Negev : EDF remporte l’appel d’offres pour la construction d’un champ solaire
Rechercher

Negev : EDF remporte l’appel d’offres pour la construction d’un champ solaire

Avec un prix de 8,68 agorots par kilowatt/heure - prix le plus bas jamais proposé - la filiale israélienne de la firme française s'installera à Ashalim, dans le Negev

Un camion nettoie la poussière de miroirs thermo-solaires dans l'usine d'Ashalim du Negev, le 29 août 2019. (Avshalom Sasoni)
Un camion nettoie la poussière de miroirs thermo-solaires dans l'usine d'Ashalim du Negev, le 29 août 2019. (Avshalom Sasoni)

La filiale israélienne de l’entreprise française EDF Renewables a battu les records en termes de prix bas dans le secteur de la production de l’énergie solaire en remportant l’appel d’offres encadrant la construction d’une quatrième installation solaire qui sera située à Ashalim, dans le désert du Negev.

Ce champ de panneaux photovoltaïques, qui devrait commencer ses opérations en 2021, fournira de l’électricité au prix de 8,68 agorots par kilowatt-heure (un kilowatt d’électricité soutenu pendant une heure). Un prix à comparer avec les 40 agorots par kilowatt/heure de la première installation solaire d’Ashalim qui avait commencé à produire de l’énergie à la fin de l’année 2017, a noté le quotidien économique Calcalist, jeudi.

Pour assurer ce nouvel accord, l’Etat a réduit des facteurs de risque variés – en ôtant, par exemple, les obstacles à la planification et en garantissant que les habitants des Kibboutz locaux ne réclameraient pas d’argent pour l’utilisation des terres concernées. Il a même versé d’avance près de 30 millions de shekels pour construire une sous-station qui aidera à maintenir la continuité de l’exploitation du champ en cas de dysfonctionnement.

L’installation coûtera, en termes de construction, environ 150 millions de shekels et l’accord a fixé les prix pour une période de 25 ans.

Ashalim possède d’ores et déjà deux champs thermo-solaires qui produisent 120 MW par an, ainsi qu’un champ photovoltaïque qui génère pour sa part 30 MW annuels.

Les installations thermo-solaires utilisent la lumière du soleil qu’elles transforment en chaleur avait de l’utiliser pour l’électricité. Le système photovoltaïque (PV) – favorisé à l’heure actuelle – capture les rayons du soleil et les convertit dans la foulée en électricité.

Le gouvernement s’est fixé l’objectif de générer 10% de l’électricité en Israël à partir d’énergies renouvelables – c’est-à -dire solaire – d’ici 2020 et 17 % d’ici 2030.

Dans les semaines qui précèdent la conférence sur le changement climatique de l’ONU, la COP26, qui sera organisée l’année prochaine à Glasgow, le ministère de la Protection environnementale et le ministère de l’Energie recherchent des moyens de revoir à la hausse leur engagement en le plaçant au-delà des 17 %.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...