Israël en guerre - Jour 260

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Maayan Kalihman, 22 ans : étudiante en art qui « rayonnait de lumière et de joie »

Assassinée au festival de musique Supernova, le 7 octobre

Maayan Kalichman. (Autorisation)
Maayan Kalichman. (Autorisation)

Maayan Kalihman, 22 ans, originaire du moshav Nir Banim, a été assassinée par des terroristes du Hamas lors de la rave Supernova le 7 octobre.

Ses proches avaient tenté en vain de la joindre pendant plus d’une semaine, jusqu’à ce que son corps soit identifié. Elle a été enterrée à Nir Banim le 15 octobre.

Elle laisse derrière elle ses parents, Yelena et Gadi, son frère Eitan et un grand-parent.

Kalichman était étudiante à l’école d’art Minshar de Tel Aviv, où elle étudiait l’animation. Le département d’animation garde d’elle le souvenir d’une jeune fille « talentueuse et rayonnante de lumière et de joie, assassinée cruellement alors qu’elle dansait et célébrait la vie… son dernier projet à Minshar était une animation des illustrations d’un artiste musulman, dans le cadre d’un projet visant à combler les fossés et à rapprocher les cœurs ».

« Maayan était un symbole de vie », a déclaré sa mère, Yelena, au site d’information dans le domaine de l’art Portfolio. « Partout où elle allait, elle attirait immédiatement les gens, tout le monde était séduit par son rayonnement ».

Le père de Maayan, Gadi, l’a décrite au site comme « un soleil qui ne cesse de briller, et nous sommes ici pour perpétuer son héritage d’une vie heureuse, de la grandeur de la vie. »

Son frère, Eitan, a partagé en ligne l’éloge funèbre qu’il a lu lors de ses funérailles :

« Je ne saurais compter le nombre de fois où Maayan m’a fait rire », a-t-il déclaré.
« Elle a su éveiller en moi l’émerveillement, la curiosité et l’envie de beauté. Elle m’a donné la force de me battre pour ce qui m’importait… Elle veillait sur moi – parfois comme une grande sœur, parfois comme une petite sœur ».

« Elle me racontait ses secrets, elle me racontait ses peurs, elle me racontait ses cicatrices. Elle me racontait tous les détails les moins importants d’une histoire avant d’en venir au fait. Grâce à elle, je savais que j’avais une personne vers qui me tourner, et qu’elle me soutiendrait toujours. Qu’elle serait toujours là pour moi. Elle me donnait le sentiment que cette vie valait la peine d’être vécue », a-t-il poursuivi.

« Maayan laisse un grand vide dans le monde, à son image. Un vide de toutes les choses qu’elle ne fera pas. Mais en chacun de nous qui l’avons rencontrée, il y a un petit morceau de Maayan…. Je vous quitte maintenant, mais j’emporte ce morceau avec moi », a-t-il conclu.

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’est ensuivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.