Nasrallah souffre d’une pneumonie et d’allergie et non du COVID – médias
Rechercher

Nasrallah souffre d’une pneumonie et d’allergie et non du COVID – médias

Des sources proches du chef du Hezbollah affirment qu'il est sous surveillance médicale mais qu'il n'a pas besoin d'être hospitalisé

Le chef du Hezbollah, Hasan Nasrallah, tousse lors d'une allocution le 25 mai 2021 (Crédit : capture d'écran Twitter)
Le chef du Hezbollah, Hasan Nasrallah, tousse lors d'une allocution le 25 mai 2021 (Crédit : capture d'écran Twitter)

Des sources proches du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah ont rejeté mardi les allégations selon lesquelles il aurait contracté le coronavirus, affirmant que le chef terroriste souffrait d’une pneumonie et d’allergies saisonnières.

Selon les sources, ce n’était pas la première fois que le chef terroriste souffrait du rhume des foins printanier, a indiqué le journal libanais Al Joumhouria.

« Auparavant, il avait été soigné sans que personne ne s’en aperçoive, car il ne s’agissait pas d’occasions où il devait apparaître publiquement, contrairement à cette fois-ci », ont déclaré les sources au journal.

Selon le reportage, Nasrallah était sous la surveillance d’un médecin spécialiste mais n’avait pas besoin d’être hospitalisé.

Le médecin a consulté d’autres professionnels de santé, dont un aux Etats-Unis, qui sont tous arrivés à la conclusion que le leader terroriste souffrait d’allergies saisonnières et de pneumonie, a précisé le journal.

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, prononce un discours sur la télévision du parti officiel, Al-Manar, le 29 septembre 2020. (Crédit : Capture d’écran : Al-Manar)

Selon le rapport, Nasrallah a continué à travailler malgré son état de santé.

Les premiers reportages indiquant que Nasrallah avait contracté le COVID-19 sont apparus après qu’il a toussé et sifflé, lors d’un discours télévisé mardi dernier dans lequel il a menacé de « guerre régionale » si Israël attaquait les lieux saints de Jérusalem.

Ce discours a été prononcé quelques jours après qu’un cessez-le-feu a mis fin à 11 jours de combats entre le Hamas et Israël, Nasrallah ayant averti que son groupe terroriste pourrait être impliqué dans le prochain round.

Des responsables de Tsahal ont divulgué aux médias israéliens l’évaluation de l’armée selon laquelle Nasrallah avait contracté le coronavirus, elle semble être largement basée sur des preuves circonstancielles car, selon la Treizième chaîne israélienne, il n’aurait pas été testé pour le COVID-19.

On ignore s’il a été vacciné contre le virus.

Jawad Nasrallah, le fils du chef du Hezbollah, a assuré que son père se portait bien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...