L’événement commémoratif israélo-palestinien finalement autorisé à Jérusalem
Rechercher

L’événement commémoratif israélo-palestinien finalement autorisé à Jérusalem

La controversée Galerie Barbur organisera un débat sur le service pour les défunts des deux côtés malgré la tentative de la municipalité de le bloquer

Les participants à une cérémonie commémorative israélo-palestinienne tenue à Tel Aviv le 30 avril 2017, alors qu'Israël célèbre son Jour commémoratif annuel pour les soldats tombés au combat et les victimes de la terreur ; des Palestiniens de Cisjordanie ont été empêchés d'entrer en Israël pour l'événement (Tomer Neuberg / Flash90)
Les participants à une cérémonie commémorative israélo-palestinienne tenue à Tel Aviv le 30 avril 2017, alors qu'Israël célèbre son Jour commémoratif annuel pour les soldats tombés au combat et les victimes de la terreur ; des Palestiniens de Cisjordanie ont été empêchés d'entrer en Israël pour l'événement (Tomer Neuberg / Flash90)

La cour des magistrats de Jérusalem a rejeté jeudi une tentative de la ville destinée à empêcher une réunion ouverte à tous au sujet d’une cérémonie israélo-palestinienne pour commémorer les soldats tombés aux combats.

La cour a statué en faveur de la galerie Barbur, qui a déjà fait face à des tentatives de la municipalité pour le faire taire, et a déclaré qu’elle pouvait accueillir une discussion ouverte organisée par le Forum israélo-palestinien des familles endeuillées et le mouvement des Combattants pour la paix.

Les deux groupes organisent un plus grand service commémoratif israélo-palestinien à Tel Aviv mardi soir prochain.

Le tribunal a également rejeté la demande de la municipalité de retarder la réunion pour lui permettre d’interjeter appel, et lui a également ordonné de payer des frais juridiques de 5 000 shekels.

La réunion, qui comprendra des représentants des familles endeuillées, a eu lieu à 20 heures. jeudi.

« Nous sommes fiers de la cérémonie et nous n’avons rien à cacher, et il est très important pour nous d’entendre ce que vous pensez face à face et pas seulement à travers un clavier », ont déclaré les organisateurs sur le site internet de la galerie.

« Par conséquent, nous serions particulièrement heureux si ceux d’entre vous qui ne sont pas d’accord avec notre voie viendront à la réunion. »

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman dirige une réunion de faction de son parti Yisrael Beytenu à la Knesset, le 12 mars 2018. (Miriam Alster/Flash90)

Il y a un an, la municipalité a tenté de fermer la galerie après que celle-ci a accueilli une conférence de l’organisation de gauche Breaking the Silence, alors que des militants de droite et de gauche s’affrontaient à l’extérieur.

Mardi, le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, a annoncé qu’il interdirait l’entrée en Israël de 110 Palestiniens qui devaient assister au service de Tel-Aviv, affirmant que cela était une « profanation » du Jour commémoratif des soldats tombés au combat.

« Ce n’est pas une cérémonie commémorative, mais une démonstration de mauvais goût et d’insensibilité qui fait mal aux familles endeuillées qui nous sont les plus précieuses », a-t-il tweeté.

Les Palestiniens ont été invités en tant que participants à la cérémonie, qui est organisée comme une alternative aux événements de la Journée de commémoration israélienne.

Les organisateurs ont leur tour accusé Liberman de profaner la journée.

« Le ministre de la Défense Liberman est celui qui profane le Jour du Souvenir par son action et il blesse les familles israéliennes et palestiniennes endeuillées qui cherchent à promouvoir un dialogue de réconciliation », ont-ils déclaré. « C’est une utilisation politique cynique d’un outil qui est destiné à être utilisé pour la sécurité », a cité Walla news.

Les organisateurs ajoutent que la décision de Liberman a été prise « dans le seul but de blesser les familles israéliennes et palestiniennes endeuillées qui veulent marquer le Jour du Souvenir ensemble par le respect mutuel et la reconnaissance que la souffrance n’est pas la leur et n’appartient à aucune partie. »

Ils ont déclaré qu’ils feraient appel devant la Haute Cour de la décision du ministre de la Défense.

Les participants à une cérémonie commémorative israélo-palestinienne tenue à Tel Aviv le 30 avril 2017, alors qu’Israël célèbre son Jour commémoratif annuel pour les soldats tombés au combat et les victimes de la terreur ; des Palestiniens de Cisjordanie ont été empêchés d’entrer en Israël pour l’événement (Tomer Neuberg / Flash90)

C’est la treizième année consécutive que l’événement se déroule. Les organisateurs ont déclaré que l’événement était en péril en raison du manque de financement. Ils ont expliqué qu’ils avaient « beaucoup de difficulté » à trouver un endroit qui accepterait d’accueillir l’événement, et ont été forcés de l’organiser à l’extérieur dans le parc Yarkon de Tel-Aviv.

« Nous avons un message puissant de non-violence et de dignité mutuelle que certains voudraient supprimer », a déclaré le groupe dans son appel à la collecte de fonds. « Ce qui a commencé comme une petite cérémonie de 50 personnes en 2005 est maintenant le plus grand événement du mouvement de paix israélo-palestinien. »

L’année dernière, les Palestiniens se sont également vu refuser l’entrée en Israël pour l’événement, qui a eu lieu peu de temps après qu’un adolescent palestinien entré en Israël avec un laissez-passer d’une journée pour une « tournée de paix naturelle » a attaqué quatre personnes dans un hôtel de Tel Aviv avec un coupe-fil.

Les participants à la cérémonie regardent une vidéo préenregistrée de Palestiniens qui s’expriment après que le ministère de la Défense leur ait interdit d’assister à une cérémonie commémorative israélo-palestinienne à Tel Aviv le 30 avril 2017, alors qu’Israël célèbre son Jour commémoratif annuel pour les soldats tombés au combat et les victimes de la terreur (Tomer Neuberg / Flash90)

L’année dernière, les Palestiniens de Cisjordanie qui prévoyaient d’assister à la cérémonie à Tel Aviv se sont plutôt réunis à Beit Jala, près de Bethléem, pour regarder les débats sur grand écran. Les deux Palestiniens devant prendre la parole lors de l’événement ont livré leurs remarques dans des vidéos préenregistrées.

Mardi soir et mercredi, Israël célèbre sa journée commémorative, connu en hébreu sous le nom de Yom Hazikaron, en l’honneur de ses milliers de soldats tombés au combat et de victimes de la terreur.

Le pays observe deux minutes de silence à deux reprises, une première fois à 20h le mardi et la deuxième fois à 11 heures le mercredi. Mercredi soir, le pays passe à la célébration du Jour de l’Indépendance.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...