Rechercher

Morton Mandel, homme d’affaires et philanthrope juif, meurt à 98 ans

La Fondation Jack, Joseph et Morton Mandel a financé de nombreuses causes, juives et non juives, aux États-Unis et en Israël, notamment le mémorial de la Shoah américain

Morton Mandel, en 2018, philanthrope et homme d'affaires juif américain. (Alyssa Schmitt/Cleveland Jewish News via JTA)
Morton Mandel, en 2018, philanthrope et homme d'affaires juif américain. (Alyssa Schmitt/Cleveland Jewish News via JTA)

Morton Mandel, un homme d’affaires de Cleveland qui a versé des dizaines de millions de dollars à des causes juives, est décédé mercredi chez lui, en Floride, a rapporté le Cleveland Jewish News. Il était âgé de 98 ans.

Sa famille avait quitté la Pologne pour les États-Unis en 1913. Il est né à Cleveland en 1921.

En 1940, lui et ses deux frères, Jack et Joseph, ont fondé Premier Industrial Corp., un revendeur de pièces détachées automobiles, né du petit magasin de leur oncle. L’entreprise est ensuite devenue une firme internationale, côtée au New York Stock en 1964. Elle a ensuite fusionné en 1996 avec Farnell Electronics, basée au Royaume-Uni, pour former Premier Farnell.

En 1953, la fratrie a fondé la Jack, Joseph and Morton Mandel Foundation, qui a contribué financièrement à plusieurs causes juives et autres. La fondation a ainsi financé des institutions telles que le Mandel Center for Studies in Jewish Education à l’université de Brandeis et le Mandel Center for Advanced Holocaust Studies au mémorial américain de la Shoah à Washington.

En 1990, la fondation a inauguré une antenne en Israël pour y financer une variété de programmes.

Morton Mandel a créé une dizaine d’organisations caritatives et a reçu plusieurs distinctions pour son travail, notamment une médaille présidentielle des mains du président Ronald Reagan.

Il rejoint ses frères Jack, décédé en 2011 à l’âge de 99 ans, et Joseph disparu en 2016 à l’âge de 102 ans.

Il laisse derrière lui sa femme, Barbara, leurs trois enfants et sept petits-enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...