Maison Blanche : Trump est prêt à sortir de l’accord avec l’Iran
Rechercher

Maison Blanche : Trump est prêt à sortir de l’accord avec l’Iran

Netanyahu aurait dit lundi dernier à des diplomates étrangers que le président américain se retirerait de l'accord nucléaire si 3 éléments majeurs de l'accord ne sont pas amendés

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Le secrétaire de presse adjoint de la Maison-Blanche, Raj Shah, s'entretient avec les journalistes lors de la conférence de presse quotidienne dans la salle de presse de Brady à la Maison-Blanche, à Washington, le 8 février 2018. (Capture d'écran CNN)
Le secrétaire de presse adjoint de la Maison-Blanche, Raj Shah, s'entretient avec les journalistes lors de la conférence de presse quotidienne dans la salle de presse de Brady à la Maison-Blanche, à Washington, le 8 février 2018. (Capture d'écran CNN)

WASHINGTON – Si le Congrès et les alliés européens de l’Amérique sont incapables de modifier l’accord nucléaire iranien, le président américain Donald Trump est prêt à s’en écarter « potentiellement », a déclaré la Maison Blanche lundi.

Ce langage était plus nuancé que la déclaration de Trump en janvier, lorsqu’il a renoncé aux sanctions contre Téhéran, comme l’exige l’accord, mais a explicitement déclaré que si un accord visant à corriger ce qu’il estime être les défauts du pacte n’était pas conclu, il « se retirerait immédiatement de l’accord ».

Lorsqu’on lui a demandé s’il pouvait confirmer les informations selon lesquelles le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré lundi aux diplomates français et allemand que Trump se retirerait de l’accord si les trois parties de de ce dernier ne sont pas modifiées, le secrétaire de presse adjoint Raj Shah a déclaré aux journalistes : « Si des changements ne sont pas apportés, le président est prêt à se retirer potentiellement de l’accord ».

Shah a indiqué qu’il ne pouvait pas confirmer ou démentir ce que le Premier ministre israélien aurait pu dire lors d’une réunion.

Plus tôt lundi, Axios a rapporté que Netanyahu a dit aux ministres des Affaires étrangères de ces deux pays, qui étaient en visite à Jérusalem, qu’il prédit avec une « très forte probabilité » que le président américain va, en fait, donner suite à sa menace de sortir de l’accord le 12 mai, la prochaine échéance pour renoncer aux sanctions dans le cadre du Plan d’action global conjoint (Joint Comprehensive Plan of Action Plan of Action (JCPOA).

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) rencontre le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian le 26 mars 2018. (Kobi Gideon/GPO)

Selon Axios, Netanyahu a déclaré que trois parties essentielles de l’accord devaient être modifiées pour que les États-Unis y restent : l’ajout d’une interdiction des essais de missiles balistiques par l’Iran, un plus grand accès aux installations militaires de l’Iran pour les inspections et la suppression des clauses de temporisation qui permettent à certaines restrictions sur le programme nucléaire de l’Iran d’expirer dans neuf ans.

Trump a récemment démis des membres de son équipe de sécurité nationale qui lui avaient demandé de rester et de conserver l’accord, comme l’ancien secrétaire d’État Rex Tillerson et le conseiller à la sécurité nationale H.R. McMaster, et les a remplacés par des personnalités plus « faucons » comme Mike Pompeo, directeur de la CIA et l’ancien ambassadeur des États-Unis à l’ONU John Bolton qui, en 2015, a appelé à bombarder l’Iran de manière préventive.

Une grande partie des responsables de la politique étrangère de Washington croit maintenant que Trump va abroger l’accord. Le sénateur Bob Corker du Tennessee, un républicain qui préside le Comité sénatorial des relations étrangères, a dit à CBS la semaine dernière qu’il s’attend à ce que Trump se retire de l’accord.

« L’accord avec l’Iran sera une autre question qui sera abordée en mai, et pour l’instant, on n’a pas l’impression qu’il va être prolongé », a-t-il dit. « Je pense que le président s’en éloignera probablement, à moins que nos homologues européens ne s’entendent vraiment sur un cadre. Et je n’ai pas l’impression que ce soit le cas. Comme nous approchons de la date du 12 mai dans les deux semaines qui suivent, cela pourrait changer ».

Mais à la question de Margaret Brennan, qui anime l’émission phare du dimanche matin, « Face the Nation », s’il pense que Trump quittera l’accord, Corker lui a répondu : « Je le pense, je le pense ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...