Ministère de la Défense : pas besoin de démolir les maisons des assassins d’Abu Khdeir
Rechercher

Ministère de la Défense : pas besoin de démolir les maisons des assassins d’Abu Khdeir

Le conseiller légal affirme que le terrorisme juif est peu fréquent, ne requiert pas de dissuasion contre des attaques futures ; le père de l’adolescent assassiné va déposer le dossier devant la Cour Suprême

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Yosef Haim Ben-David, l'un des juifs suspectés du meurtre de Muhammed Abu Khdeir, sous escorte policière au tribunal de district de Jérusalem, le 3 juin 2015  (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Yosef Haim Ben-David, l'un des juifs suspectés du meurtre de Muhammed Abu Khdeir, sous escorte policière au tribunal de district de Jérusalem, le 3 juin 2015 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le ministère de la Défense pense que le meurtre pour des raisons nationalistes de 2014 de l’adolescent de Jérusalem-Est Muhammed Abu Khdeir ne doit pas donner lieu à la démolition des habitations des meurtriers, d’après une lettre officielle consultée par le Times of Israël jeudi.

Abu Khdeir a été enlevé le 1er juillet 2014 par trois terroristes juifs. Le meurtre intervenait deux jours après qu’il ait été connu que les trois adolescents israéliens qui avaient été kidnappés trois semaines auparavant en Cisjordanie avaient été tués par les kidnappeurs palestiniens. Une autopsie a conclu que l’adolescent de 16 ans avait été brûlé vif.

Le Tribunal de district de Jérusalem a condamné Yosef Haim Ben David à la prison à vie en plus de 20 ans en prison, ce dernier ayant été reconnu comme l’instigateur du groupe qui a tué Abu Khdeir. Les deux autres assassins – tous deux mineurs – ont été condamnés à la prison à vie et 21 ans de prison, respectivement. Mais la famille Abu Khdeir demandait que l’Etat détruise leurs maisons, comme il le fait pour les terroristes palestiniens.

Dans une lettre du Conseil légal du ministère de la Défense à l’avocat de la famille Abu Khdeir, Muhannad Jbara mercredi, le ministère a affirmé que parce que les cas de terrorisme juif étaient si peu fréquents en comparaison des attaques arabes envers les Juifs, il n’y avait pas besoin d’établir une dissuasion pour les futurs attaquants juifs en démolissant leurs maisons.

Le Commandant militaire “doit considérer l’effet de dissuasion qui serait crée par la démolition contre des attaquants potentiels,” a dit la lettre. “Compte tenu de l’échelle du phénomène de crimes vraiment hostiles dans la communauté juive, le besoin d’utiliser ce pouvoir (de dissuasion) n’est pas avéré.”

La lettre note que le meurtre d’Abu Khdeir “a secoué la société israélienne en profondeur,” et que les autorités sécuritaires et légales en Israël “avaient travaillé jour et nuit pour localiser les hommes qui ont perpétré cet acte de haine… afin de les mener devant la justice.

“Dans les circonstances actuelles,” finissait la lettre, “l’action appropriée est de s’assurer que justice soit rendue pour le meurtre de Muhammed Abu Khdeir, et non pas la démolition de maisons suivant les régulations de la défense.”

Le père d’Abu Khdeir, Hussein Abu Khdeir, après le procès des meurtriers de son fils en février a appelé les autorités israéliennes à détruire leurs maisons, conformément à la politique qui veut que les maisons de terroristes palestiniens soient détruites.

S’adressant au Times of Israël au téléphone jeudi, Hussein a rejeté la décision du ministère de la Défense.

“J’irai à la Cour suprême. Et s’ils ne l’acceptent pas, alors j’irai devant un tribunal international,” a dit le père.

“Ce qui est arrivé à Muhammed Abu Khdeir n’est pas quelque chose de petit, c’était un feu. C’est comme ce que les nazis ont fait,” a continué Hussein Abu Khdeir. “Je veux qu’ils fassent exactement ce qu’ils font aux arabes. Je n’accepterai rien de moins que la destruction de leurs trois maisons,” a-t-il dit, faisant référence aux trois attaquants de son fils.

Jbara, l’avocat de la famille, a répondu : “Nous maintenons que, durant la période récente, suivant l’augmentation d’attaques par des juifs, comme Abu Khdeir, comme la maison Dawabsha (un cocktail molotov lancé en juillet 2014 qui a tué trois membres de la famille), comme l’incendie volontaire de l’école de coexistence, comme l’incident de la fusillade à Hébron, il y a beaucoup de voix, y compris parmi les juifs, qui disent que ce côté doit également être dissuadé d’agir. Et en conséquence, en effet, leurs maisons doivent être démolies.”

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...