Rechercher

L’Ukraine marque les 80 ans du massacre nazi de Babi Yar

Presque 34 000 Juifs avaient été tués en près de quarante-huit heures en 1941 dans ce ravin situé à Kiev

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une cérémonie au monument en mémoire des victimes juives des massacres nazis à Kiev, capitale du pays, le 29 septembre 2021. (Crédit :  Bureau de la présidence ukrainienne via AP)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une cérémonie au monument en mémoire des victimes juives des massacres nazis à Kiev, capitale du pays, le 29 septembre 2021. (Crédit : Bureau de la présidence ukrainienne via AP)

L’Ukraine a marqué, dans la journée de mercredi, le 80e anniversaire du massacre de Babi Yar, l’une des opérations d’extermination massive les plus tristement célèbres de la Seconde Guerre mondiale.

Les 29 et 30 septembre 1941, les nazis ont tué par balles presque 34 000 juifs à cet endroit de Kiev. Mais Babi Yar – aussi connu sous le nom de Babyn Yar – fut le théâtre d’exécutions massives jusqu’en 1943. Jusqu’à 100 000 personnes y ont été tuées, parmi lesquelles des juifs, Roms, résistants et prisonniers soviétiques.

Alors que l’Ukraine n’a toujours pas de musée pour raconter ces événements, la fondation Babyn Yar Holocaust Memorial Center prévoit de construire sur ce site un vaste mémorial novateur et moderne.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, lui-même juif, a déposé une gerbe au pied du monument érigé à la mémoire des victimes du massacre.

« Babi Yar. Deux mots courts, qui résonnent comme deux coups de feu mais qui portent en eux des souvenirs atroces et inoubliables pour des générations entières d’individus. Parce qu’ils savent et qu’ils se souviennent que ce ne sont pas deux coups de feu qui se sont fait entendre à Babi Yar mais des centaines, des milliers, des dizaines de milliers de plus », a dit Zelensky.

Il y a eu un cours consacré au 80è anniversaire de la tragédie dans toutes les écoles de l’Ukraine, mercredi.

« Les nazis à Babi Yar, selon des estimations variées, ont exécuté entre
100 000 et 200 000 personnes. Des Juifs, mais aussi des Ukrainiens et des Roms, des prisonniers de guerre et des malades qui se trouvaient dans un hôpital psychiatrique… Et certains vont entendre ces paroles effrayantes et ces chiffres effrayants pour la toute première fois », a continué Zelensky.

L’Ukraine a lancé la construction d’un complexe de commémoration de Babi Yar et un musée sur le site des exécutions massives. Ils devraient ouvrir leurs portes en 2025-2026.

Ses activités suscitent cependant des protestations régulières de certaines personnalités du fait de la participation de milliardaires russes au projet, alors que les relations entre Kiev et Moscou sont au plus bas.

Son directeur artistique, le réalisateur russe Ilya Khrzhanovsky, a aussi été accusé d’élaborer un « Disneyland de l’Holocauste » après que des médias ont révélé qu’il voulait proposer de faire revivre le massacre aux visiteurs dans la peau de victimes ou de bourreaux.

Le 6 octobre, la fondation va inaugurer à Babi Yar un « Mur des Pleurs en cristal » de 40 mètres incrusté de quartz réalisé par l’artiste serbe Marina Abramovic. M. Zelensky recevra pour l’occasion les présidents israélien Isaac Herzog et allemand Frank-Walter Steinmeier.

En Ukraine, dont l’histoire est marquée par de nombreux pogroms et massacres antisémites, la Shoah, commise par l’Allemagne nazie avec la participation de collaborateurs ukrainiens, décima la communauté juive du pays, alors partie de l’URSS.

En revanche, 2 659 Ukrainiens ayant risqué leurs vies pour sauver des juifs ont été reconnus « Justes parmi les nations » par le mémorial de la Shoah Yad Vashem de Jérusalem.

Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a de son côté tweeté : « Alors que nous marquons le 80e anniversaire du massacre de Babyn Yar en Ukraine, nous devons redoubler d’efforts pour contrer le type de haine qui a conduit à l’Holocauste. Nous rendons hommage à tous ceux qui sont morts à Babyn Yar et nous nous engageons à faire en sorte que toute son histoire soit racontée. #NeverAgain #ProtectTheFact. »

L’ambassadeur d’Israël en Ukraine, Michael Brodsky, a tweeté une photo de lui sur le site commémoratif près de Kiev, en écrivant : « Il est de notre responsabilité de nous souvenir et de préserver la mémoire pour les générations futures qui n’ont pas pu rencontrer les survivants de l’Holocauste et entendre leur histoire. »

Le musée de l’Holocauste de Yad Vashem a partagé un lien vers une page contenant des informations sur certaines des victimes du massacre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...