Moins de 0,3 % des Israéliens ont signalé des effets du vaccin à leur médecin
Rechercher

Moins de 0,3 % des Israéliens ont signalé des effets du vaccin à leur médecin

"Les gens du monde entier devraient se sentir rassurés", dit un expert ; les effets secondaires sont ceux observés avec la plupart des vaccins, rapporte le ministère de la Santé

Un centre de vaccination géré par le service de santé Clalit à Petah Tikva, le 27 janvier 2021. (Miriam Alster/Flash90)
Un centre de vaccination géré par le service de santé Clalit à Petah Tikva, le 27 janvier 2021. (Miriam Alster/Flash90)

Israël dispose des données les plus détaillées au monde sur la façon dont les gens se sentent après avoir reçu un vaccin COVID de Pfizer, et a constaté que moins de 0,3 % d’entre eux ont ressenti des effets indésirables suffisamment importants pour les signaler aux médecins.

Les responsables du ministère de la Santé qui ont publié ces recherches pensent qu’elles apporteront une tranquillité d’esprit à de nombreuses personnes dans le monde qui souhaitent avoir une idée de l’impact du vaccin. Ils ont écrit que les effets indésirables se sont avérés « similaires en fréquence et en nature aux symptômes signalés après l’administration d’autres vaccins à la population ».

Ils ont également souligné que les effets indésirables sont normalement « légers » et « passent rapidement ».

Après la première injection, 6 575 des 2 768 200 Israéliens ont sollicité une assistance médicale pour les effets indésirables, ce qui représente 0,24 %. Après la deuxième injection était, ils étaient 3 592 sur 1 377 827 bénéficiaires, soit 0,26 %.

Ce dernier chiffre indique que si l’on sait que la deuxième injection provoque chez certaines personnes une sensation de malaise, il est rare qu’elle donne lieu à des plaintes médicales formelles.

Israéliens dans un centre de vaccination géré par le service de santé Clalit à Petah Tikva, le 27 janvier 2021. (Miriam Alster/Flash90)

Les médecins ont réagi avec enthousiasme à ces données. « Les gens du monde entier devraient se sentir rassurés », a déclaré Yoav Yehezkeli, un médecin et expert en santé publique de l’université de Tel-Aviv qui n’a pas participé à l’étude, au Times of Israël.

Peu de plaintes ont abouti à une hospitalisation – une moyenne de 17 patients par million après la première injection, et de trois patients par million après la deuxième injection. M. Yehezkeli a déclaré que les médecins s’attendaient à ce que quelques patients aient des effets secondaires importants, et il a personnellement traité une patiente qui avait une paralysie partielle du nerf facial après sa deuxième injection, mais il a ajouté que les statistiques montrent que l’incidence est faible. Sa patiente s’est rétablie.

Il s’agissait de la première grande analyse des effets secondaires dans le monde réel, impliquant un nombre de personnes plusieurs fois supérieur à celui des essais cliniques de Pfizer. Ses conclusions, qui sont exactes au 27 janvier, correspondent aux attentes des organismes de santé du monde entier sur la base des données des essais.

Les Centers for Disease Control and Prevention américains ont noté, avant que le vaccin ne soit disponible, qu’il peut provoquer des effets secondaires qui sont normalement « légers à modérés », alors qu' »un petit nombre de personnes ont eu des effets secondaires graves ».

Le CDC s’attendait à ce que les principaux effets secondaires soient des douleurs localisées ou des symptômes plus larges comme des frissons et des maux de tête, qui « pourraient ressembler à des symptômes de la grippe ». C’est ce qu’ont révélé les données israéliennes.

Un médecin, en habit de protection et portant le masque, avec une seringue et une dose de vaccin. (Crédit : oshcherban via iStock by Getty Images)

La grande majorité des plaintes étaient soit des douleurs localisées dans le bras, soit des personnes se sentant généralement mal. Les douleurs au bras représentaient 50 % des plaintes relatives à la première injection et 22 % des plaintes relatives à la seconde. Quelque 41 % des plaintes concernant la première injection et 73 % des plaintes concernant la deuxième injection ont indiqué ne pas se sentir bien en général.

Il y a également eu des effets secondaires plus inhabituels.

Des symptômes neurologiques ont été signalés par 287 personnes ayant reçu la première dose de vaccin et 96 personnes ayant reçu la deuxième dose. 165 réactions allergiques, y compris l’anaphylaxie, ont été signalées après la première dose et 47 après la deuxième dose. D’autres effets secondaires inhabituels ont été signalés par 60 et 19 personnes après la première et la deuxième injection, respectivement.

Les statistiques d’Israël doivent être considérées comme fiables car le système de santé du pays implique une « surveillance active » des effets secondaires, a déclaré M. Yehezkeli. « Ce sont des chiffres importants car de nombreuses personnes en Israël ont déjà été vaccinées et le système de santé est très organisé avec des méthodes de notification des effets secondaires », a-t-il commenté.

« Je suis médecin en exercice et chaque fois que je signale un patient ayant, par exemple, de la fièvre, qui a récemment été vacciné, le système informatique génère une alerte et me demande si je veux le signaler comme un effet secondaire. C’est ce que j’appelle la surveillance active ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...