« Lune de Miel » : un couple de Juifs français sur les traces de leurs ancêtres
Rechercher

« Lune de Miel » : un couple de Juifs français sur les traces de leurs ancêtres

Le film, réalisé par Elise Otzenberger, narre l’histoire de Anna et Adam, deux Parisiens aux origines juives ashkénazes, en voyage pour la première fois en Pologne

« Lune de Miel », de la réalisatrice Elise Otzenberger, narre l’histoire de Anna et Adam, couple parisien aux origines juives ashkénazes, en voyage pour la première fois en Pologne.

A l’occasion du soixante-quinzième anniversaire de la destruction de la communauté du shtetl de naissance du grand-père d’Adam, les deux Parisiens se retrouvent donc sur les traces de leur passé, du côté de Cracovie.

Une expérience qui fera remonter chez l’héroïne, interprétée par Judith Chemla, les « sensations de [ses] ancêtres », alors qu’elle cherche à obtenir des informations sur sa grand-mère.

S’ils ne trouveront pas ce qu’ils sont venus chercher, le couple se verra embarquer dans un voyage mémoriel qui tire ses sources d’une méconnaissance de leur propre histoire, et lors duquel rien ne se passera vraiment comme prévu.

Plus Polonaise que les Polonais, frôlant la névrose, Anna se retrouvera tout d’un coup émerveillée et prise de passion par le pays. Un phénomène qui laissera Adam – interprété par Arthur Igual – dès le départ peu emballé par le séjour, circonspect.

Par ce récit, la réalisatrice questionne la troisième génération descendants de survivants de la Shoah sur leur rapport mémoriel avec le génocide. Elle retrace là avec émotion sa propre histoire, elle qui a grandi dans une famille athée dont l’identité juive « s’est construite sur la mémoire de la Shoah », et sa première visite en Pologne.

« Il y a dix ans, quelques semaines après mon mariage et quelques mois après la naissance de mon premier fils, j’ai fait ce même voyage – celui qu’entreprennent les deux protagonistes du film – à Cracovie et à Zgierz, a-t-elle expliqué au magazine Le Journal des Femmes. Ça a été très intense émotionnellement. Comme dans ‘Lune de Miel’, nous sommes souvent passés du rire aux larmes. C’est sans doute ce qui m’a donné l’idée d’en tirer une fiction et de créer des personnages de cinéma. Dans le cadre de cette expérience, j’ai été frappée par l’absence, par le silence du monde perdu. Les maisons que l’on ne retrouve pas, parce que détruites, et le vide alentour. »

Elise Otzenberger a démarré sa carrière au cinéma en tant qu’actrice, dans le film « Meilleur espoir féminin » de Gérard Jugnot, sorti en 2000. « Lune de Miel », sorti le 12 juin, est son premier long-métrage. La liste des séances est disponible sur le site de Allociné.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...