L’Union sioniste lance un plan pour accueillir les familles évacuées de Haïfa
Rechercher

L’Union sioniste lance un plan pour accueillir les familles évacuées de Haïfa

« Ce n'est pas le moment d’accuser mais plutôt le moment de travailler ensemble », a souligné Isaac Herzog

Les pompiers luttent contre un incendie à Haïfa, le 24 novembre 2016. (Crédit : capture d'écran Dixième chaîne)
Les pompiers luttent contre un incendie à Haïfa, le 24 novembre 2016. (Crédit : capture d'écran Dixième chaîne)

Le parti de l’opposition, l’Union sioniste, a lancé un programme en ligne pour aider les Israéliens évacués en raison des incendies.

Le chef du parti Herzog a annoncé que plus d’une centaine de familles ont proposé d’accueillir les familles évacuées. Herzog est en route vers Haïfa, où des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées.

« Il y a quelques heures, sous mon impulsion, l’Union sioniste a ouvert un registre en ligne pour les familles qui peuvent accueillir des résidents évacués chez eux jusqu’à ce qu’ils puissent retourner chez eux ou trouver une solution alternative. Vous pouvez trouver le lien ici : http://bit.ly/HamahaneHazioniSoS« , a annoncé Isaac Herzog dans un communiqué

« Jusqu’à présent, plus d’une centaine de familles ont offert d’accueillir des résidents chez eux », s’est réjoui le dirigeant de l’Union sioniste.

Herzog a également indiqué qu’il irait à Haïfa afin de soutenir la population traumatisée.

« Dans l’heure qui suit, je me rendrai à Haïfa pour proposer mon soutien et mes encouragements et pour aider à l’évacuation des familles ».

Il a précisé qu’il faisait confiance à la police pour retrouver les auteurs de l’incendie.

« Mes pensées sont avec les résidents qui sont sur la ligne de front de ces feux et face à une vague d’incendies graves, un nouveau type de terrorisme. La police et les forces de l’ordre trouveront les responsables et les traduiront rapidement devant la justice».

Enfin Herzog a appelé à l’union et à l’entraide. « Il est important de souligner que ce n’est pas le moment d’accuser mais plutôt le moment de travailler ensemble et prendre la responsabilité mutuelle, s’entraider là où et comme cela est nécessaire ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...