Netanyahu appelle les « francophones » à le soutenir aux primaires du Likud
Rechercher

Netanyahu appelle les « francophones » à le soutenir aux primaires du Likud

"Je compte sur le soutien de tous les francophones du Likoud jeudi prochain. Ensemble, nous remporterons ces primaires haut la main", a-t-il écrit sur Facebook

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu assiste à une réunion avec le ministre français de l'Economie et les entrepreneurs au ministère français de l'Economie à Paris, le 6 juin 2018. (Crédit : AFP / ERIC PIERMONT)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu assiste à une réunion avec le ministre français de l'Economie et les entrepreneurs au ministère français de l'Economie à Paris, le 6 juin 2018. (Crédit : AFP / ERIC PIERMONT)

Ce jeudi, des primaires seront organisées par le Likud afin de désigner son nouveau dirigeant.

Ces élections internes opposeront le Premier ministre Benjamin Netanyahu à son principal rival au sein de la formation, le député Gideon Saar.

Dimanche, dans une vidéo sur Facebook, accompagnée d’une ola hadasha originaire de France résidant à Ra’anana, Benjamin Netanyahu a appelé les francophones à le soutenir lors de ces élections. « J’ai besoin de [vous] tous, a-t-il lancé. Merci beaucoup ! »

« Je compte sur le soutien de tous les francophones du Likud jeudi prochain. Ensemble, nous remporterons ces primaires haut la main », a-t-il écrit sur son compte Facebook dans un message accompagnant la vidéo.

Je compte sur le soutien de tous les francophones du Likoud jeudi prochain. Ensemble, nous remporterons ces primaires haut la main.

פורסם על ידי ‏‎Benjamin Netanyahou‎‏ ב- יום ראשון, 22 בדצמבר 2019

La Knesset s’est dissoute mi-décembre, ce qui signifie que des élections nationales auront lieu pour la troisième fois en moins d’un an. La Knesset a fixé la date du scrutin au 2 mars. Il reste moins de trois semaines aux différents partis pour remettre leur liste électorale en vue du scrutin de mars.

Gideon Saar, rival de Netanyahu au sein du Likud, se présente aux militants du parti comme l’antidote au leadership de Netanyahu, en place depuis trop longtemps et qui a échoué dans ses tentatives successives de former une coalition.

« Tout le monde comprend bien qu’il est impossible que le Likud forme un gouvernement à l’issue du scrutin du 2 mars », a affirmé l’ex-ministre populaire, sondages à l’appui. Ces chiffres montrent que le bloc de droite et religieux perdait du terrain en amont d’un troisième scrutin dans le pays – inédit dans l’histoire de l’Etat juif.

« Si rien ne change, alors nous nous rapprocherons d’un gouvernement de gauche qui mettra en danger notre pays et tout ce que nous avons réalisé. Il nous bloquera également dans notre réforme du système judiciaire qui s’avère pourtant nécessaire », a-t-il dit.

Un récent sondage publié par la chaîne publique Kan a suggéré que le Likud sous la direction de Saar sortirait affaibli à l’issue du vote du mois de mars mais que le bloc de droite serait renforcé par le soutien des formations à la droite du Likud, qui gagneraient l’appui des électeurs d’extrême-droite fuyant la faction.

Tandis que le Premier ministre Benjamin Netanyahu est affaibli par sa mise en examen dans trois dossiers pour corruption, Saar ne dispose pas lui de la carrure internationale du Premier ministre – un poste que Netanyahu occupe depuis une décennie.

Ces primaires représentent le premier défi lancé à l’autorité de Netanyahu au Likud en 14 ans et Saar devrait avoir beaucoup de difficultés à s’imposer même si un certain nombre de membres éminents du Likud se sont joints à lui, ces derniers jours.

Le membre du Likud Gideon Saar lance sa campagne pour les primaires à la présidence du Likud avant les élections à la Knesset à Or Yehuda, le 16 décembre 2019. (Autorisation)

S’exprimant la semaine dernière lors d’un événement organisé à Or Yehuda, dans une salle décorée de ballons aux couleurs et au nom du Likud et de drapeaux « seul Saar pourra le faire », le challenger a fait l’éloge des résultats obtenus par Netanyahu, disant qu’il avait défendu ce dernier « même lorsqu’il m’a blessé. Parce que j’ai toujours essayé d’agir dans l’intérêt du pays et que c’est très exactement ce que nous sommes en train de faire ici, aujourd’hui ».

Mais Saar a également reproché à Netanyahu ses « calomnies » et ses « menaces », l’accusant de semer la confusion dans le vote interne du Likud.

« Et c’est particulièrement triste lorsque ces attaques proviennent de votre propre camp », a-t-il ajouté, recommandant vivement à ses activistes de ne pas se laisser rabaisser par la rhétorique du Premier ministre et de faire preuve de respect à son égard.

« Personne n’a fait plus que moi pour que le Likud puisse survivre et revenir à la tête du pays, et ce que notre vision puisse diriger Israël. Et personne ne le sait mieux que le Premier ministre Benjamin Netanyahu. J’ai fait pour Netanyahu plus que ce que je n’ai jamais fait pour personne et je ne le regrette pas », a-t-il affirmé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...