Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

L’Iran dévoile un missile balistique hypersonique

Le missile - appelé Fattah, ou "Conquérant" en persan - a une portée de 1 400 kilomètres et peut passer à travers n'importe quel système régional de défense antimissile

Image du missile hypersonique Fattah, révélé le 6 juin 2023 par l'Iran (Capture d'écran : Mehr).
Image du missile hypersonique Fattah, révélé le 6 juin 2023 par l'Iran (Capture d'écran : Mehr).

Les Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de l’Iran, ont dévoilé mardi un missile balistique hypersonique en présence du président Ebrahim Raïssi, selon la télévision d’Etat.

« Le missile hypersonique Fattah, dernière réalisation de la Force aérospatiale des Gardiens de la Révolution, a été dévoilé en présence du président Ebrahim Raïssi », a annoncé la télévision.

L’agence officielle Irna a diffusé des photos de la cérémonie dans un lieu fermé qui n’a pas été spécifié. Plusieurs responsables militaires étaient présents, dont le chef des Gardiens, le général Hossein Salami.

« La portée du missile Fattah est de 1 400 km et sa vitesse avant d’atteindre la cible » est comprise entre 13 à 15 fois la vitesse du son, a précisé Irna.

Le commandant des Gardiens de la révolution iraniens, le général de division Hossein Salami, s’exprime au musée de la Révolution islamique et de la Sainte Défense de Téhéran, lors du dévoilement d’une exposition de ce que l’Iran dit être des drones américains et autres capturés sur son territoire, le 21 septembre 2019. (Atta Kenare/AFP)

En novembre, la République islamique avait annoncé la fabrication de ce missile, suscitant l’inquiétude de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) concernant le programme nucléaire iranien.

Toutefois, le chef de l’AIEA, Rafael Grossi, avait indiqué que cette annonce ne « devrait pas avoir d’influence » sur les négociations autour du programme nucléaire de l’Iran. Ces discussions sont au point mort depuis l’été 2022.

Les missiles hypersoniques volent à basse altitude dans l’atmosphère et sont manœuvrables, ce qui rend leur trajectoire difficilement prévisible et leur interception difficile.

La Russie, la Corée du Nord et les Etats-Unis avaient annoncé en 2021 avoir procédé à des essais de missiles hypersoniques, ravivant les craintes d’une nouvelle course aux armements.

Mais c’est la Russie qui a pris une longueur d’avance, annonçant en mars avoir utilisé des missiles hypersoniques Kinjal en Ukraine, quelques semaines après le début de l’invasion le 24 février.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.