déclaré ne pas se sentir en sécurité et se sont attirés les félicitations de leurs détracteurs libéraux pour leur lutte contre l’antisémitisme.

L’effort pour revendiquer la lutte contre l’antisémitisme intervient après des années au cours desquelles les détracteurs juifs de Trump l’ont accusé d’encourager les vieilles théories du complot antisémite et de refuser de condamner ses partisans antisémites et extrémistes. En 2022, il a dîné avec Kanye West, le rappeur qui a formulé une diatribe antisémite, et Nick Fuentes, un négationniste, bien qu’il les ait désavoués par la suite.

Le rappeur Kanye West montrant au président Donald Trump une photographie d’un avion à hydrogène lors d’une réunion dans le bureau ovale de la Maison Blanche, à Washington, le 11 octobre 2018. (Crédit : AP Photo/Evan Vucci)

Les partisans juifs de Trump rétorquent qu’il a œuvré pour renforcer les protections des Juifs sur les campus, et qu’il a nommé des Juifs à divers postes au sein de son administration – y compris sa fille et son gendre. Plus que tout, ils soulignent qu’il a répondu à des souhaits israéliens de longue date, notamment en déplaçant l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, en reconnaissant la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan et en facilitant les accords de normalisation avec plusieurs pays arabes.

Le nouveau programme réaffirme ce soutien à Israël.

« Nous nous tiendrons aux côtés d’Israël et chercherons à instaurer la paix au Moyen-Orient », peut-on lire dans le document. « Nous reconstruirons notre réseau d’alliances dans la région afin de garantir un avenir de paix, de stabilité et de prospérité ».

En 2016, le programme du parti républicain est allé plus loin en ce qui concerne Israël, en promettant un engagement « sans équivoque » envers Israël, « un pays exceptionnel qui partage nos valeurs les plus essentielles ».

Il promet également de reproduire le système de défense antimissile Dôme de fer qu’Israël déploie pour repousser les attaques de missiles transfrontalières. La plateforme précise que le Dôme de fer sera utilisé pour protéger les frontières américaines. On ne sait pas exactement à quelle menace cela fait référence, car Dôme de fer n’est capable que d’intercepter des roquettes à courte portée, ce qui n’est pas un danger auquel les États-Unis ont déjà été confrontés le long de leurs frontières.

« Nous investirons dans la recherche de pointe et les technologies avancées, y compris le bouclier antimissile Dôme de fer, nous soutiendrons nos troupes en augmentant leurs salaires et nous ferons en sorte que les démocrates de gauche soient renvoyés le plus rapidement possible », peut-on lire dans le document.

D’autres passages s’engagent à remettre en cause l’adhésion historique des Juifs à la séparation de l’Église et de l’État, bien que le programme prétende inclure toutes les confessions. En particulier, le programme déclare que le parti « défendra le droit du premier amendement de prier et de lire la Bible à l’école » – des valeurs défendues récemment par des États dirigés par des républicains qui ont imposé l’affichage des Dix Commandements ou l’enseignement de la Bible dans les salles de classe des écoles publiques.

Système de défense aérienne Dôme de fer à proximité de la frontière avec le Liban, dans le nord d’Israël, le 7 avril 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

En outre, il s’immisce dans les débats sur la guerre culturelle qui ont agité les écoles à travers le pays – et qui ont parfois impliqué des livres sur des thèmes juifs, tels que le journal d’Anne Frank.

« SUPPRIMER LE FINANCEMENT FEDERAL DE TUOTES LES ECOLES QUI INCULQUENT A NOS ENFANTS LA THEORIE CRITIQUE DE LA RACE, L’IDEOLOGIE RADICALE DU GENRE ET AUTRES CONTENUS RACISTES, SEXUELS OU POLITIQUES INAPPROPRIES », indique le programme.

De manière plus générale, le programme promet de lutter contre les préjugés à l’encontre des chrétiens.

« Nous comptons dans nos rangs des hommes et des femmes de toutes les confessions et de toutes les traditions, et nous respectons le droit de chaque Américain à suivre ses convictions profondes », peut-on lire dans le programme. « Pour protéger la liberté religieuse, les républicains soutiennent la création d’un nouveau groupe de travail fédéral chargé de lutter contre les préjugés anti-chrétiens, qui enquêtera sur toutes les formes de discrimination illégale, de harcèlement et de persécution à l’encontre des chrétiens en Amérique ».

Hormis l’antisémitisme, les préjugés à l’encontre d’autres groupes religieux ne sont pas mentionnés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.