Maroc : inquiétude et critiques face à la hausse des infections au coronavirus
Rechercher

Maroc : inquiétude et critiques face à la hausse des infections au coronavirus

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a mis en garde contre la "tendance à la hausse" des contaminations

Un pharmacien porte un masque derrière une porte recouverte de plastique pour éviter la contamination, à Casablanca, Maroc, le 27 mars 2020. (AP Photo/Abdeljalil Bounhar)
Un pharmacien porte un masque derrière une porte recouverte de plastique pour éviter la contamination, à Casablanca, Maroc, le 27 mars 2020. (AP Photo/Abdeljalil Bounhar)

Avec plus d’un millier de cas quotidiens depuis début août, la hausse des contaminations au nouveau coronavirus au Maroc alimente l’inquiétude et les critiques des médias locaux sur la gestion de la crise sanitaire.

« Le Maroc à rude épreuve », « Spirale infernale », « Peur sur les villes », « Le gouvernement marche sur des cadavres »… Sous des titres chocs, la presse pointe un relâchement dans le respect des mesures de prévention, les multiples défaillances de la prise en charge des patients, le déficit de communication des autorités ou les contradictions d’une stratégie globale largement déléguée aux responsables sécuritaires.

Jeudi soir, le roi du Maroc a lui-même exprimé son inquiétude face à une situation « difficile » en appelant les citoyens à plus de civisme pour éviter un reconfinement du pays. 

Le Maroc a enregistré mercredi plus de 1 500 nouveaux cas et 29 décès, portant le bilan à 46 313 infections, dont 743 décès et 31 576 guérisons.

« À défaut d’un respect rigoureux et responsable des consignes sanitaires, le nombre de contaminations et de décès ira crescendo », a averti le monarque dans un discours officiel, en soulignant que dès lors « les hôpitaux ne seraient plus en mesure de faire face à la pandémie ».

La semaine dernière, l’Organisation mondiale de la santé s’était inquiétée de la « tendance à la hausse » des contaminations, des cas graves et des décès.

Pour endiguer la pandémie, les autorités ont multiplié ces derniers jours les mesures de restrictions, avec déploiement de blindés, barrages routiers et patrouilles de contrôles.

Casablanca et Marrakech, les capitales économique et touristique du Maroc, sont revenues jeudi à une forme de confinement sévère. Dans plusieurs villes, dont Rabat et Tanger, des quartiers touchés par des foyers infectieux ont été bouclés, plusieurs plages envahies par des foules en quête de fraîcheur ont été fermées.

Des membres du personnel médical d’un hôpital où des patients contaminés par le nouveau coronavirus sont traités, dans la ville de Sale, au nord de la capitale marocaine Rabat, le 12 avril 2020. (Crédit : FADEL SENNA / AFP)

« Pénurie de ressources humaines »

À Casablanca, « la situation empire de jour en jour »,  constatait mercredi le site semi-officiel 360 en soulignant « le nombre affolant de cas détectés post-mortem ». 

À Marrakech, des activistes et des professionnels de la santé ont lancé deux hashtags (#Sauvez_Marrakech et #Marrakech_étouffe) pour alerter sur la situation sanitaire déplorable de la ville et sur l’effondrement économique lié au déficit touristique depuis la fermeture des frontières.

Sous le feu des critiques, le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, s’est rendu sur place en urgence mercredi soir. Il a promis de « rationaliser les structures hospitalières » et de « restructurer » la prise en charge des patients infectés, selon l’agence officielle MAP.  

« Nous payons le prix d’un déconfinement sans respect des mesures barrières, mais aussi celui de tous les problèmes dont souffre notre système de santé qui ne détecte les nouveaux cas que très tardivement », estimait récemment le médecin chercheur en politiques sanitaires, Tayeb Hamdi, dans un entretien avec le site « Goud.ma ».

Si les autorités ont augmenté à 3 000 le nombre de lits en réanimation et acquis des lots de respirateurs artificiels, le site Médias24 pointe lui la « pénurie de ressources humaines », avec seulement 200 anesthésistes réanimateurs dans le secteur public. 

« Le système sanitaire souffre actuellement d’un manque » de personnel, avait reconnu fin juillet le ministre de la Santé en pointant déjà une situation sanitaire « inquiétante ».

Aux louanges quotidiennes de mise dans les médias locaux au début de la pandémie ont succédé des rafales de critiques.

Ainsi, un cafouillage sur les congés du personnel médical, autorisé à s’absenter puis rappelé en urgence, a fait couler beaucoup d’encre.

Un potier marocain expose son travail dans une boutique de la ville de Sale, au nord de la capitale Rabat, le 3 juin 2020, lors de la nouvelle épidémie de coronavirus. (Photo par FADEL SENNA / AFP)

« Scénario catastrophe »

La défiance est telle que des internautes doutent de la réalité des chiffres officiels de contaminations. Certains ne se font pas tester de peur d’être hospitalisés ou de perdre leur emploi mais d’autres ne parviennent pas à se faire dépister, selon des témoignages.

« Je suis diabétique et je suis venu me faire dépister, mais on m’a dit de rentrer chez moi car il n’y a pas de tests », s’indigne un homme dans une vidéo tournée par le site Rue20 à l’entrée d’un hôpital de Marrakech.

Les chiffres et les critiques sur la stratégie sécuritaire se sont emballés début août après la célébration de l’Aïd al-Adha, la grande fête musulmane du sacrifice traditionnellement marquée par des réunions familiales. 

L’annonce surprise de l’interdiction d’entrer et de sortir de huit villes, à la veille de la fête, a provoqué un mouvement de panique sur les routes du pays sans pour autant dissuader les Marocains de renoncer aux habituelles retrouvailles.

Photo d’illustration : Une ambulance à Rabat, au Maroc, le 7 avril 2020. (Crédit : AP Photo/Mosa’ab Elshamy)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...