Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

Liban: mort d’un responsable de parti opposé au Hezbollah, tué par un gang syrien – armée

Nasrallah a nié l'implication de son parti dans l'enlèvement et le meurtre lors d'un discours prononcé lundi, reprochant à ceux qui l'accusent d'attiser les conflits interreligieux

Des partisans du parti chrétien des Forces libanaises bloquent l'autoroute principale Byblos-Beyrouth pour protester contre l'assassinat d'un homme politique local dans la région de Jbeil (Byblos), le 8 avril 2024. (Crédit : JOSEPH EID / AFP)
Des partisans du parti chrétien des Forces libanaises bloquent l'autoroute principale Byblos-Beyrouth pour protester contre l'assassinat d'un homme politique local dans la région de Jbeil (Byblos), le 8 avril 2024. (Crédit : JOSEPH EID / AFP)

Un responsable d’un parti libanais d’opposition au puissant groupe terroriste chiite du Hezbollah a été enlevé dimanche puis tué par un gang syrien, a annoncé lundi l’armée libanaise.

Pascal Sleiman était le coordinateur local de Jbeil (Byblos), au nord de Beyrouth, pour le parti chrétien des Forces libanaises qui s’oppose à Damas et à son allié, le Hezbollah.

« La direction des renseignements de l’armée a pu arrêter la plupart des membres du gang syrien impliqués dans l’enlèvement de Pascal Sleiman », a annoncé l’armée libanaise dans un communiqué publié sur X.

Selon les premiers éléments de l’enquête, il « a été tué par des membres de ce gang ».

L’armée précise que le corps du responsable a été « emmené en Syrie » et que l’armée libanaise est en lien avec les autorités syriennes pour le récupérer.

« Nous considérons qu’il s’agit d’un assassinat politique jusqu’à preuve du contraire », a indiqué lundi soir dans un communiqué le parti de M. Sleiman.

Son enlèvement a suscité l’indignation à Jbeil, où des centaines de sympathisants ont bloqué les routes, a constaté un photographe de l’AFP.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a nié l’implication de son parti dans l’enlèvement lors d’un discours prononcé lundi, reprochant à ceux qui l’accusent d’attiser les conflits interreligieux.

Le Premier ministre intérimaire du Liban, Najib Mikati, a condamné ce meurtre dans une déclaration publiée par son bureau.

« Dans ces circonstances difficiles, nous appelons chacun à faire preuve de maîtrise de soi, de sagesse et à ne pas se laisser entraîner par les rumeurs et les émotions », a ajouté M. Mikati.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.