Liberman critique Odeh qui s’est rendu au nouveau musée d’Arafat
Rechercher

Liberman critique Odeh qui s’est rendu au nouveau musée d’Arafat

Le ministre de la Défense a manifesté sa colère sur sa page Facebook et veut écarter le chef de la Liste arabe unie de la Knesset

Ayman Odeh, président de la Liste arabe unie, pose une question au Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une session de question parlementaire à la Knesset, le 18 juillet 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Ayman Odeh, président de la Liste arabe unie, pose une question au Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une session de question parlementaire à la Knesset, le 18 juillet 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a critiqué le président du parti de la Liste arabe unie Ayman Odeh. En effet, ce dernier s’est rendu à une commémoration en souvenir de Yasser Arafat après qu’il a boycotté les obsèques de l’ancien président Shimon Peres.

« Il n’était pas prêt à se rendre à l’enterrement de Peres à Jérusalem, mais il se rend au mémorial d’Arafat à Ramallah », peste Liberman sur sa page Facebook.

Liberman déclare qu’il continuera à œuvrer pour qu’Odeh ne soit plus député israélien, mais plutôt « un membre de l’Autorité palestinienne à Ramallah ».

Liberman mène un boycotte contre le parti arabe depuis l’enterrement de Peres.

להגיע ללוויה של פרס בירושלים הוא לא מוכן – לנאום לזכר ערפאת היום ברמאללה – כן. נמשיך לפעול כדי שהוא גם לא יהיה חבר בכנסת בירושלים אלא מקסימום חבר במועצה הפלסטינית ברמאללה.

Posted by ‎Avigdor Liberman – אביגדור ליברמן‎ on Thursday, 10 November 2016

Inauguration à Ramallah du musée dédié à Arafat avec ses keffiehs

Un musée dédié au dirigeant palestinien Yasser Arafat, comprenant certaines de ses possessions devenues des icônes comme ses célèbres keffiehs, a été inauguré mercredi à Ramallah en Cisjordanie.

Parmi les autres souvenirs exposés figurent les lunettes de soleil qu’il portait lors d’un discours resté célèbre à l’ONU en 1974, son pistolet personnel et son passeport palestinien.

Le musée présente aussi la médaille qu’il a reçue lors de la remise en 1994 du prix Nobel de la paix décerné conjointement au Premier ministre israélien Yitzhak Rabin et à son ministre des Affaires étrangères Shimon Peres, un an après la conclusion des premiers accords censés tracer la voie de la paix. Son uniforme kaki est également exposé.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, successeur de Yasser Arafat, a inauguré le musée avant le 12e anniversaire vendredi de la mort de cette figure historique.

Photo prise le 9 novembre 2016 qui montre un tableau grand format de l'ancien dirigeant palestinien Yasser Arafat accroché à la porte d'une reconstitution de l'endroit dans lequel il a passé ses dernières années, au nouveau Arafat Museum à Ramallah, en Cisjordanie. (Crédits : AFP/Abbas Momani)
Photo prise le 9 novembre 2016 qui montre un tableau grand format de l’ancien dirigeant palestinien Yasser Arafat accroché à la porte d’une reconstitution de l’endroit dans lequel il a passé ses dernières années, au nouveau Arafat Museum à Ramallah, en Cisjordanie. (Crédits : AFP/Abbas Momani)

Le musée retrace également un siècle d’histoire des Palestiniens, y compris ce qu’ils appellent la Naqba (« la catastrophe » en arabe), la création de l’Etat d’Israël en 1948, puis les différentes tentatives lancées en vain pour parvenir à la paix.

« Les visiteurs vont pouvoir apprendre l’histoire des Palestiniens depuis le début du 20e siècle jusqu’à la mort de Yasser Arafat en 2004 », a affirmé Nabil Kassis, directeur de la commission du musée.

La figure de « Yasser Arafat est étroitement liée à la lutte du peuple palestinien », a-t-il dit.

Le musée interactif s’étend sur deux étages et présente des vidéos et photographies des moments clés de l’histoire des Palestiniens. Certains de ces documents proviennent de la collection personnelle de Yasser Arafat.

L’établissement, d’un coût de 7 millions de dollars, a été érigé derrière le mausolée où est enterré Yasser Arafat, dans l’enceinte du quartier général de la présidence palestinienne à Ramallah. Il s’agit du premier musée consacré à Yasser Arafat dans les Territoires palestiniens.

Les visiteurs pourront se rendre dans la pièce dans laquelle il a été longtemps confiné lorsque les chars israéliens ont encerclé à partir de décembre 2001 et bombardé son quartier général à Ramallah. Des images du transport de sa dépouille de la France vers l’Egypte, puis ses funérailles à Ramallah sont également présentées.

Arafat est décédé le 11 novembre 2004 dans un hôpital de la banlieue parisienne, après une brusque détérioration de son état de santé. Les causes de sa mort n’ont jamais été élucidées. Il avait été admis à l’hôpital fin octobre pour des douleurs abdominales survenues dans son QG de Ramallah ceinturé par les forces israéliennes .

Nombre de Palestiniens accusent Israël, qui a toujours nié, d’avoir empoisonné Yasser Arafat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...