Rechercher

L’Ukraine a ajouté un dirigeant juif local à sa liste des « traîtres » pro-russes

Le milliardaire Vadim Rabinovich est entré en politique en 2014 et a été élu au parlement en 2019 à la tête d'un petit parti d'opposition

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, à gauche, et le leader de l'opposition Vadim Rabinovich, à droite. (Crédit : AP/Seth Wenig/Efrem Lukatsky)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, à gauche, et le leader de l'opposition Vadim Rabinovich, à droite. (Crédit : AP/Seth Wenig/Efrem Lukatsky)

JTA — Le gouvernement ukrainien a placé Vadim Rabinovich, un député et dirigeant de la communauté juive, sur une liste de 111 personnes considérées comme « traîtres » dans la guerre contre la Russie.

La liste a été publiée la semaine dernière par Rukh Chesno, une organisation non-gouvernementale qui se consacre à la promotion de la bonne gouvernance, et par l’Agence nationale ukrainienne pour la prévention de la corruption. Elle comprend des bureaucrates, des journalistes et des maires accusés de collaborer avec la Russie, qui a envahi l’Ukraine le 24 février. L’agence gouvernementale a été partenaire dans la compilation de cette liste, selon TSN, une chaîne de télévision ukrainienne.

Rabinovich avait été élu en 2019 à la Verkhovna Rada, le parlement ukrainien, et il a dirigé un petit parti d’opposition dont les critiques affirment qu’il serait pro-russe. Ancien milliardaire, il était entré en politique en 2014.

Le site Web de Rukh Chesno a qualifié Rabinovich de « collaborateur, politicien pro-russe », ajoutant qu’il était « à l’étranger depuis le début de la guerre » et qu’il avait écrit sur Facebook, le 14 février, que la guerre avait commencé et que c’était « l’Ukraine occidentale » qui « l’avait déclenchée ».

En 1997, il avait fondé le Congrès juif panukrainien, qui a été l’un des principaux groupes juifs locaux actifs dans le pays. Il dirige également le Parlement juif européen, un groupe de coordination juif largement inactif établi en 2012.

L’année dernière, Rabinovich a par ailleurs été à l’origine d’une tentative infructueuse de destitution du président ukrainien Volodymyr Zelensky – également Juif – suite à la fermeture par le gouvernement de trois chaînes de télévision qui avaient été jugées pro-russes.

Vadim Rabinovich. (Crédit : Cnaan Lipchitz via JTA)

Tout comme Anna German, une ancienne politicienne, Rabinovich fait partie d’une poignée de Juifs figurant sur la liste et il est le seul dirigeant d’une organisation juive.

De nombreuses personnes figurant sur la liste n’ont pas été arrêtées ou autrement punies. Certaines sont mortes, dont Volodymyr Struk, 57 ans, ancien maire de la ville de Kreminna, qui a été enlevé et abattu le mois dernier, accusé de collaboration présumées.

Rabinovich n’a pas répondu à une demande de commentaire de la Jewish Telegraphic Agency au sujet de son inscription sur la liste des traîtres présumés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...