Netanyahu confirme des vols directs entre Israël et les Emirats
Rechercher

Netanyahu confirme des vols directs entre Israël et les Emirats

Peu avant, l'Arabie saoudite avait annoncé qu'elle autorisait le survol de son espace aérien "en direction et en provenance de tous les pays à la demande des Emirats arabes unis"

Coude-à-coude entre le conseiller à la sécurité nationale israélienne Meïr Ben-Shabbat et un fonctionnaire émirati avant de monter à bord de l'avion avant de quitter Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, le 1er septembre 2020. (NIR ELIAS / POOL / AFP)
Coude-à-coude entre le conseiller à la sécurité nationale israélienne Meïr Ben-Shabbat et un fonctionnaire émirati avant de monter à bord de l'avion avant de quitter Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, le 1er septembre 2020. (NIR ELIAS / POOL / AFP)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé mercredi des vols directs entre Israël et les Emirats arabes unis, deux jours après le premier vol commercial direct entre les deux pays.

« Les avions israéliens et ceux de tous les pays pourront voler directement d’Israël à Abou Dhabi et Dubaï, et revenir », a déclaré M. Netanyahu dans une courte vidéo.

Peu avant, l’Arabie saoudite avait annoncé qu’elle autorisait le survol de son espace aérien « en direction et en provenance de tous les pays à la demande des Emirats arabes unis ».

Cette décision va « permettre le passage dans l’espace aérien du royaume des vols à destination et en provenance des Emirats arabes unis de et vers tous les pays », a précisé l’Autorité générale de l’aviation civile, citée par l’agence officielle Saudi Press Agency (SPA).

Les Emirats arabes unis et Israël ont annoncé le 13 août un accord pour normaliser leurs relations -officieuses depuis des années -, les Emirats devenant ainsi le premier pays du Golfe à établir des relations avec l’Etat hébreu, et le troisième du monde arabe, après l’Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994.

Et lundi une délégation israélo-américaine – menée par le gendre du président américain Donald Trump et conseiller à la Maison Blanche Jared Kushner, s’est rendue à Abou Dhabi grâce au premier vol commercial direct entre Israël et les Emirats. Il avait reçu l’autorisation de survoler l’Arabie saoudite bien que Ryad n’ait pas de relations avec l’Etat hébreu.

Le même jour, Israël, Emirats et Etats-Unis ont annoncé dans un communiqué commun des discussions sur la coopération dans sept domaines : investissement, finances, santé, exploration spatiale, aviation civile, politique étrangère, et tourisme et culture.

Les Palestiniens ont condamné l’accord entre les Emirats et Israël, accusant Abou Dhabi de trahison et de violation du consensus arabe qui faisait du règlement du conflit israélo-palestinien une condition sine qua non à la normalisation des relations avec l’Etat hébreu.

L’accord de normalisation prévoit, selon les Emirats, la suspension par Israël de ses annexions des territoires qu’il occupe en Cisjordanie mais M. Netanyahu a rapidement affirmé qu’il ne s’agissait que d’une suspension temporaire.

Les autorités saoudiennes ont à plusieurs reprise insisté sur la nécessité d’un règlement du conflit israélo-palestinien avant toute normalisation avec l’Etat hébreu.

« Les positions fermes et permanentes du royaume à l’égard de la cause palestinienne ne changeront pas par l’autorisation du survol de son espace aérien », a tweeté mercredi le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Fayçal Ben Farhane.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...