L’UE exhorte Israël à ne pas mettre en œuvre la loi de Régulation
Rechercher

L’UE exhorte Israël à ne pas mettre en œuvre la loi de Régulation

"Le parlement israélien a légiféré sur le statut légal de terres à l'intérieur des territoires occupés, ce qui reste au-delà de sa juridiction", a déclaré Federica Mogherini

Federica Mogherini, Haute Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, pendant une conférence de presse à Bucarest, le 7 octobre 2016. (Crédit : Daniel Mihailescu/AFP)
Federica Mogherini, Haute Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, pendant une conférence de presse à Bucarest, le 7 octobre 2016. (Crédit : Daniel Mihailescu/AFP)

Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l’Union européenne (UE), a « exhorté » Israël à « ne pas mettre en œuvre » la nouvelle loi dite de Régulation, dans un communiqué diffusé mardi.

« L’UE condamne la récente adoption par la Knesset de cette loi », qui permet à Israël de légaliser des constructions bâties sur des terrains palestiniens privés en Cisjordanie, selon le communiqué.

« Cette loi franchit un nouveau seuil dangereux en légalisant la saisie des droits de propriété palestiniens et en autorisant la confiscation de terrains palestiniens privés dans les territoires occupés », a estimé l’UE.

« En adoptant cette nouvelle loi, le parlement israélien a légiféré sur le statut légal de terres à l’intérieur des territoires occupés, ce qui reste au-delà de sa juridiction », a-elle ajouté.

La loi a scandalisé les Palestiniens et les défenseurs d’une solution à deux états, qui l’ont qualifiée de crime de guerre, de vol légalisé ou de pas de plus vers l’annexion de la Cisjordanie.

L'avant-poste d'Ulpana, adjacent à l'implantation de Beit El, en Cisjordanie. Illustration. (Crédit : Noam Moskowitz/Flash90)
L’avant-poste d’Ulpana, adjacent à l’implantation de Beit El, en Cisjordanie. Illustration. (Crédit : Noam Moskowitz/Flash90)

De Londres au Caire, où se trouve le siège de la Ligue arabe, en passant par Paris, Berlin, Ankara ou Amman, elle a suscité une série de condamnations de la communauté internationale, ouvertement inquiète d’un nouveau coup porté à une paix insaisissable entre Israéliens et Palestiniens.

En revanche, de façon tout à fait inhabituelle, les Etats-Unis n’ont pas fait de commentaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...