Israël en guerre - Jour 56

Rechercher

Les voyagistes réclament le maintien de l’exemption de TVA pour les touristes

Selon l'Office de Coordination de l'Industrie du Tourisme, la suppression de cette exemption serait "dommageable et irréversible" pour l'industrie, l'économie et l'image d'Israël

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Passagers dans le hall d'arrivée de l'aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 6 février 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Passagers dans le hall d'arrivée de l'aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 6 février 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Un groupe important de tour-opérateurs a envoyé une lettre au ministère des Finances mettant en garde contre un projet d’annulation de l’exemption de la TVA sur les services touristiques pour les touristes étrangers dans le prochain budget de l’État, affirmant que cela augmenterait considérablement les prix et nuirait à l’industrie locale.

Actuellement, les touristes bénéficient d’une exonération de la taxe sur la valeur ajoutée de 17 % sur des services tels que l’hébergement en hôtel, la location de voitures, la restauration, les services d’agence de voyage, etc.

Michael Federmann, président de l’Office de Coordination de l’Industrie du Tourisme en Israël, a écrit dans la lettre dimanche que « l’annulation de l’exonération de la TVA pour les touristes serait une mesure dommageable et irréversible pour l’industrie du tourisme israélienne, pour l’économie israélienne et pour l’image d’Israël dans le monde ».

Les membres de l’organisation sont certains des plus grands voyagistes du pays.

La suppression de l’exemption de la TVA devrait être incluse dans le projet de loi sur les arrangements. La loi sur les arrangements détermine comment les fonds du budget annuel seront distribués.

« Nous pensons qu’il n’est pas possible de prendre une décision en la matière sans établir une politique gouvernementale sur le tourisme entrant et sans mener une étude actualisée sur les publics cibles, le niveau de la demande, et la contribution des touristes, entre autres », a écrit Federmann.

Il affirme que les données sur lesquelles s’appuie la décision sont basées sur « une étude non pertinente menée entre 1997 et 2008, et publiée il y a plus de dix ans, en 2011 ».

« Depuis lors, le monde du tourisme a changé au-delà de toute reconnaissance », a déclaré Federmann. « Il s’agit d’une procédure décisionnelle défectueuse, sans fondement factuel, non pertinente et déraisonnable. »

La Douzième chaîne a cité l’avis d’un expert qui estime que si l’on demande aux touristes de payer la TVA, cela provoquerait une contraction allant jusqu’à 5 % dans l’industrie du tourisme, supprimant plus d’un milliard de shekels de l’économie.

L’avocate spécialiste en fiscalité, Me Ayelet Yitzhaki, a déclaré à la Douzième chaîne que l’application de la TVA pourrait également nuire aux entreprises touristiques israéliennes à l’étranger, étant donné que la règle actuelle de la taxe zéro a été accueillie avec réciprocité dans certains pays qui ont également exempté les opérateurs israéliens de la TVA. Si Israël renonce à son exemption, d’autres pays pourraient faire de même pour les entreprises israéliennes, augmentant ainsi leurs dépenses, a-t-elle averti.

L’industrie touristique israélienne se remet encore des conséquences dévastatrices de la pandémie de coronavirus qui a débuté en 2020 et qui a entraîné l’interdiction d’entrer dans le pays pendant de longues périodes, ainsi que la fermeture d’hôtels et de sites touristiques pendant des mois.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.