L’ONU et l’UE dénoncent l’arrestation de militants par l’Autorité palestinienne
Rechercher

L’ONU et l’UE dénoncent l’arrestation de militants par l’Autorité palestinienne

Le bureau des droits de l'homme de l'ONU demande la "libération immédiate sans inculpation" des personnes détenues dans le cadre des manifestations liées à la mort de Nizar Banat

Des Palestiniens tiennent des affiches représentant le militant des droits de l'homme Nizar Banat lors d'une manifestation déclenchée par l'arrestation violente et la mort en détention de Banat, dans sa ville natale d'Hébron en Cisjordanie, le 27 juin 2021. (MOSAB SHAWER / AFP)
Des Palestiniens tiennent des affiches représentant le militant des droits de l'homme Nizar Banat lors d'une manifestation déclenchée par l'arrestation violente et la mort en détention de Banat, dans sa ville natale d'Hébron en Cisjordanie, le 27 juin 2021. (MOSAB SHAWER / AFP)

L’ONU a dénoncé mardi la « pression constante » exercée par l’Autorité palestinienne (AP) sur le droit à la liberté d’expression après l’arrestation en Cisjordanie d’une vingtaine de manifestants, parmi lesquels des militants des droits humains, dont elle a appelé à la libération « immédiate ».

Des manifestations sont régulièrement organisées à Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne, depuis la mort fin juin du militant Nizar Banat, alors qu’il était détenu par les forces de sécurité palestiniennes. Les manifestants réclament que justice soit rendue et appellent au départ du président Mahmoud Abbas, 86 ans et au pouvoir depuis 2005.

Samedi, 23 personnes ont été arrêtées par les forces de sécurité palestiniennes sous prétexte qu’elles participaient à une manifestation à Ramallah, a indiqué le Haut commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme, soulignant que 21 d’entre elles ont été interpellées « avant même qu’une quelconque manifestation ne débute ».

D’autres arrestations ont eu lieu, dont plusieurs concernent des militants politiques et des droits humains connus, a affirmé le bureau onusien, précisant que si au moins 13 avaient été libérées sous caution dimanche, 13 autres restaient en détention.

« Il s’agit du dernier incident en date durant lequel les autorités palestiniennes ont arrêté ou harcelé des individus qui ont cherché à exprimer leur opinion pacifiquement », dénonce le Haut commissariat dans un communiqué, se disant « gravement préoccupée par la pression constante sur ceux qui cherchent à exercer leurs droits à la liberté d’expression et de rassemblement en Palestine ».

Nizar Banat, un franc-tireur de l’Autorité palestinienne, parle aux journalistes dans la maison familiale, dans la ville d’Hébron, en Cisjordanie, le 4 mai 2021. (Crédit:AP/Nasser Nasser)

Selon l’ONU, la plupart des individus sont accusés de rassemblement illégal, incitation au conflit sectaire et diffamation des autorités. Elle a appelé à leur « libération immédiate sans inculpation ».

Sollicité par l’AFP, le bureau du gouvernement n’était pas joignable dans l’immédiat pour réagir à ces affirmations.

Une vingtaine d’organisations de la société civile palestinienne ont alerté lundi sur « un recul dangereux des droits et des libertés publiques ».

La représentation de l’Union européenne (UE) dans les Territoires palestiniens a également dénoncé ces arrestations, appelant dans un communiqué l’Autorité palestinienne à « conclure rapidement l’enquête sur la mort de Nizar Banat de manière pleinement transparente ».

Nizar Banat était connu pour ses vidéos postées sur les réseaux sociaux critiquant l’Autorité palestinienne de M. Abbas, qu’il accusait de corruption. Il avait été arrêté fin juin puis placé en détention, selon sa famille, qui accuse les forces de sécurité palestiniennes de l’avoir « assassiné ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...