Mont du Temple : Les Palestiniens réclament des excuses après les propos du chef de l’ONU
Rechercher

Mont du Temple : Les Palestiniens réclament des excuses après les propos du chef de l’ONU

L'AP a dénoncé les paroles d'Antonio Guterres, qui a affirmé que le temple qui se trouvait sur le mont éponyme à Jérusalem, était un lieu de culte juif

Antonio Guterres, alors Haut Commissaire aux réfugiés des Nations unies pendant une conférence de presse à Genève, le 3 août 2012. (Crédit : U.S. Mission Photo by Eric Bridiers — Flickr/Domaine public/Wikimedia Commons)
Antonio Guterres, alors Haut Commissaire aux réfugiés des Nations unies pendant une conférence de presse à Genève, le 3 août 2012. (Crédit : U.S. Mission Photo by Eric Bridiers — Flickr/Domaine public/Wikimedia Commons)

Les responsables palestiniens réclament des excuses après une déclaration faite à la radio israélienne par le nouveau chef des Nations unies, qui a affirmé que le temple qui avait été détruit par les Romains était un temple juif.

Il est « complètement clair que le temple que les romains ont détruit à Jérusalem était un temple juif », a souligné le secrétaire-général de l’ONU Antonio Guterres vendredi à la radio israélienne lors d’un entretien avec le correspondant de la station à New York.

Le dirigeant des Nations unies a également déclaré que « personne ne peut nier le fait que Jérusalem est une ville sainte pour trois religions aujourd’hui », dont le judaïsme.

Adnan al-Husseini, ministre des Affaires de Jérusalem au sein de l’Autorité palestinienne, a indiqué au service de presse chinois Xinhua que Guterres “a ignoré la décision de l’UNESCO qui considérait la mosquée Al-Aqsa comme un patrimoine islamique pur ».

Il a également ajouté que Guterres “a violé toutes les coutumes légales, diplomatiques et humanitaires. Il est allé au-delà de sa fonction de secrétaire général… Et il doit présenter ses excuses au peuple palestinien ».

Guterres a également indiqué à la radio israélienne qu’il n’initierait pas de nouveau processus de paix entre Israël et les Palestiniens. Il a toutefois affirmé qu’il privilégiait une solution à deux états et qu’il accepterait d’apporter son aide pour le processus de paix si on le lui demandait.

Face à la colère de l’Autorité palestinienne, la vice-ministre des Affaires étrangères israélienne, Tzipi Hotovely, a pour sa part salué les propos du nouveau chef de l’instance internationale.

« Je salue le secrétaire-général de l’ONU pour avoir dit la vérité en ce qui concerne le mont du Temple et la connexion historique du peuple juif à la ville de Jérusalem, » a déclaré Hotovely dans un communiqué.

« Vous ne pouvez pas couper le lien profond de 3 000 ans qui existe entre le peuple d’Israël et Jérusalem ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...