Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Les réservistes se plaignent du manque d’équipement ou de l’inadéquation aux normes

Des civils forment des groupes Whatsapp pour collecter des fonds, acheter des gilets pare-balles, des casques et de la nourriture entre autres pour les soldats qui se dirigent vers Gaza

Des soldats israéliens se déployant entre les maisons de la ville israélienne de Metula, vue du côté libanais de la frontière israélo-libanaise dans le village méridional de Kfar Kila, au Liban, le 8 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/ AP Photo)
Des soldats israéliens se déployant entre les maisons de la ville israélienne de Metula, vue du côté libanais de la frontière israélo-libanaise dans le village méridional de Kfar Kila, au Liban, le 8 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/ AP Photo)

Des soldats de réserve de tout le pays se sont plaints dimanche sur les réseaux sociaux de ne pas être correctement équipés par l’armée pour les opérations de grande envergure prévues, et beaucoup ont cherché à acheter à titre privé l’équipement nécessaire.

Israël a commencé à recruter samedi des dizaines de milliers de réservistes après que le groupe terroriste palestinien du Hamas avait lancé un assaut dévastateur contre Israël depuis la Bande de Gaza, tuant plus de 700 personnes et en kidnappant plus de 100.

Mais lorsque les réservistes ont commencé à rejoindre leurs unités près de Gaza, en Cisjordanie et à la frontière nord, ils ont commencé à se plaindre d’un manque d’équipement, de nombreux combattants insistant sur la nécessité d’équiper leurs gilets de protection de plaques en céramique. Ces plaques empêchent les projectiles, tels que les balles, de pénétrer dans la veste.

Lundi matin, le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a nié l’existence de pénuries et a déclaré qu’il s’agissait simplement d’un problème logistique.

« Il n’y a pas de pénurie d’équipement au sein de Tsahal. Il faut du temps pour déplacer certains équipements, mais il n’y a pas de pénurie », a assuré Hagari.

Néanmoins, de nombreuses personnes ont cherché à obtenir à titre privé l’équipement dont elles avaient besoin.

Un gilet pare-balles fourni à un soldat de réserve sans plaque de protection en céramique. (Autorisation)

Dimanche, Tom Freeman, qui a servi dans l’unité d’infanterie Kfir, et son ami Yuval, du Corps du Génie Militaire, se sont rendus dans les bureaux des fournisseurs de l’armée Marom Dolphin, à Alon Tavor, dans le nord d’Israël. Les deux hommes, qui étaient en train de créer un groupe WhatsApp pour acheter des gilets pare-balles et des casques pour les réservistes, ont rapporté que le site était en pleine effervescence : des adolescents volontaires remplissaient des cartons d’équipement militaire à livrer, et des soldats, ou leurs amis et parents, se bousculaient pour acheter des gilets avec des plaques de blindage souples ou rigides.

Dans la soirée, le niveau le plus élevé de plaques de blindage dures (en céramique) était épuisé, et le bureau a promis d’en faire venir d’autres de l’usine lundi, ont-ils rapporté.

En ligne, un réserviste de l’unité d’élite du Corps du Génie Militaire Yahalom a écrit : « On nous a donné des gilets, mais bien que la plupart d’entre eux soient neufs, ils ont été stockés pendant des décennies et il n’y a pas de place pour la céramique ou l’équipement qu’un combattant devrait avoir pour aller au combat. »

Alon Peretz, 25 ans, originaire de Netanya, sur la côte centrale, a écrit sur WhatsApp : « Mes amis, j’ai besoin d’une aide urgente. Je dois acheter 100 gilets en céramique et 120 casques. »

Des réservistes de l’infanterie israélienne lors d’un entraînement aux armes légères dans le nord du plateau du Golan avant de se diriger vers la Bande de Gaza, le 8 octobre 2023. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

Peretz, qui devait rejoindre son unité de la police des frontières lundi, travaille comme collecteur de fonds pour des entreprises en démarrage. Il est rentré de vacances à l’étranger samedi et, ayant appris que les soldats avaient besoin d’équipement, il a participé à la création d’un groupe appelé Civilian Fundraising (collecte de fonds civils).

« Nous avons des équipes de combattants sans casques appropriés, sans gilets pare-balles », a-t-il déclaré au Times of Israel, citant les noms d’unités d’élite et d’infanterie régulière qui avaient soumis des demandes d’équipement. Certains combattants se trouvaient dans la région de Gaza, d’autres à la frontière avec le Liban.

Parmi les 12 hommes qui gèrent Civilian Fundraising – six à Netanya et six autres dans la ville voisine de Herzliya – figure également Maor Udi, technicien de réserve de l’armée de l’air, qui distribue de la nourriture de supermarché à domicile pour gagner sa vie et qui a une formation en logistique.

« Vous ne pouvez pas croire à la rapidité avec laquelle le mot se répand », a-t-il déclaré. « Nous avons ouvert le premier groupe à 21h hier soir et à 1h du matin, il y avait 600 personnes. Depuis, quatre autres groupes ont été créés. Certaines personnes veulent aider, d’autres sont sur des bases sans équipement. Je ne sais pas où est le gouvernement, où est l’armée. Nous essayons d’apporter la meilleure aide possible. »

Un tank israélien sur une artère près de la ville de Sderot, dans le sud d’Israël, le 8 octobre 2023. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Amit, d’un autre groupe WhatsApp (il a demandé à ne pas divulguer son nom de famille), collectait des fonds pour acheter des gilets et d’autres équipements pour les réservistes d’une compagnie de chars qu’il a commandée depuis la dernière guerre de Gaza en 2014 jusqu’à l’apparition de la pandémie de coronavirus, en tant que soldat conscrit, puis en tant que soldat de carrière. Il est maintenant reconnu comme personne en situation de handicap et n’est pas appelé au service de réserve.

« Nous avons environ 50 combattants qui s’entraînent et préparent leurs chars dans le sud, et ils ont tous besoin de gilets au cas où ils devraient quitter leurs chars », a-t-il déclaré. « Notre première priorité est d’obtenir des gilets en céramique pour les commandants de chars, ceux qui sortent la tête de l’écoutille et qui sont donc les plus exposés. »

Les équipes de chars ont également besoin de gants en Nomex résistant aux flammes, mais ils ne peuvent pas être achetés en Israël.

Amit a déclaré qu’il essayait de se procurer des gants auprès de soldats qui avaient été libérés de leurs obligations militaires et qui n’en avaient plus besoin.

Des chars et des pièces d’artillerie israéliens juste avant le coucher du soleil sur le plateau du Golan, dans le nord d’Israël, le 8 octobre 2023. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

Il s’est également tourné vers des parents et des amis aux États-Unis pour obtenir de l’aide et a demandé à des Israéliens à l’étranger qui avaient été mobilisés et rentraient en Israël par avion de se rendre dans un magasin de l’armée et d’acheter quelques gilets à mettre dans leurs valises.

« Je ne sais pas si le problème vient du fait qu’elle [Tsahal] n’a pas encore ouvert les magasins », mais il recevait constamment des messages d’aide.

Sam Cogan, 27 ans, qui est exempté du service de réserve en raison d’une blessure subie lors d’un entraînement pour une unité d’explosifs, a appris de ses camarades de l’armée à la frontière libanaise qu’il y avait peu de nourriture, pas d’équipement de base, pas de lampe de poche pour voir la nuit, pas de genouillères, de lunettes de protection ou de packs d’hydratation. Il faisait également un froid glacial.

Le dimanche, Cogan et sa sœur ont acheté des denrées alimentaires non périssables telles que des saucisses séchées et des nouilles instantanées, ainsi que des lampes de poche, des genouillères et des réchauds de camping portables pour faire de l’eau chaude et du café.

Après avoir dépensé 20 000 shekels, Cogan a ouvert une page GoFundMe à 16h espérant recueillir 5 000 dollars. À 20h, le compte affichait 8 000 dollars.

La mère de Cogan, Lainie Blum Cogan, se souvient avoir acheté des genouillères pour toute l’escouade lorsque son fils était en service actif.

« Les soldats de l’infanterie sont très mal traités en termes de nourriture et d’équipement », a-t-elle déclaré.

Le problème du manque de fournitures pour les soldats perdure, malgré les déclarations optimistes des responsables politiques.

En janvier 2019, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait déclaré, lors d’une visite surprise dans un dépôt d’armes de la base de Sirkin, dans le centre d’Israël, que l’armée était « prête pour le jour où l’ordre sera donné » et qu’elle était prête à lancer une « attaque écrasante ».

Cette visite faisait suite à une information et à des déclarations ultérieures du général de division (réserviste) Yitzhak Brick, alors responsable des plaintes au ministère de la Défense, sur les normes médiocres des unités de stockage d’urgence de l’armée, entre autres choses.

Affirmant que ses affirmations étaient fondées sur des conversations avec des commandants sur le terrain plutôt qu’avec des hauts gradés de l’armée, Brick a affirmé que la situation actuelle au sein de Tsahal était « pire qu’au moment de la Guerre de Kippour » en 1973, lorsqu’Israël a été pris au dépourvu lors d’une attaque surprise de l’Égypte et de la Syrie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.