Israël en guerre - Jour 198

Rechercher

L’ex-otage Louis Har encore sous le choc après avoir été sauvé par Tsahal

"Nous ne sommes pas dans un film, c'est sûr ?", s'est demandé l'ex-otage de 71 ans enlevé à Nir Yitzhak le 7 octobre, et secouru à Rafah lors d'une opération audacieuse en février

L'otage secouru Louis Har s’adressant à la Douzième chaîne, le 12 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran)
L'otage secouru Louis Har s’adressant à la Douzième chaîne, le 12 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran)

Lorsqu’une explosion a réveillé Louis Har au milieu de la nuit, il a roulé sur son matelas pour se mettre à l’abri. Il s’attendait à ce que le bâtiment où il était retenu en captivité s’effondre.

Puis des coups de feu nourris ont retenti. Quelqu’un l’a appelé en criant : « C’est Tsahal, nous sommes venus vous ramener chez vous. »

« C’était surréaliste », a souligné Har à propos de son sauvetage, le 12 février, par les forces spéciales israéliennes, après plus de quatre mois de captivité dans les geôles du groupe terroriste palestinien du Hamas.

L’opération conjointe a été menée par le Yamam, l’unité d’élite de la police chargée de la lutte contre le terrorisme, l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet et l’armée israélienne.

« En chemin, j’ai même demandé à l’un des soldats : ‘Dites-moi, êtes-vous sûr que nous ne sommes pas dans un film ?’ Parce que je n’étais pas sûr. Il s’était passé tellement de choses », a raconté Har. « Est-ce que c’était réel, est-ce que ce n’était pas réel ? Même aujourd’hui, je ne sais pas ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. »

Har, aujourd’hui âgé de 71 ans, a été pris en otage lors de l’assaut barbare mené par le Hamas le 7 octobre contre le sud d’Israël. Lui et quatre membres de sa famille, dont la nièce adolescente de sa compagne qui avait amené son chien, ont été enlevés sous la menace d’une arme dans une maison du kibboutz Nir Yitzhak et emmenés de force à Gaza.

Cinq membres d’une famille élargie, Clara Marman, 62 ans, son compagnon Louis Har, et ses frères et sœurs, Fernando Marman, Gabriela Leimberg et la fille de Gabriela, Mia Lemberg, tous portés disparus du kibboutz Nir Yitzhak depuis le 7 octobre 2023, date à laquelle les terroristes du Hamas ont apparemment Cinq membres d’une famille élargie, Clara Marman, son compagnon Louis Har et ses frères et sœurs, Fernando Marman, Gabriela Leimberg et la fille de Gabriela, Mia Leimberg, ont été faits prisonniers le 7 octobre. Clara Marman, Gabriela et Mia Leimberg ont été libérées le 28 novembre 2023. (Crédit : Autorisation)

Les trois femmes otages ont été libérées au cours d’une trêve d’une semaine fin novembre. Har et le frère de sa compagne, Fernando Marman, âgé de 61 ans, ont été détenus dans un immeuble de la ville de Rafah, dans le sud du pays, jusqu’à ce qu’ils soient libérés en février.

Il se souvient avoir passé leurs journées à parler de ce qu’ils voulaient cuisiner ou des endroits où ils allaient voyager. Il y avait des périodes de déprime où ils se repliaient sur eux-mêmes, ne parlaient pas et ne souriaient pas, a-t-il raconté.

C’est alors qu’il s’est imaginé parler et jouer avec ses petits-enfants. Et d’être pris dans leurs bras.

« Je le sentais dans mon corps. Et les larmes commençaient à couler », a-t-il déclaré.

De gauche à droite : Gabriela Leimberg enlaçant son frère Fernando Marman, Clara Marman à côté de son compagnon Louis Har, à l’hôpital Sheba, le 12 février 2024. (Crédit : Autorisation)

Har s’est entretenu avec Reuters depuis le siège de Tel Aviv du Forum des familles des otages de Gaza. Les habitants de sa communauté, comme des milliers d’évacués des villes frontalières israéliennes, ne sont pas encore rentrés chez eux.

La chose la plus importante pour l’instant, a-t-il dit, est le retour des 130 autres otages enlevés ce jour-là.

« La souffrance de leurs familles doit cesser », a-t-il déclaré. « C’est urgent. Chaque jour qui passe est terrible. »

Israël a déclaré qu’il ne mettrait pas fin à sa guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas tant qu’ils ne seraient pas tous libérés.

Har a expliqué qu’il lui arrivait de se réveiller au milieu de la nuit en pensant à ses ravisseurs. Ou encore, qu’un bruit fort pouvait déclencher un souvenir douloureux.

« Il est impossible d’oublier tout cela, de se dire que maintenant je suis en Israël et que c’est fini. Non, c’est en moi. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.