Rechercher

L’offre mondiale de pois chiches pourrait chuter de 20 % cette année

L'invasion de l'Ukraine par la Russie, les conditions météorologiques et les problèmes de transport menacent l'approvisionnement mondial en légumineuses

Une assiette de houmous au restaurant Hummus Hagiva dans le quartier de French Hill, à Jérusalem. (Crédit: Nati Shohat/Flash90)
Une assiette de houmous au restaurant Hummus Hagiva dans le quartier de French Hill, à Jérusalem. (Crédit: Nati Shohat/Flash90)

JTA – Les amateurs de houmous et de falafels sont prévenus : les données montrent que les réserves mondiales de pois chiches, l’ingrédient principal de ces deux produits, pourraient chuter de 20 % cette année.

La guerre en Ukraine, le mauvais temps et les problèmes de transport sont à l’origine de cette pénurie, qui devrait entraîner une hausse des prix et rendre le houmous bon marché plus difficile à trouver, a rapporté Reuters jeudi.

Les agriculteurs des États-Unis, quatrième exportateur mondial de pois chiches, ont planté moins de cette légumineuse riche en protéines cette année en raison de conditions météorologiques loin d’être idéales au printemps.

La Russie est également l’un des principaux producteurs de pois chiches. Les sanctions ont interrompu les exportations mondiales de pois chiches du pays, tandis que la guerre en cours a réduit d’environ 50 tonnes la quantité de pois chiches normalement cultivés en Ukraine, a déclaré à Reuters le responsable d’une société mondiale de courtage et de négoce de pois chiches.

De nombreuses communautés dans le monde entier dépendent des pois chiches, qui sont un élément de base de nombreux plats israéliens, comme sources bon marché de protéines et de fibres.

La demande de houmous est montée en flèche aux États-Unis au cours des deux dernières décennies.

Selon les données de NielsenIQ, les prix des pois chiches sont déjà supérieurs de 17 % à ce qu’ils étaient avant le début de la pandémie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...