Rechercher

Lipstadt : La fusillade de Buffalo reflète une « idéologie antisémite omniprésente »

L'envoyée américaine contre l'antisémitisme a déclaré que le tireur avait pour "premier objectif de tuer des Noirs, mais qu'il s'occuperait des Juifs en temps voulu"

L'ambassadrice Deborah Lipstadt lors d'une conférence organisée par la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines au Musée du patrimoine juif, à Manhattan, le 26 mai 2022. (Crédit: Shahar Azran via JTA)
L'ambassadrice Deborah Lipstadt lors d'une conférence organisée par la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines au Musée du patrimoine juif, à Manhattan, le 26 mai 2022. (Crédit: Shahar Azran via JTA)

New York Jewish Week via JTA – Le contrôleur de l’antisémitisme du président américain Joe Biden, l’ambassadrice Deborah Lipstadt, a déclaré jeudi matin que la récente fusillade de Buffalo était la démonstration d’une idéologie antisémite omniprésente dans son tout premier discours d’ouverture à New York.

« De nombreuses personnes ont pu constater l’impact horrible de la théorie du grand remplacement lors de la fusillade de Buffalo », a-t-elle déclaré, faisant référence à une théorie du complot raciste et antisémite que le tireur de Buffalo avait partagée dans un manifeste en ligne. Elle a déclaré que le « premier objectif du tireur était de tuer des Noirs, mais qu’il s’occuperait des Juifs en temps voulu ».

Lipstadt a prononcé ce discours lors d’une conférence organisée par la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, qui chapeaute les groupes juifs en matière de politique étrangère, et qui s’est tenue jeudi au Museum of Jewish Heritage à Battery Park. Son but était d’aborder la montée de l’antisémitisme à travers les Etats-Unis.

À New York, les incidents antisémites ont augmenté de 24 % l’année dernière pour atteindre le niveau le plus élevé depuis des décennies, selon un rapport annuel publié par l’Anti-Defamation League (ADL). Le rapport a dénombré 416 incidents antisémites dans l’État, dont 51 agressions, le plus grand nombre d’attaques physiques depuis que l’ADL a commencé à compiler des données en 1979.

Il y a également eu une augmentation à travers tout le pays, avec 2 717 incidents antisémites à travers les Etats-Unis, dont 88 agressions, soit une augmentation de 167 % par rapport à l’année précédente.

Au cours de son discours de 30 minutes, qui a été suivi d’un débat d’experts, Lipstadt a décrit l’antisémitisme comme étant « omniprésent, libre et se déplaçant et venant de toutes les directions ».

« Nous ne devons jamais nous faire l’illusion que l’antisémitisme provient d’une seule direction politique, sociale, ethnique ou religieuse », a-t-elle déclaré.

Deborah Lipstadt, auteure de « Antisemitism : Here and Now’ (Crédit : Osnat Perelshtein via JTA)

Avant ses remarques publiques, Deborah Lipstadt, historienne spécialiste de la Shoah qui a également été nommée au Conseil du Mémorial de la Shoah des États-Unis par l’ancien président Bill Clinton, a passé quelques minutes à discuter en tête-à-tête avec le journaliste. « J’ai grandi à New York », a-t-elle déclaré au New York Jewish Week. « Ma famille est venue à New York, je suis une New-Yorkaise. Vous pouvez sortir la fille de New York, mais vous ne pouvez pas sortir New York de la fille. »

Lipstadt, âgée de 75 ans, a grandi à Far Rockaway, dans le Queens, et est devenue une figure influente de l’enseignement de la Shoah dans le monde entier. En 1996, elle a été poursuivie par l’auteur britannique négationniste David Irving pour avoir écrit sur lui dans son livre « Denying The Holocaust ». Lipstadt a gagné le procès.

Lorsque Lipstadt a été nommée ambassadrice en juillet 2021, sa nomination a été retardée parce qu’elle avait critiqué le sénateur républicain Ron Johnson, qui, selon elle, défendait la suprématie blanche.

Lipstadt a officiellement prêté serment dans le rôle d’envoyée spéciale il y a deux jours face à la vice-présidente Kamala Harris, prenant ses fonctions « en tant qu’enfant de deux immigrants qui ont inculqué à leurs enfants une foi durable dans leur identité religieuse tout autant que dans les États-Unis d’Amérique », comme elle l’a déclaré aujourd’hui.

Au cours de son discours, qui a été prononcé devant une foule d’environ 50 personnes, l’ambassadrice a discuté de la façon dont l’antisémitisme est lié à d’autres discours haineux, citant la fusillade de Buffalo du 14 mai, au cours de laquelle 10 personnes noires ont été assassinées.

Elle a cité de multiples autres exemples qui relient le racisme et l’antisémitisme, notamment Charlottesville en 2017, où des nationalistes blancs ont scandé « Les Juifs ne nous remplaceront pas », ainsi que la fusillade de l’arbre de vie de 2018 à Pittsburgh, où 11 personnes ont été assassinées alors qu’elles se trouvaient à la synagogue.

Elle a ajouté qu’il existe un « lien entre l’antisémitisme national et international », notant que le tireur de Buffalo a plagié ses diatribes du tueur de Christchurch en Nouvelle-Zélande, qui a assassiné 51 musulmans en 2019.

« Ces tueurs, même s’ils n’ont jamais communiqué directement les uns avec les autres, font partie d’un nexus imbriqué de haineux », a déclaré Lipstadt. « Ils s’inspirent les uns des autres et de leurs adeptes. »

Elle a également déclaré que « nous ne pouvons pas ignorer le lien entre l’antisémitisme et les attaques contre Israël », mais a noté que « la critique des politiques du gouvernement israélien n’est pas de l’antisémitisme en soi ».

Elle a ajouté : « Le fait de qualifier par réflexe toute critique d’Israël d’antisémitisme est non seulement erroné mais peut être contre-productif dans la lutte contre l’antisémitisme. »

Pourtant, Lipstadt a souligné que certaines des critiques d’Israël sont un faire-valoir pour l’antisémitisme. « En particulier de sa légitimité à exister », a-t-elle dit. « Lorsqu’un État juif se voit refuser le même traitement que celui qui est accordé à tous les autres États, on est obligé de se demander : ‘Sur quoi repose ce déséquilibre ?’ La réponse devrait être évidente. »

Elle a également déclaré que l’administration Biden-Harris « embrasse avec enthousiasme » l’International Holocaust Remembrance Alliance (IAMH), une définition de l’antisémitisme qui reste controversée dans certains milieux pour sa description de certains discours anti-Israël. « Elle aide à identifier et à souligner les défis uniques auxquels sont confrontées les communautés juives du monde entier », a-t-elle déclaré.

Par ailleurs, Lipstadt a déclaré au New York Jewish Week que le président et le vice-président avaient « clairement compris » que « l’antisémitisme est une menace pour la démocratie », ajoutant : « Ce n’est pas seulement quelque chose qui doit être mis en œuvre : ‘Ce n’est pas seulement quelque chose qui doit être combattu pour assurer la sécurité des Juifs, ce qui suffirait, mais cela a des implications encore plus larges.' »

Lipstadt, à gauche, est saluée par le leader de la majorité au Sénat, Chuck Schumer de N.Y., lors de l’audience du Sénat sur les relations étrangères au Capitole à Washington, le 8 février 2022. (Crédit : AP Photo/Andrew Harnik)

Le reste de la conférence était fermé aux médias et au public. Parmi les autres intervenants prévus lors des sessions à huis clos figurent Adam Lehman, PDG de Hillel International, Nathan Diament, directeur exécutif de l’Orthodox Union Advocacy Center et Patrick Daly, directeur adjoint du Secure Community Network.

Lipstadt, quant à elle, était l’oratrice principale de la cérémonie de remise des diplômes de l’université Yeshiva, qui a débuté jeudi à 13h au stade Arthur Ashe du centre national de tennis Billie Jean King de l’USTA à Flushing, dans le Queens.

Dans une autre conversation avec le New York Jewish Week, interrogée sur les événements récents à New York, Lipstadt a déclaré qu’attaquer des Juifs sur un campus universitaire parce qu’ils sont sionistes est « dingue ». « Je n’aime pas la façon dont la Chine traite les Ouïghours », a-t-elle déclaré. « Mais si j’attaque un Chinois au Brooklyn College, qu’est-ce que c’est ? C’est tout simplement du racisme. »

Lipstadt a ajouté que le point principal de son discours était de « reconnaître l’interconnexion » de l’antisémitisme et du racisme. « Nous ne pouvons pas considérer l’antisémitisme comme une chose isolée », a-t-elle dit. « Nous devons reconnaître son lien avec le racisme. Ce n’est pas que l’un soit plus important que l’autre, mais ils sont liés et vous le voyez certainement à New York. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...