L’Ukraine commémore la synagogue historique de Lviv détruite par les nazis
Rechercher

L’Ukraine commémore la synagogue historique de Lviv détruite par les nazis

La ville envisage d'ériger un subtile monument extérieur pour marquer le premier temple réformé d'Europe de l'Est

Une photo de la synagogue du temple à Lviv, en Ukraine au début du 20ème siècle (Crédit : CC BY-SA Wikimedia Commons)
Une photo de la synagogue du temple à Lviv, en Ukraine au début du 20ème siècle (Crédit : CC BY-SA Wikimedia Commons)

Les autorités municipales de la ville de Lviv en Ukraine sont en train de concevoir un monument marquant le site où l’une des premières synagogues réformées de la région se dressait avant que les nazis ne la détruisent.

Une conception préliminaire impliquerait de la peinture rouges ou des briques teintées en rouge qui retraceraient les contours de la synagogue du temple, dont les fondations se trouvent sous le Square du Vieux marché, a signalé le site web TvoeMisto.

« Nous voulons également ajouter de la verdure et retirer quelques kiosques afin qu’ils ne bloquent pas l’entrée de l’arrêt de tramway à la partie importante de la place », a déclaré l’architecte Olga Krivoruchko, qui prépare le projet en consultation avec les organisations juives et les entreprises locales et les propriétaires des commerces locaux, a déclaré le site d’information.

Le Temple Synagogue était un bâtiment classique avec un grand dôme qui a été inspiré par la synagogue principale viennoise. Les nazis l’ont fait exploser en 1941.

Le Temple Synagogue a été construit en 1845 sur les bases d’une synagogue orthodoxe antérieure. C’était l’une des premières synagogues réformées construites en Galicie, une région qui est maintenant divisée entre l’Ukraine et la Pologne, et qui passé entre les mains de l’Ukraine, de la Pologne, de la Russie et de l’Allemagne.

Un monument commémoratif en construction sur le site de la synagogue de la Rose d’Or à Lviv, en Ukraine, le 22 mai 2016. (Crédit : CC BY-SA 2.0 Adam Jones / Flickr)

Les plans de commémoration s’inscrivent dans le cadre d’une initiative de commémoration à Lviv qui a commencé avec l’incorporation en 2016 des ruines de la Synagogue de la Rose d’Or dans ce que la ville appelle « l’espace des synagogues » — une zone de parc avec des plaques commémoratives et des éléments au design subtil.

À Lviv, certains juifs, dont l’association Chesed-Arieh, ont soutenu le concept de « l’espace des synagogues ». Mais d’autres personnes sy sont opposées, notamment Meylakh Sheykhet, directeur de l’Union des Conseils des Juifs de l’ex-Union soviétique en Ukraine.

En Europe de l’Ouest, les monuments commémoratifs pour l’Holocauste se caractérisent par une architecture envahissante, comme les grands murs noirs dont les partisans disent qu’ils sont propices à la réflexion et découragent les promeneurs, les couples, les enfants et les autres usagers du parc de se comporter de manière habituelle.

Sheykhet a fait valoir que l’espace des synagogues deviendrait essentiellement un parc dans un lieu central, « vendant ainsi à la mémoire des assassinés. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...