L’Iran devra payer 104,7 millions de $ pour l’attentat au camion piégé de 1996
Rechercher

L’Iran devra payer 104,7 millions de $ pour l’attentat au camion piégé de 1996

Un juge fédéral américain a statué que 15 militaires américains qui ont survécu à l'attentat des tours Khobar et 24 membres de leur famille ont droit à une indemnisation

Des militaires américains et saoudiens examinent les dommages causés aux tours Khobar par l'explosion, le 25 juin 1996, d'un camion-citerne à l'extérieur de la clôture nord de l'installation de Dhahran, en Arabie saoudite. L'explosion a tué 19 militaires américains et en a blessé 500 autres. (Crédit photo U.S. Department of Defense)
Des militaires américains et saoudiens examinent les dommages causés aux tours Khobar par l'explosion, le 25 juin 1996, d'un camion-citerne à l'extérieur de la clôture nord de l'installation de Dhahran, en Arabie saoudite. L'explosion a tué 19 militaires américains et en a blessé 500 autres. (Crédit photo U.S. Department of Defense)

Un juge fédéral américain a ordonné lundi à l’Iran de verser 104,7 millions de dollars d’indemnisation pour un attentat à la bombe de 1996 qui a tué 19 militaires à Dhahran, en Arabie saoudite, selon Reuters.

L’Iran et le Corps des Gardiens de la révolution islamique n’ont pas contesté leur participation à l’attentat à la bombe, qui a déchiqueté la façade du complexe des tours Khobar.

Le président du tribunal, le juge en chef Beryl Howell, a statué que 15 militaires qui avaient survécu à l’attaque pouvaient se prévaloir de coups et blessures et d’avoir subi des souffrances morales infligées de façon délibérée. Les familles de 24 autres membres du personnel militaire ont pu faire valoir leur détresse émotionnelle après avoir vu comment les bombardements ont frappé leurs proches.

Cependant, il est difficile de savoir comment les plaignants pourraient concrètement percevoir l’argent.

« Les plaignants sont très satisfaits de la décision et attendent avec impatience de percevoir les sommes dues », a déclaré Paul Gaston, un avocat des plaignants, à Reuters. « La décision de la cour leur donne un sentiment de justice. »

Le complexe de dortoirs des Tours Khobar abritait des militaires américains, britanniques, français et saoudiens attachés à la base aérienne voisine du roi Abdul Aziz.

L’attentat à la bombe, qui a également blessé plus de 370 personnes, avait détruit une partie du complexe de huit étages.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...