Rechercher

L’Ukraine demande au KKL-JNF de l’aider à planter un milliard d’arbres en 3 ans

Le président Zelensky a annoncé en juin le plan destiné à lutter contre le changement climatique. En comparaison, les 27 pays de l'UE veulent planter ensemble 3 milliards d'arbres

Une forêt en Ukraine. (Aisheyko, CC BY-SA 4.0, Wikimedia Commons)
Une forêt en Ukraine. (Aisheyko, CC BY-SA 4.0, Wikimedia Commons)

Le gouvernement ukrainien a demandé au Fonds national juif KKL-JNF de l’aider à mettre en œuvre un plan ambitieux visant à planter un milliard d’arbres au cours des trois prochaines années.

Ce projet a été annoncé par le président ukrainien Volodymyr Zelensky en juin dans le cadre de la lutte contre le dérèglement climatique.

Le ministre ukrainien de l’environnement et des ressources naturelles, Roman Abramovsky, s’est adressé au président du KKL, Avraham Duvdevani, pour lui demander un transfert de connaissances et des conseils sur la technologie nécessaire à la mise en œuvre du plan.

Selon un porte-parole du KKL, le chef forestier de l’organisation va mettre en place une équipe conjointe israélo-ukrainienne. Des experts israéliens se rendront en Ukraine pour donner des instructions à leurs homologues sur la façon de planter et d’entretenir les arbres, et fourniront des outils et des technologies pour planter et surveiller les forêts.

En juin, la BBC a comparé le projet d’un milliard d’arbres proposé par M. Zelensky à l’objectif de trois milliards d’arbres fixé par les 27 États membres de l’Union européenne réunis.

Sergiy Zibtsev, professeur au département des forêts de l’université ukrainienne des sciences de l’environnement, a salué le programme du gouvernement. Il a déclaré à la BBC : « C’est ce pour quoi nous avons fait campagne pendant très longtemps. C’est une bonne décision qui donnera un coup de pouce à la foresterie, et rendra le travail des gardes forestiers plus prestigieux et mieux rémunéré. »

La steppe ukrainienne. (Balkhovitin, CC BY-SA 3.0, Wikimedia Commons)

Mais d’autres experts forestiers craignent que le programme de plantation d’arbres ne fasse plus de mal que de bien, selon le rapport.

En effet, bon nombre des habitats naturels qui sont devenus des champs agricoles sous le régime soviétique n’étaient pas des forêts mais des steppes – une forme de prairie généralement sans arbres qui s’étend de l’Ukraine à la Mongolie et à la Chine en passant par la Russie et l’Asie centrale.

Le Président Isaac Herzog (G) et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky se serrent la main à Kyiv, Ukraine, le 5 octobre 2021. (Crédit : Haim Zach/GPO)

« Environ 40 % du territoire ukrainien est constitué d’une zone climatique steppique, mais seulement 3 % du pays a préservé les écosystèmes steppiques naturels avec leur flore abondante », a déclaré à la BBC Olexiy Vasyliuk, du groupe ukrainien de conservation de la nature.

Le ministre Abramovsky a déclaré à l’organisation que la plantation d’arbres se concentrerait sur les anciennes zones industrielles, ainsi que sur plus de 1 500 parcs urbains, et que les nouvelles forêts ne seraient plantées que là où les bois ont été touchés par le feu ou la maladie, ou dans les zones où les forêts ont poussé naturellement avant l’intervention de l’homme.

Au début du mois, lors de la visite du président Isaac Herzog en Ukraine pour une cérémonie marquant le 80e anniversaire du massacre de Babi Yar, juste à côté de la capitale Kiev, le KKL-JNF a annoncé qu’il ouvrait un bureau en Ukraine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...