L’Iran menace de « faire vivre un enfer à Israël »
Rechercher

L’Iran menace de « faire vivre un enfer à Israël »

Un haut responsable de la sécurité a déclaré que Téhéran a la capacité d'étendre la portée de ses missiles, mais ne le fera pas en raison de sa "doctrine de défense"

Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, à Téhéran, le 17 janvier 2017. (Crédit : Ebrahim Noroozi/AP)
Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, à Téhéran, le 17 janvier 2017. (Crédit : Ebrahim Noroozi/AP)

Des responsables iraniens ont poursuivi leur discours anti-Israël mercredi, menaçant d’améliorer la précision de leurs missiles, et avertissant que les groupes terroristes du Hamas et du Hezbollah ont été préparés à faire vivre « un enfer » à l’Etat hébreu.

Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, lors d’une conférence sur les techniques aérospatiales à Téhéran, a déclaré, selon des propos relayés par l’agence de presse Tasnim, que « c’est la déchéance pour les Sionistes qu’un ancien ministre israélien s’est avéré être un espion, quand des centaines de kilomètres de tunnels ont été creusés sous leurs pieds, et quand les forces de la résistance à Gaza et au Liban ont des missiles de précision et sont prêt à faire vivre un enfer en réaction à tout comportement idiot de la part d’Israël ».

Il faisait référence à l’inculpation de l’ancien ministre Gonen Segev, espion pour le compte de Téhéran, et à une récente opération de l’armée de l’air israélienne qui a découvert et détruit six passages souterrains qui entraient en Israël depuis le Liban. Israël a déclaré que ces tunnels ont été creusés par le groupe terroriste du Hezbollah libanais, un allié de l’Iran.

Shamkhani a également déclaré que Téhéran a la capacité d’étendre la portée de ses missiles, mais ne le fera pas en raison de sa « doctrine de défense ».

« Sur le plan scientifique ou opérationnel, rien n’empêche l’Iran d’augmenter la portée de ses missiles », a déclaré l’amiral Ali Shamkhani. « Néanmoins, tout en s’efforçant constamment d’améliorer leur précision, sur la seule base de sa doctrine de défense, (l’Iran) n’a aucune volonté d’augmenter la portée de (ses) missiles », a-t-il ajouté.

Le général Amir Hatami, ministre iranien de la Défense, en août 2017. (Crédit : Tasnim News Agency/CC BY 4.0/WikiCommons)

Parallèlement, le ministre iranien de la Défense Amir Hatami s’est moqué de la campagne du Premier ministre Benjamin Netanyahu contre le programme balistique iranien, qui a été invoqué par le président américain Donald Trump lorsqu’il a annoncé son retrait de l’accord sur le nucléaire iranien et le rétablissement des sanctions.

« Les ennemis disent que la puissance des missiles de l’Iran doit être éliminée, mais nous avons répéré que la capacité de nos missiles n’est pas négociable », a déclaré Hatami selon Reuters.

Shamkhani a également répondu à la demande de Washington, qui voudrait voir l’Iran mettre un terme à son projet de lancement de satellite, et a promis de le poursuivre, « pour améliorer la qualité de vie de son peuple au augmenter la prouesse technologique du pays ».

Ces propos surviennent après une séries de provocations réciproques par les responsables israéliens et iraniens ces dernières semaines alors que les tensions à la frontière syro-israélienne ont montré d’un cran.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...