Musée juif de Bruxelles : un complice présumé de Nemmouche remis en liberté conditionnelle
Rechercher

Musée juif de Bruxelles : un complice présumé de Nemmouche remis en liberté conditionnelle

Nacer Bendrer avait été remis par la France à la Belgique en février 2015 et inculpé pour "complicité d'assassinat dans un cadre terroriste".

Hommage aux victimes de la fusillade de Bruxelles à l'entrée du Musée juif de la ville, en mai 2014. (Crédit : Georges Gobet/AFP)
Hommage aux victimes de la fusillade de Bruxelles à l'entrée du Musée juif de la ville, en mai 2014. (Crédit : Georges Gobet/AFP)

Un Français soupçonné d’avoir matériellement aidé Mehdi Nemmouche, l’auteur présumé de la tuerie du Musée juif de Bruxelles en 2014, a été remis en liberté sous conditions et contre une caution de 50.000 euros, a annoncé mardi le parquet fédéral belge.

Nacer Bendrer, privé de son passeport, devra rester à son domicile en France et demeurer à la disposition des enquêteurs, a précisé l’agence Belga. Un porte-parole du parquet, interrogé par l’AFP, n’a pas souhaiter commcenter ces informations.

Interpellé en décembre 2014 près de Marseille, Nacer Bendrer assure n’avoir rien à voir avec l’attaque du Musée juif, qui avait fait quatre morts le 24 mai de la même année.

Il avait été remis par la France à la Belgique en février 2015 et inculpé pour « complicité d’assassinat dans un cadre terroriste ».

Lors de son arrestation, Nacer Bendrer était en possession de diverses armes, dont un fusil d’assaut de type kalachnikov qui serait très similaire à celui avec lequel le Français Mehdi Nemmouche est soupçonné d’avoir commis la tuerie de Bruxelles.

Mehdi Nemmouche, qui était allé combattre en Syrie dans les rangs des jihadistes, avait été interpellé à Marseille le 30 mai à la descente d’un car. Son arme avait été retrouvée dans ses bagages.

Il reconnaît avoir « joué un rôle » dans l’attaque mais nie avoir été présent au Musée, selon son avocat, Sébastien Courtoy.

Nacer Bendrer et Mehdi Nemmouche se seraient rencontrés alors qu’ils étaient détenus ensemble à Salon-de-Provence (sud), de juin 2008 à décembre 2010.

Un troisième suspect français, Mounir Attalah, a été remis par la France à la Belgique le 1er juillet 2015. Il a été inculpé en tant qu’auteur, coauteur ou complice de l’attentat.

Le Marseillais a reconnu avoir brièvement rencontré Mehdi Nemmouche à Marseille un mois avant l’attaque, mais il se déclare « innocent à 100 % ».

La justice belge cherche toujours par ailleurs à identifier un autre complice présumé figurant sur les images d’une caméra de surveillance montrant un homme marchant aux côtés de Nemmouche à proximité de la gare du Nord à Bruxelles le 28 mai, soit à la veille de son départ pour Marseille.

Le procès devrait se dérouler en 2017 à Bruxelles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...