Macron à l’automne en Israël et dans les Territoires palestiniens
Rechercher

Macron à l’automne en Israël et dans les Territoires palestiniens

"La reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël et de la Palestine interviendra le moment venu dans le cadre de ce processus", a déclaré le chef de la diplomatie française

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian (à gauche) rencontre le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ramallah, le 26 mars 2018. (Crédit : AFP / ABBAS MOMANI
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian (à gauche) rencontre le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ramallah, le 26 mars 2018. (Crédit : AFP / ABBAS MOMANI

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a pointé lundi les « menaces qui pèsent sur une solution à deux Etats » israélien et palestinien et annoncé que le président Emmanuel Macron se rendrait « à l’automne » à Jérusalem et dans les Territoires palestiniens.

« Nous estimons que la solution à deux Etats est la seule susceptible d’assurer une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens et pour y parvenir il y a un unique chemin, celui de la négociation entre les parties, avec l’appui de la communauté internationale », a-t-il dit à l’issue d’un entretien avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ramallah.

« La reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël et de la Palestine interviendra le moment venu dans le cadre de ce processus », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse avec son homologue palestinien Riyad Al-Maliki.

La France est prête, dans ce cadre, à « accompagner toutes les initiatives crédibles de relance des négociations », a déclaré M. Le Drian.

Le président américain Donald Trump, qui a annoncé en décembre sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, promet la présentation prochaine d’un plan de paix américain. Le transfert de Tel Aviv à Jérusalem de l’ambassade des Etats-Unis devrait intervenir à la mi-mai pour coïncider avec le 70e anniversaire de la création de l’Etat d’Israël le 14.

Le président américain Donald Trump (à droite) et le président français Emmanuel Macron (à gauche) sortent après une conférence de presse commune à l’issue des réunions au Palais de l’Elysée à Paris, le 13 juillet 2017. (Crédit : bertrand GUAY / AFP)

Abbas, qui refuse toute médiation américaine depuis cette reconnaissance, a demandé au Conseil de sécurité de l’ONU la « création d’un mécanisme multilatéral » pour régler la question palestinienne via une « conférence internationale » à la mi-2018.

Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est, annexée par Israël, la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

M. Le Drian a aussi souligné lundi que « l’accélération de la colonisation compromettait la paix » et relevé que la situation humanitaire devenait « de plus en plus préoccupante » pour les Palestiniens.

« A l’automne, le président Macron sera amené aussi à se déplacer ici afin de marquer au plus haut niveau l’engagement concret de la France au service de la paix et aux côtés des Palestiniens », a ajouté le chef de la diplomatie française.

Le Premier ministre français Edouard Philippe se rendra aussi fin mai en Israël et dans les Territoires palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...