L’Israélien ECOncrete parmi les douze lauréats du prix BloombergNEF
Rechercher

L’Israélien ECOncrete parmi les douze lauréats du prix BloombergNEF

ECOncrete, une start-up fabriquant du béton écofriendly, a reçu un titre octroyé aux firmes débutantes qui mettent en place des "opportunités bas-carbone innovantes"

Au lieu de construire des blocs de béton - mauvais pour l'écologie marine, endommageant les écosystèmes des huîtres, des poissons et des coraux - ECOncrete utilise une technique connue sous le nom de biomimétisme, avec des produits en béton qui épousent la forme et la texture des systèmes naturels (Capture d'écran : YouTube)
Au lieu de construire des blocs de béton - mauvais pour l'écologie marine, endommageant les écosystèmes des huîtres, des poissons et des coraux - ECOncrete utilise une technique connue sous le nom de biomimétisme, avec des produits en béton qui épousent la forme et la texture des systèmes naturels (Capture d'écran : YouTube)

ECOncrete, une start-up d’inspiration environnementale qui a développé un béton de haute qualité, durable et faible en coût pour la construction d’infrastructures côtières et marines respectueuses de l’environnement, a été désigné par BloombergNEF comme étant l’un de ses douze lauréats des BNEF Pioneers 2021.

Le titre est accordé aux « firmes débutantes » qui savent exploiter « des opportunités à bas-carbone à la fois innovantes et importantes », ont fait savoir les organisateurs du programme dans un communiqué. Le programme avait été mis en place il y a plus d’une décennie pour mettre en exergue les innovations éco-friendly « importantes et pionnières ».

« Les lauréats ont été sélectionnés parce que leurs innovations viennent combler des écarts importants en permettant d’optimiser le transport longue distance, en fabriquant des matériaux durables et sensibles aux émissions de gaz à effet de serre ou en valorisant la réduction de l’empreinte carbone et celle de l’utilisation chimique et énergétique », a noté le communiqué.

Au lieu de construire des blocs de béton – mauvais pour l’écologie marine parce qu’ils endommagent les écosystèmes des huîtres, des poissons et des coraux – ECOncrete utilise une technique connue sous le nom de biomimétisme, avec des produits en béton qui épousent la forme et la texture des systèmes naturels.

Les produits d’ECOncrete sont créés avec des trous minuscules, de manière à ce que les poissons, la flore et la faune marine puissent vivre et s’épanouir dans ces structures. Le matériel est éco-friendly, plus fort que le béton, et se fond dans l’environnement, se révélant donc moins intrusif pour l’écosystème marin. En 2019, la firme avait fait partie des neuf technologies israéliennes évoquées dans le classement des 100 meilleurs inventions du magazine TIME.

« Le béton est le deuxième matériel le plus consommé dans le monde, il est responsable de 8 % des émissions de CO2 sur tout le globe et il est utilisé dans environ 70 % de nos infrastructures côtières », explique Ido Sella, directeur-général d’ECOncrete, dans un communiqué. « Alors que nous nous adaptons à l’élévation du niveau de la mer et à un développement côtier appelé encore à s’accroître avec des contraintes de plus en plus importantes exercées sur les ressources, ECOncrete fournit une technologie accessible pour simultanément protéger et faire revivre les écosystèmes marins. ECOncrete fournit une opportunité sans précédent de mettre en œuvre des solutions environnementales dans les infrastructures traditionnelles en créant de l’habitat, en doublant la biodiversité et en stockant le dioxyde de carbone ».

Le mois dernier, Shimrit Perkol-Finkel, 45 ans, docteure en biologie marine et co-fondatrice d’ECOncrete en 2012 aux côtés de Sella, est décédée dans un accident de scooter.

BNEF a lancé un appel à candidature en direction des entreprises, des ONGs et des programmes œuvrant dans trois secteurs d’innovation dans le domaine des technologies liées au climat : la gestion et l’optimisation du transport longue distance ; la promotion des matériaux et des techniques pour les produits durables et le contrôle et la compréhension des changements intervenant sur la planète. Une quatrième catégorie « Autres » a aussi été ajoutée.

250 candidatures venant de 36 pays ont été transmises pour le concours. Une équipe d’analystes, au sein de BNEF, a été chargée d’évaluer les dossiers en prenant trois critères en compte : l’impact potentiel de la technologie sur les émissions de gaz à effet de serre et sur la planète ; le degré d’innovation et de nouveauté technologique et la probabilité d’adoption de la technologie.

Les entreprises ayant été désignées BNEF Pioneers en 2021 sont :

Défi 1 : Gestion et optimisation du transport longue distance

• Convoy (États-Unis) fournit un réseau de transport numérique et permet de faire se déplacer des milliers de camions au quotidien à travers tous les États-Unis, par le biais de son réseau optimisé de transporteurs – faisant économiser de l’argent aux livreurs et éliminant les déchets carbone.

• Nautilus Labs (États-Unis) renforce l’efficacité du commerce maritime par le biais de l’intelligence artificielle. La firme fournit une solution de soutien à la décision prévisionnelle, ce qui entraîne plus de durabilité et de profit dans le secteur du transport maritime dans le monde entier.

• Ontruck (Espagne) est une compagnie de transports numériques qui combine l’automatisation et l’apprentissage automatique pour éliminer les déchets dans les processus logistiques. Les offres d’Ontruck proposent une solution efficace et à bas carbone pour développer de manière innovante le secteur du transport, aidant les transporteurs à réduire les coûts, à augmenter leurs revenus et à supprimer les émissions de carbone générées par les camions vides.

Défi 2 : La promotion de matériaux et techniques pour des produits durables

• Cemvita Factory (États-Unis) a préparé des microbes qui utilisent le dioxyde de carbone ou le méthane comme matière première pour la production de produits chimiques industriels au bilan carbone négatif. Ces produits chimiques sont utilisés par les entreprises du pétrole et du gaz, l’industrie chimique, les firmes de forage ou aérospatiales qui tentent d’appliquer des technologies inspirées par la nature pour réduire leur empreinte carbone.

• Pyrowave (Canada) électrifie les produits chimiques dans l’économie circulaire du plastique. Pyrowave utilise une technologie à micro-ondes pour approvisionner l’industrie chimique en matières premières recyclées qui sont des substituts d’appoint pour les produits chimiques vierges.

• Via Separations (États-Unis) cible la consommation énergétique américaine qui est gaspillée chaque année dans le processus de séparation des produits chimiques, en électrifiant les phases recourant intensément à l’énergie dans la production chimique.

Défi 3 : Contrôler et comprendre une planète en pleine évolution

• Pachama (États-Unis) utilise l’apprentissage automatique et l’imagerie satellite pour mesurer le carbone capturé par les forêts. Pachama apporte au monde la technologie la plus récente en télédétection, grâce à l’imagerie satellite et à l’intelligence artificielle concernant les taux de carbone dans les forêts – ce qui permet de les conserver et de les remettre en état.

• Planet (États-Unis) offre une imagerie satellite globale et quotidienne ainsi que des solutions géospatiales qui permettent de mieux gérer les risques dans des secteurs variés – agriculture, gestion des forêts, énergie et ressources naturelles.

• QLM Technology (Royaume-Uni) promeut une technologie quantique permettant de mieux comprendre les émissions de gaz à effet de serre d’une manière abordable, précise et évolutive, en utilisant des systèmes de caméras qui visualisent et quantifient les émissions quand elles se produisent.

Autres :

• 75F (États-Unis) est un système de gestion pour le secteur de la construction qui se base sur les technologies de l’information et qui offre des capteurs et des contrôles intelligents pour construire des locaux commerciaux plus efficaces, plus confortables et plus sains.

• ECOncrete (Israël) fournit une technologie pour les infrastructures côtières et marines en augmentant la force et la durabilité du béton tout en ajoutant une valeur écologique et en permettant une baisse active des émissions à effet de serre.

• Pivot Bio (États-Unis) fabrique des produits microbiens qui libèrent du nitrogène et qui peuvent remplacer l’usage de fertilisants à nitrogène synthétique pour les récoltes de céréales, ce qui donne aux agriculteurs une solution pour optimiser leurs rendements agricoles et améliorer la qualité de l’air et de l’eau.

BloombergNEF, une filiale de Bloomberg, le service d’informations notamment financières, est un fournisseur de recherche stratégique qui couvre le marché des produits global et les technologies innovantes qui permettent la transition vers une économie bas-carbone.

« Au cours de la dernière décennie, le prix BNEF Pioneers a été déterminant pour mettre en exergue les innovations les plus enthousiasmantes concernant les réseaux solaires, éoliens, intelligents ou de stockage, ainsi que dans le domaine des véhicules électriques, pour en citer quelques-uns », a commenté Claire Curry, co-présidente de la commission de sélection et cheffe de la recherche sur l’industrie numérique à BloombergNEF. « En nous focalisant sur des thématiques spécifiques, chaque année, selon les secteurs ayant le plus besoin d’une révolution technologique, nous espérons que le concours continuera à mettre en lumière les technologies pionnières les plus importantes. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...